Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Nicole Ruggle: «Le nouveau féminisme infantilise la femme»

Nicole Ruggle: «Le nouveau féminisme infantilise la femme»

par Nicole Ruggle
0 commentaire

Le nouveau féminisme ne fait plus confiance à la femme pour s’imposer et négocier avec succès. Il traite les femmes comme des enfants, alors que c’est tout le contraire qu’il faut faire.


L’article original est paru en allemand dans Schweizer Monat.


A l’origine, les courants féministes avaient pour objectif de libérer la femme de l’oppression de la société patriarcale. Une femme devait pouvoir décider de manière autonome de chaque aspect de sa vie. Le féminisme contemporain inverse cependant ce principe. Pire encore: il trahit l’autodétermination de la femme moderne (occidentale) et la repousse dans une immaturité dont elle est responsable, en l’infantilisant et en la poussant continuellement dans une mentalité de victime soumise.

Le soutien à l’initiative privée en matière de garde d’enfants. Des équipes mixtes à tous les niveaux de direction dans l’économie, la politique et la société. Ce qui, à première vue, ressemble à l’agenda de la propagande du parti de gauche provient en fait du catalogue de revendications des «Femmes PLR». Sa présidente Susanne Vincenz-Stauffacher, participante à la grève des femmes célébrée par les médias et partisane d’un quota de femmes, a même plaidé dans un podcast de Republik pour une transformation du financement initial des crèches en un financement permanent des pouvoirs publics. La responsabilité individuelle semble être passée de mode, la protection des chiots et l’aide à l’étrier pour les femmes sont en revanche à la mode. Si nécessaire, le sexe doit passer avant l’aptitude.

Jouer la compétence contre le sexe

Jouer la compétence contre le sexe est une tendance qui a le vent en poupe. Ainsi, en juin 2020, les Femmes socialistes ont appelé au boycott des «All-Male-Panels». En clair: les organisateurs qui ne présentent pas un mélange des genres artificiellement imposé sur la scène des orateurs sont menacés de se voir retirer leur public. Mais au lieu d’encourager les femmes à s’impliquer davantage, à organiser elles-mêmes des panels ou à acquérir les connaissances techniques nécessaires pour être prises en compte, on se réfugie dans une attitude de refus infantile et défiante.

Dans le domaine de la politique familiale également, les revendications se poursuivent allègrement. Ainsi, la secrétaire centrale des Femmes socialistes, Gina La Mantia, demande des places de crèche gratuites pour tous. Une erreur de raisonnement très répandue dans les milieux sociaux-démocrates, car le terme «gratuit» n’existe pas. Cela signifie plutôt que la collectivité doit prendre en charge les frais de garde des enfants de ceux qui décident de leur plein gré de fonder une famille. Mais la famille est et reste une affaire privée. En revanche, La Mantia souligne à juste titre que ce sont généralement les femmes qui se mettent en retrait, «ce qui a de graves conséquences pour leur carrière, leur indépendance économique et leur prévoyance vieillesse». C’est précisément là que réside le cœur du problème. Les femmes doivent apprendre à négocier aussi durement à la table familiale que lors d’un entretien d’embauche. Il est important de revendiquer auprès de son partenaire des modèles familiaux durables et émancipateurs et de ne pas faire de compromis hâtifs et irréfléchis – pour la paix des familles.

La gauche et les bourgeois de gauche n’ont pas compris cela. Ils considèrent le fisc comme un self-service féministe et de lutte des classes, qui doit forcer artificiellement l’émancipation et la garantir de manière coercitive. La question est la suivante: dans quelle mesure une société qui fait dépendre les femmes du bon vouloir de la politique plutôt que de la tutelle des hommes est-elle plus émancipatrice? La protection paternelle de l’Etat, qui vante l’égalité des chances mise en scène par la politique, est-elle vraiment préférable à l’initiative et au savoir-faire personnels?

Un féminisme victimaire à double morale

Ce féminisme victimaire infantilisant, associé à une foi étatique de gauche, pénètre alors profondément dans les territoires tribalistes de la politique mondiale. Ainsi, l’indignation mondiale suscitée par la victoire électorale de Donald Trump en 2016 n’a pas faibli pendant des mois. En 2017, le débat #MeToo a suivi – «believe all women», tel était le credo du mouvement féministe combatif; les femmes doivent être entendues lorsqu’elles parlent d’agressions sexuelles. Lors des manifestations, des personnes en colère ont exigé la démission de Trump, le qualifiant de chauvin et estimant qu’il devait être démis de ses fonctions.

Lorsque Tara Reade, ancienne collaboratrice du candidat démocrate à la présidence Joe Biden, a accusé ce dernier de harcèlement sexuel fin mars 2020, les rangs des indignés permanents et bien-pensants sont restés remarquablement silencieux. Biden a simplement affirmé que cela ne s’était jamais produit – et l’affaire a été rapidement oubliée.

Reade n’est pas un cas isolé. Dans plusieurs cas, Biden a été accusé d’avoir touché des femmes de manière suggestive sans leur consentement ou d’avoir porté atteinte à leur sphère personnelle. Un autre exemple est celui de Lucy Flores: cette politicienne démocrate du Nevada a accusé Biden de comportement abusif lors d’un meeting de campagne en 2014. Flores décrit son comportement comme humiliant et irrespectueux, elle a eu honte et a été choquée. Elle craignait de ne pas être crue ou que ses accusations soient perçues comme politiquement motivées – l’affaire a tourné au vinaigre.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

En novembre 2020, les mêmes personnalités féministes qui, trois ans plus tôt, s’étaient bruyamment opposées à toute dissimulation d’agressions sexuelles présumées, ont néanmoins félicité Biden sur la toile pour sa victoire électorale. Ainsi, en octobre 2017, l’actrice américaine Alyssa Milano a appelé sur Twitter, sous le mot-clé «MeToo», les femmes à partager publiquement leurs expériences d’abus et de harcèlement sexuels. Le hashtag est rapidement devenu viral; Milano est devenue du jour au lendemain le visage du mouvement.

La solidarité avec les victimes présumées ne s’est manifestée que jusqu’au bord de sa propre bulle de filtre. Malgré les accusations de harcèlement sexuel portées contre Biden, Milano l’a soutenu comme candidat à la présidence – une décision que d’autres activistes de #MeToo ne pouvaient pas soutenir. Il faut croire les femmes, mais cela ne doit pas se faire sans que les hommes soient entendus légalement et que des enquêtes soient menées, s’est justifiée Milano. En 2018, elle s’était pourtant rangée sans discussion derrière Christine Blasey Ford, une membre du Parti démocrate qui avait porté des accusations similaires contre le républicain Brett Kavanaugh. L’inscription «believe women» ornait le corps de Milano lorsqu’elle a participé à un événement de soutien à Ford.

Des starlettes pop sélectives

Elle votera fièrement pour Joe Biden, a encore fait savoir l’icône pop féministe Taylor Swift dans une interview. En 2017, elle a été élue «personne de l’année», l’une des «briseuses de silence» du mouvement «MeToo», et a fait la couverture du Time, ce qui lui a valu une reconnaissance internationale. En 2018 encore, lors d’un discours émouvant sur sa propre expérience de harcèlement sexuel, elle a exprimé sa compassion à «toutes les personnes qui n’ont pas été crues». Elle ne sait pas où elle en serait aujourd’hui dans sa vie si on ne l’avait pas crue.

Elle a reçu le soutien d’une autre grande figure du pop business: la chanteuse Lady Gaga. Celle-ci est allée encore plus loin en faisant elle-même la promotion du candidat Biden lors d’un meeting de campagne: «Nous avons besoin de vos cœurs – votez comme si votre vie et celle de vos enfants en dépendaient», a-t-elle déclaré du haut de son podium. Biden est «un homme bon». En 2018 encore, Gaga était pleine d’espoir que le tollé mondial #MeToo encouragerait les femmes à s’exprimer publiquement contre le harcèlement sexuel. Cela ne semble toutefois pas être le cas pour Reade et Flores.

Si la crédibilité d’une victime potentielle dépend de ses opinions politiques (ou de celles de l’agresseur présumé), alors le féminisme, responsable de ces mécanismes, n’est pas seulement inutile, mais contre-productif. Le mouvement féministe néo-émancipateur se démasque lui-même comme hypocrite et incohérent.

Le néoféminisme rend les femmes plus petites qu’elles ne le sont. Il ne leur accorde que peu ou pas de crédit, leur dénie leur responsabilité personnelle et leur permet d’opérer sans réfléchir à partir du rôle de victime. Les revendications féministes pour des projets de vie autodéterminés sont plus faciles à vivre lorsqu’elles sont criées à la foule sur des pancartes en carton lors de manifestations à grand renfort de paillettes et de fanfaronnades. Mais dans la réalité de ceux qui proclament le plus haut et fort l’autodétermination, celle-ci ne semble pas encore être vraiment arrivée. Il y a pourtant des tas de femmes qui pourraient servir de modèles: des femmes qui se sont imposées contre les autres, femmes et hommes, par leurs propres moyens, avec leurs propres capacités, avec succès.

Cette tribune est également disponible en format papier dans Le Regard Libre N°98.

Le Regard Libre traduit au gré des numéros des articles du média Schweizer Monat, un autre mensuel suisse d’idées, d’où notre partenariat. Les articles originaux sont disponibles sur schweizermonat.ch.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

Notre sélection

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl