Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » La «Grande Fugue» de Beethoven, un chef-d’œuvre au risque d’être incompris

La «Grande Fugue» de Beethoven, un chef-d’œuvre au risque d’être incompris

6 minutes de lecture
par Jean-David Ponci
0 commentaire

Le Regard Libre N° 67 – Jean-David Ponci

Les deux professeurs de piano du Conservatoire de Neuchâtel Raphaël Colin et Emile Willemin ont entrepris il y a cinq ans de jouer la Grande Fugue de Beethoven, transcrite pour piano à quatre mains. Une œuvre composée en 1825 comme sixième et dernier mouvement du quatuor à cordes n° 13. Lorsqu’on rapporta à Beethoven que seuls les deuxième et quatrième mouvements avaient été bissés, il entra dans une mémorable colère: «Ah, les bœufs! Ah, les ânes! Ces friandises! ils se les font resservir encore une fois! Pourquoi pas plutôt la fugue? Elle seule aurait dû être rejouée.» Suite à l’accueil plus que réservé de la Grande Fugue, l’éditeur Art

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl