Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » «Un Sacre»: une pièce qui accompagne les deuils et honore nos morts

«Un Sacre»: une pièce qui accompagne les deuils et honore nos morts3 minutes de lecture

par chlodelassis
0 commentaire
un sacre

Article inédit – Chloé Delassis

Fondée en 2015 par la jeune et prometteuse Lorraine de Sagazan, la compagnie La Brèche présente sur les grandes scènes de théâtre françaises un spectacle qui remue les esprits. Un Sacre, c’est l’entremêlement de plusieurs récits véridiques de décès de proches, qui nous touchent soit par leur similitude avec nos propres expériences, soit par la richesse de leur émotion.

Pendant une année, la compagnie est allée à la rencontre de 365 personnes. A la question:«Quel écho le mot “réparation” a-t-il dans votre vie?», la réponse eut pour thème récurrent la mort. Portant à la scène les deuils de neuf de ces personnes qui n’ont pas eu l’occasion de pleurer leurs trépassés, Lorraine de Sagazan confère aussi une dimension de rituel à cette représentation qu’elle nomme plutôt «cérémonie». Le feu, les danses, la gestuelle ou encore les costumes évoquent diverses coutumes funéraires dont le sens nous parvient intelligiblement, malgré leur exotisme.

Sur le plateau, Jeanne Favre, Andréa El Azan, Antonin Meyer-Esquerré, Benjamin Tholozan et d’autres encore endossent chacun la peau d’un de ces interlocuteurs, s’approprient leur témoignage à travers la parole, mais expriment aussi cet hommage par le corps. Dirigés par Sylvère Lamotte, ils peignent au fil du spectacle plusieurs tableaux chorégraphiques dont on retrouve chaque fois l’aspect tantôt solennel, tantôt plus exutoire propre au cérémonial. Dans un lâcher-prise vis-à-vis de l’économie d’énergie, leurs mouvements participent à une sorte de catharsis – c’est-à-dire à une purgation affective – pour le public.

Le partage des pleurs

Si le fond du spectacle Un Sacre aborde une certaine tradition (par la tradition de la pleureuse corse par exemple), sa forme est ouverte à un véritable échange, verbal ou émotionnel, avec les spectateurs. Au-delà de plusieurs interactions qui ont lieu avec la salle, au ton plutôt comique et contrastant avec le poids dramatique du propos, l’atmosphère se révèle dense et libératrice:on se retrouve aux racines de l’art dramatique antique, où le partage des pleurs n’était pas moins habituel que celui des rires.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

La salle est ainsi chargée d’une responsabilité commune à tous les individus présents dans la salle: honorer dignement ces êtres disparus, dont l’essence nous semble pourtant encore bien présente à travers l’interprétation des comédiens et la pensée qu’on leur adresse collectivement. Des objets appartenant aux narrateurs originels des récits ou aux acteurs sont transmis de mains en mains au sein du public, ce qui permet une assomption de nos émotions vis-à-vis de notre voisin, en même temps qu’un contact humain qui console le cœur dans cet émoi général.

Un Sacre, compagnie La Brèche, France, du 28 septembre au 20 mai

12, 13 et 14 avril 2022 | Théâtre de la Cité – CDN de Toulouse Occitanie
3, 4, 5, 6 et 7 mai 2022 | Théâtre des Célestins – Lyon
18, 19 et 20 mai 2022 | La Comédie – CDN de Reims

Ecrire à l’auteure: chloe.delassis@leregardlibre.com

Crédit photo: © Compagnie La Brèche / Mélissa Leroux / Syhleam

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl