Le grand Charles a nonante ans

Le Regard Libre N° 4 – Jonas Follonier

Ce mois-ci marque l’anniversaire d’un des plus grands noms que la chanson française ait jamais connus ; Charles, le grand Charles, a fêté ses nonante ans le 22 mai 2014. Nonante ans, et toujours toutes ses dents !

C’est cela même qui caractérise la teneur incroyable de ce phénomène : il est toujours là. A l’instar de Johnny Hallyday, Aznavour fascine par sa longévité imperturbable, son amour pour la vie et pour la passion qui l’anime, cette fameuse passion plus forte que la mort. Or contrairement à Johnny, son jeune disciple septuagénaire, Charles a maintenu durant toute sa carrière une ligne qui lui est propre – les deux situations sont admirables, il suffit d’en retenir le positif : la curiosité artistique et l’évolution chez l’un, la constance et l’authenticité chez l’autre.

C’est un heureux hasard qui a fait que l’auteur, compositeur et interprète de La Bohème soit né à Paris le 22 mai 1924. En effet, ses parents arméniens attendaient en France l’obtention d’un visa pour les Etats-Unis. Les circonstances ont donc engendré une carrière incroyable, que nul n’a jamais égalée. Or le succès n’est pas qu’une affaire de chance, c’est surtout la résultante d’un certain talent. Et de ce côté-là, il y a beaucoup à dire. Ainsi les paroles de son célèbre Je m’voyais déjà perdent de leur ironie :

« On ne m’a jamais accordé ma chance
D’autres ont réussi avec peu de voix et beaucoup d’argent
Moi j’étais trop pur ou trop en avance
Mais un jour viendra, je leur montrerai que j’ai du talent »

Le style inébranlable de Charles Aznavour pousse à l’admiration. De Que c’est triste Venise à L’amour et la guerre en passant par Désormais, la même poésie musicale demeure : la sublime, la bellissime, celle qui marie Vigny et Tchaïkovski, celle qui prolonge le génie de Piaf et qui anoblit les vers de Brel ; celle qui prend aux tripes et aux tempes !

Le plus grand mérite du chanteur, c’est d’avoir su rendre populaires les vers français classiques – « populaires » au sens de « connus », « appréciés », « dominants », « répandus » et non pas « communs » ou « proches du peuple » qui accolerait, à tort, le style aznavourien à la répugnante mouvance du réalisme, du goût pour le médiocre, pour le naturel dans toute sa laideur. Les chansons d’Aznavour aspirent à l’extrême mais harmonieux opposé : le classicisme. Toutefois, il s’agit d’un classicisme très intelligent et avec encore plus de classe, car il s’intéresse à toutes les passions humaines, à toutes les situations qu’on retrouve dans la société : aussi bien un père en détresse qu’un adolescent homosexuel en passant par un toréador se retrouvent dans les chansons de ce grand humaniste.

Les vers de douze ou huit syllabes ne sont plus un obstacle mais presque une condition au succès des chansons d’Aznavour.

Qui ne saurait être ému en écoutant le chef d’œuvre Non, je n’ai rien oublié dès les premières paroles ?

« Je n’aurais jamais cru qu’on se rencontrerait
Le hasard est curieux, il provoque les choses
Et le destin pressé un instant prend la pause »

Qui resterait de marbre en écoutant ce père dont l’enfant a fait une overdose ?

Mon enfant, mon air pur, mon sang, mon espérance
Mon ferment, mon futur, ma chair, ma survivance
Tu ne perpétueras ni mon nom ni ma race
Tout ce que j’ai bâti, je l’ai rêvé en vain
Je quitterai ce monde sans laisser de traces
Tes yeux ne s’ouvriront sur aucun lendemain.

(L’aiguille)

Outre ces odes à la diversité de la vie humaine, et ce réconfort que Charles Aznavour offre à nombre de personnes – tel son vœu qu’il chante dans Ave Maria : « Eclaire leur chemin et prends-les par la main » – un très grand appel est fait à la jeunesse. « Hier encore, j’avais vingt ans / Je caressais le temps et jouais de la vie / Comme on joue de l’amour et je vivais la nuit / Sans compter sur mes jours qui fuyaient dans le temps / J’ai fait tant de projets qui sont restés en l’air / J’ai fondé tant d’espoirs qui se sont envolés / Que je reste perdu, ne sachant où aller / Les yeux cherchant le ciel mais le cœur mis en terre », nous avoue le chanteur. Néanmoins, faute de gaspiller ses jeunes années, il faut au contraire en profiter, car :

Avant que de sourire et nous quittons l’enfance
Avant que de savoir la jeunesse s’enfuit
Cela semble si court que l’on est tout surpris
Qu’avant que de comprendre on quitte l’existence

C’est pourquoi Sa jeunesse insiste sur un point :

Lorsque l’on voit
Loin devant soi
Rire la vie
Brodée d’espoir
Riche de joies
Et de folies
Il faut boire jusqu’à l’ivresse
Sa jeunesse

Un univers, donc, qui relève du génie, mais qui reste à l’échelle humaine, que celui de Charles Aznavour. Un ami le qualifiait de « dernier poète de la chanson française ». Sans doute, et surtout un exemple à suivre !

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : © starsingers.net

Laisser un commentaire