Non, les hommes ne sont pas égaux. Et encore moins égaux aux femmes.

Le Regard Libre N° 5 – Jonas Follonier

Non, les hommes ne sont pas égaux. Et encore moins égaux aux femmes. En effet, poser une telle égalité, c’est parler d’une égalité stricte, d’une parité quantitative. Les êtres humains ont les mêmes droits, certes, mais ils ne sont pas égaux, mesurables, interchangeables, ils ne se valent pas : chaque homme a une individualité propre. Un homme sera toujours différent d’un autre, et encore plus d’une femme !

Humains et donc raisonnés que nous sommes devrions utiliser le mot « égalité » de façon analogue et non exclusive pour éviter des confusions ridicules, à l’instar de lois pathétiques – portées par la gauche moderne – obligeant un pourcentage de 40% de femmes dans les conseils d’administration. Ces dernières bénéficient non plus de leurs compétences, mais de leur prétendue égalité aux hommes, de « leur droit à être autant ». A partir de ce calcul, exigeons aussi un quota d’hommes dans les salons de coiffure…

Notre professeur de philosophie, Michel Siggen, a eu raison de nous le dire haut et fort : « Il y a des inégalités injustes, et il y a des inégalités justes ! » L’égalité des salaires coule de source, mais l’égalité hommes-femmes devant l’armée ne peut être envisagée.

Sinon, comment imaginer notre avenir, après une logique d’égalité en acte et non en puissance, de nivellement (de surcroît vers le bas !) continu, d’obsessionnelle chasse aux différences, aux spécificités ? Les issues sont nombreuses : une bande uniforme d’idiots, un monde de clones, un groupement SS, ou avec un peu de chance, une traînée de boue.

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : © Atlantico

Laisser un commentaire