Voyage au Tibet

Le Regard Libre N° 5 – Cassandre Villar

Quelques mois après le retour d’un voyage bouleversant, une rétrospection s’impose. Cet été, les étudiants et accompagnants de l’Association Tête Au Cœur ont pris leur envol vers des terres lointaines et pourtant si proches. En effet, les paysages comme le mode de vie rustique du Tibet rappelaient le Valais de nos grands-parents. Plus qu’une impression de retour sur nos origines, il s’agissait également de redécouvrir la spiritualité à la base de notre culture. Nous avons eu l’occasion de suivre les pas du Valaisan Bhx Maurice Tornay et ainsi de découvrir, au cas où nous l’aurions oublié, que la religion chrétienne n’est pas seulement un système dogmatique et moralisateur ou, pire encore, naïvement angélique, comme le montre malheureusement parfois certains prêtres ou religieux en Occident, mais d’avantage un ensemble de valeurs humaines et un questionnement de la conscience.

Croyant, athée ou agnostique, chaque étudiant a su trouver dans ce voyage un lieu d’ouverture au monde, à une réalité différente de la nôtre et à un questionnement personnel. L’assemblage de l’effort physique engagé durant l’ascension des sommets et de la prise de conscience face à la réalité des Tibétains persécutés par le communisme chinois fut l’occasion pour chacun d’entre nous de grandir en maturité.

Au fil des jours et des kilomètres, le sens de voyage « de la tête au cœur » devenait de plus en plus clair pour nous. La rencontre avec ces individus si pauvres matériellement et pourtant si humains, l’expérience de la vie de groupe au sein de conditions pas forcément les plus confortables ainsi que la confrontation à notre intériorité lors d’instants plus méditatifs nous ont permis de vivre l’expérience de la rencontre humaine et de la présence au présent.

Puissions-nous ne pas retomber trop rapidement dans l’engrenage du « métro-boulot-dodo » et de la superficialité si chers à notre société en nous remémorant sans cesse les perles acquises lors de ce voyage. Partager les fruits de ce vécu est sans doute une des meilleures manières de faire durer l’aventure au-delà des frontières asiatiques. Par conséquent, je ne peux que vous encourager à faire le pas de prononcer librement un « oui » déterminé aux voyages, aux expériences humaines, aux questionnements, aux risques, à tout ce qui vous positionnera face à vos aprioris… à la vie.

dsc-0046_orig

Crédit photos : © Association Tête au Cœur 

Laisser un commentaire