Attentats : nous attendons des solutions

Le Regard Libre N° 15 – Jonas Follonier

L’affaire est bien sûr si compliquée… D’un côté, un Occident qui a eu la très mauvaise idée d’intervenir en Irak au début de notre millénaire, puis en Lybie, puis en Syrie, etc. De l’autre, une religion dont les penseurs ne semblent pas vouloir remettre en question une partie de leur théologie – celle qui est incompatible avec notre civilisation. En témoigne le caractère pour le moins ambigu des propos de Tariq Ramadan, qui se présente pourtant comme un islamologue réformateur.

Voilà que l’horreur a encore frappé le 22 mars 2016. Cette fois-ci à Bruxelles. Nos premières pensées vont bien sûr aux victimes et à leurs familles. Au nom de toute la rédaction, j’invite à chanter la mémoire de ces innocents ! Souffrons avec Bruxelles, cette si belle capitale, juste à la suite de la capitale symbolique de notre identité européene : Paris, porteuse d’une littérature hors normes, d’une presse libre, d’un art de vivre, d’une culture francophone et occidentale à revendiquer.

Après l’émotion, la réflexion. Il ne suffira pas de vouloir rappeler du pied gauche que c’est nous qui avons créé Daesch à travers nos guerres dans les pays arabes et du pied droite qu’il ne faut pas faire d’amalgame en disant que tous les musulmans sont des islamistes radicaux. Et de montrer son soutien avec des images sur Facebook. Tout cela peut et doit être fait, mais nous parlons ici de la phase symbolique : celle-ci ne changera rien aux nombreux attentats qui nous menacent encore. Il faut une étape politique.

Nous espérons de nos responsables qu’ils prennent des mesures efficaces pour éviter que ces horreurs ne deviennent un quotidien. Après les attentats, les citoyens ont des attentes. En voici quelques-unes : renforcer les systèmes de sécurité ; envoyer des troupes au sol sur les nœuds de l’EI ; arrêter de financer les Etats du Golfe et de leur fournir des armes (!) ; assurer une bonne assimilation des musulmans à nos Etats laïques ; combattre le communautarisme ; convoquer un conseil international afin d’établir une stratégie mondiale de défense contre l’Etat islamique et une gestion de l’immigration plus égalitaire entre les différentes nations.

Il est facile d’écrire ces « y a qu’à ». Cependant, nous parlons d’une guerre qui doit être au centre des préoccupations actuelles. Gardons espoir dans les politiques pour prendre les choses en main, sans quoi nous tomberons dans un nihilisme qui n’arrangera rien à notre situation, bien au contraire !

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : chretiens.info

Laisser un commentaire