Hymne suisse, comme un malentendu

Le Regard Libre N° 18 – Nicolas Jutzet

La polémique est chronique, elle refait surface à chacune des sorties de l’équipe de Suis-se de football. Et qui dit grand événement, type Euro 2016 en France, dit polémique amplifiée. Une partie des médias et des spectateurs gémissent quand ils découvrent qu’une majorité des joueurs de notre chère « nati » ne chantent pas le Cantique suisse. Traîtres à la nation, mercenaires déconnectés de la réalité, tels sont les reproches formulés par ces patriotes du dimanche. Les sélectionnés rétorquent que l’attachement à un pays ne se limite pas à un futile hymne national. Rien ne semble pouvoir unir les deux camps.

La question de l’hymne national est pourtant intéressante. Celui-ci en dit souvent beaucoup sur l’histoire de son pays et son évolution. Prenez La Marseillaise, le chant de la Révolution française, celui d’une population se battant pour sa liberté qui semble aujourd’hui totalement dépassé et même obscène quand il est chanté par les représentants d’un Etat providence obèse ou par son peuple qui a depuis longtemps oublié ce qu’était la liberté, et dont les seuls combats consistent à demander plus d’Etat. On est loin de l’esprit initial.

En Suisse, jusqu’à la fin du XIXème siècle, aucun hymne officiel n’existait. L’une des explications pourrait venir du fait que, contrairement à nos voisins, notre unification n’est pas le résultat d’une guerre sanglante (Sonderbund, moins de cent morts) et qu’elle n’a pas eu besoin d’un quelconque chant de combattant. Le premier hymne suisse, Ô Monts indépendants, composé par Johann Rudolf Wyss en 1811, sur la musique de God Save the Queen, est aujourd’hui tombé dans un anonymat total. Ses paroles, bien plus pertinentes à mes yeux que celles de la version actuelle, méritent pourtant d’êtres rappelées :

1 2 3 4
O monts indépendants, Nous voulons nous unir, Gardons avec fierté Tu soutins nos aïeux,
Répétez nos accents, Nous voulons tous mourir L’arbre au Grütli planté Tu nous rendras comme eux,
Nos libres chants. Pour te servir. La liberté! Victorieux!
A toi patrie, O notre mère! Que d’âge en âge, Vers toi s’élance
Suisse chérie, De nous sois fière, Malgré l’orage, Notre espérance,
Le sang, la vie Sous ta bannière Cet héritage La délivrance
De tes enfants. Tous vont partir. Soit respecté. Viendra des cieux.

Pour mettre un terme à la confusion entre Ô Monts indépendants et l’hymne anglais, sur décision du Conseil fédéral, le Cantique suisse est introduit définitivement en avril 1981, vingt ans après son intronisation provisoire. Malgré de nombreuses tentatives, il n’a plus évolué depuis. Jugé dépassé par certains, il souffre d’un manque de considération ; très peu de citoyens connaissant l’entier des paroles. Une partie en ignore même le rythme. Même les essais de réformes ne rencontrent que peu d’intérêt.

On voit donc que les polémiques qui accompagnent l’EURO 2016 sont artificielles. Une solution serait de mettre un terme à cette mascarade qui, hormis susciter des polémiques en réveillant les plus vils sentiments, ne sert à rien. Supprimons ce chant des hymnes juste avant les matchs. Cela nous éviterait une flopée d’articles outranciers, et surtout la vue de beaufs qui beuglent à tue-tête en dégoulinant de bière.

Ecrire à l’auteur : nicolas.jutzet@leregardlibre.com

Crédit photo : © rts.ch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s