Fabrice A., un malaise en justice

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

« Les juges ont donné toutes les apparences d’un évident parti pris contre le prévenu. »

Après plus de trois ans du meurtre de la sociothérapeute Adeline M., l’affaire Fabrice A. n’est pas encore réglée en justice. Aucune résolution ne semble pouvoir advenir ; au contraire, c’est la confusion qui devient maîtresse alors même que les faits sont parfaitement clairs. Fabrice A., interné à l’asile psychiatrique La Pâquerette, avait égorgé sa curatrice Adeline M., lors d’une sortie.

Le Regard Libre s’était déjà penché sur cette affaire l’an dernier. Le procès s’était tenu du 3 au 7 octobre 2016. Il avait fait grand bruit, certes, par l’importance de la cause, mais également par le comportement du meurtrier, qui s’était montré, à dire peu, totalement impassible. Chacun livrait son interprétation face à un tel spectacle d’indifférence. D’aucuns se braquaient sur la fine malice de Fabrice A., d’autres l’innocentaient, comprenant l’atrocité de son geste par les effets pathologiques.

Méchanceté gratuite ou maladie ? On ne tombe pas facilement dans le piège d’un choix unique. Les deux s’y trouvent certainement ; la nuance demeure davantage dans la distinction des rôles. La folie est-t-elle cause de l’acte digne du sadisme le plus froid ? Ou le goût du mal a-t-il mené à une perte de contrôle mental ? Personnellement, la première hypothèse, avec ses nombreux contrastes, me paraît plus plausible. Qu’importe-t-il cependant de partager un tel questionnement ? Rien, pour la sphère publique du moins. Au-delà de ces légitimes débats, il reste que le diagnostic principal à tirer de l’affaire se situe en un profond malaise de la justice.

Pour s’en rendre compte, il suffit de dessiner à gros traits l’absurdité du cas, virant à la vulgarité. Sous la demande de la défense de Fabrice A., la Chambre pénale de recours récuse le Tribunal criminel, parce que « les juges ont donné toutes apparences d’un évident parti pris contre le prévenu ». Ceux-ci auraient même malmené l’avis d’experts psychiatriques français à cause de leur mollesse d’analyse du « condamné ». Sous l’influence du procureur général, bouillonnant d’agressivité, ils eussent donc fait preuve d’injustice, par impartialité. Résultat des courses : tout est annulé. De nouveaux juges doivent à présent reprendre l’énorme dossier et recommencer le procès dès son commencement.

Quel navrant tableau ! Non seulement la justice est discréditée, mais encore la famille de la victime doit supporter l’infernal jeu des procès éternels, sans que verdict ne soit jamais prononcé. On a là tout de même affaire à un psychopathe ne démontrant aucune repentance, se manifestant prêt à recommencer, et à une mère de famille décédée. De toute évidence, la situation est plus compliquée qu’il ne semble. Et pourtant, le sang a coulé. Le loup a sévi. Les agneaux se taisent néanmoins car la statue des tribunaux, épée dans une main, balance dans l’autre, se retrouve mutilée de ses pouvoirs. Elle ne peut plus peser la gravité d’un meurtre, quelle que soit la pathologie l’ayant provoqué, et ne tranche plus, de sa lame acérée, la culpabilité de l’assassin.

Ecrire à l’auteur : loris.musumeci@leregardlibre.com

Crédit photo : © Le Temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s