Emmanuel Macron : derrière le sourire, la main qui tremble

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

Quand son principal argument de vente est le renouveau, la jeunisme, faire de la vieille politique une fois élu est au minimum gênant. C’est oublier bien vite qu’une partie de son électorat, celle qui ne votait pas contre Marine Le Pen, mais pour son projet, le soutenait car il incarnait cela. Une idée de la France. La promesse de mettre ces vieilles pratiques au placard. Définitivement. Quelle déception !

Voir cette main qui se veut ferme et conquérante face à Donald Trump trembler au moment de débrancher le pathétique Richard Ferrand, c’est simplement affligeant. Pouvoir à ce point pavoiser à l’internationale, se voir en « leader du monde libre » et refuser de renvoyer d’où il vient ce vieux personnage, ancien frondeur qui, à défaut d’une éventuelle faute judiciaire (qui reste à prouver), est clairement coupable d’une faute politique, celle d’instiller le doute.

Il fallait donner un symbole, celui qui montrait que désormais, c’en était fini. Finies les petites explications d’une mauvaise foi révoltante, fini ce doute qui accable le citoyen sur la déconnexion des élites. Finie cette bonhomie avec les amis. L’occasion était belle, un ministre insignifiant, un moment parfait, mais la guiltone est restée au placard, le ministre en costard.

Quel dommage. Mettre en danger tout un mouvement qui semblait jusqu’à peu inarrêtable. Tout mettre en péril pour un simple détail de l’histoire, un homme qui parmi les proches de Macron incarne par excellence le vieux monde, celui des petits arrangements entre amis, c’est une honte. C’est lâche, et cela doit être sanctionné.

Espérons désormais que ce cher Emmanuel saura tenir tête aux syndicats, à la rue, à cette France qui s’arcboute sur ses privilèges. Mais c’est très mal parti. Si un simple Richard Ferrand le fait trébucher.

Ecrire à l’auteur : nicolas.jutzet@leregardlibre.com

Crédit photo : © France 3 Régions – Franceinfo

One thought on “Emmanuel Macron : derrière le sourire, la main qui tremble”

  1. Je pense que des choses plus graves le font trembler … Ferrand est sans doute dépositaire de secrets « gênants » pour Monsieur Macron. Il le lâche et Ferrand parlera !

Laisser un commentaire