L’importance de l’urbanisme

Le Regard Libre N° 33 – Jonas Follonier

Le politicien, l’ingénieur, le philosophe, le scientifique ou encore le policier jouent un rôle important dans la construction d’une société sereine. Mais il en est un que l’on oublie trop souvent : l’urbaniste.

La ville mérite sa science, sa pensée. Il faut quelqu’un pour la concevoir, pour lui donner de l’importance. Toute localité, du petit bourg jusqu’à la métropole en passant par la ville de province, est une cité, et a donc une inflence sur les citoyens, sur leurs comportements, sur leur destinée.

Le problème des banlieues a été maintes fois mis sur la table : comment peut-on en arriver à une situation où, dans certaines villes, et pas forcément grandes, des quartiers entiers sont habités par une communauté étrangère, qui parle dans sa langue et fonctionne de manière autonome ? Et où, souvent, bien trop souvent, l’insécurité est de mise ?

C’est bien sûr avant tout un problème politique, lié aux questions du chômage, de l’ascenceur social, mais aussi de l’immigration et de l’identité. Mais c’est également un problème qui concerne l’urbaniste. L’aménagement des périphéries fait partie d’une certaine conception de la ville, et la volonté par exemple de dynamiser certaines zones, de toujours mêler plusieurs « univers », peut être une solution.

Cela étant, nul besoin de convoquer la problématique des communautarismes. Il suffit de nous intéresser aux états d’âme que nous avons lorsque nous nous baladons dans une ville pour nous rendre compte à quel point sa conception est essentielle. Cette expérience fonctionne d’ailleurs dans sa propre ville comme dans une ville étrangère.

De fait, l’art aime depuis longtemps exprimer les liens qui unissent le paysage extérieur et le paysage intérieur d’une personne. La poésie des XVIIIe et XIXe siècles en témoigne. Mais il est un champ de recherche tout aussi intéressant, que Baudelaire avait d’ailleurs exploré à sa (sublime) façon : le lien entre la ville et les sentiments de celui qui y vit.

Dès lors, nous serons sûrement tous d’accord pour affirmer que la présence d’une certaine végétation permet une respiration du corps et de l’âme, que le « tout-béton » ne saurait tolérer. De même qu’une certaine structure des rues offre une logique à ce qui a priori ne pourrait pas en avoir. Et ce n’est pas rien.

Les actions, les pensées, les rencontres que nous faisons en ville s’inscrivent dans un décor, dans une atmosphère, dans des sons. J’irais même plus loin : dans une pensée urbanistique. Peut-être ce domaine et la légitimité que nous lui donnons pourront-ils contribuer à résoudre les casse-tête urbains ayant trait au bruit, à la mobilité ou encore au multiculturalisme. De grands défis du XXIe siècle.

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : © Ville de Montréal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s