« The Disaster Artist »

Les mercredis du cinéma – Elias Jutzet

The Disaster Artist raconte la création agitée et peu conventionnelle du film culte The Room, réalisé en 2003 et réputé comme étant le meilleur mauvais film de tout les temps. Le film choisit de prendre comme point central l’amitié qui lie l’énigmatique Tommy Wiseau, réalisateur, acteur principal et producteur de The Room au jeune acteur, Greg Sestero, qui rêve de faire carrière à Hollywood et se voit confier le second rôle masculin du film.

C’est l’histoire de ces deux hommes qui ne savent pas vraiment comment se lancer dans l’industrie ultra-concurrentielle du cinéma. Ils trouvent dans leur amitié la force qui les aide à affronter la peur de l’échec et du rejet. L’un et l’autre se poussent à se surpasser et à trouver le courage de vivre leur rêve hollywoodien. Devant les obstacles qui se dressent sur le chemin du succès, ils décident ensemble de tracer leur propre chemin vers la réussite et de réaliser leur propre film, tout simplement.

Tommy a des mystérieuses réserves d’argent, apparemment inépuisables, écrit, réalise et joue le rôle principal, tandis qu’il donne le second rôle à Greg. Ensemble ils créent une équipe, vivent un tournage chaotique et finissent par réaliser un film exceptionnel qui rencontre un succès assez inattendu.

Une réalisation chaotique

Le film est en effet censé être un drame, mais les spectateurs rient. La raison est simple : The Room est mauvais, tant et si bien qu’il en devient génial et c’est exactement cela qui plaît au public. Tommy Wiseau s’approprie la réussite et assume complément en affirmant que c’était son intention première de réaliser un film comique. Greg Sestero, de son côté, raconte l’aventure folle qu’a été la réalisation chaotique du film dans un livre intitulé The Disaster Artist.

L’une des particularité de The Disaster Artist, qui est autant sa force que sa faiblesse : il est indissociable du film The Room. Les références directes à certaines scènes sont nombreuses ; d’autres sont reconstituées à l’identique, comme en témoigne le générique de fin qui propose au spectateur une comparaison plan par plan entre le film d’origine et sa reconstitution.

Dans les coulisses

Ayant vu The Room avant de découvrir The Disaster Artist, j’ai vécu le film comme un complément fascinant qui m’a permis de jeter un regard dans les coulisses de ce chef-d’œuvre du cinéma mauvais. Le spectateur comprend un peu mieux comment un film aussi bizarre a pu voir le jour. Le résultat n’est pas décevant : les coulisses du film semblent avoir été aussi folles que ce qui transparaissait dans le film terminé, si ce n’est davantage.

The Disaster Artist est également très drôle, mais une grande partie des éléments comiques sont simplement des références à The Room. On rit parce qu’on se souvient de telle scène d’origine et on obtient enfin l’explication hilarante de telle étrange intonation dans le jeu ou de tel choix de montage incongru. Il est toutefois très probable que le film soit beaucoup moins intéressant pour ceux qui n’ont pas encore vu le film d’origine.

Les films tellement nuls qu’ils sont bons

The Disaster Artist ne parvient cependant pas vraiment à se créer une personnalité propre. Il dépend trop du film auquel il fait référence. Autant la narration que la réalisation restent assez classiques ; ce qui contribue probablement au fait que celui-ci s’efface devant l’extravagant triomphe de la nullité qu’est The Room.

Malgré ses faiblesses, le nouveau Tommy Wiseau réussit à transmettre une passion profonde pour le cinéma. A défaut de respecter les règles les plus élémentaires du langage du cinéma, la passion qui se ressent dans la réalisation ne manque absolument pas de marquer. Et c’est cette marque exceptionnelle de la catégorie de films « tellement nuls qu’ils sont bons » que transmet The Disaster Artist à travers The Room.

Ecrire à l’auteur : elias.jutzet@leregardlibre.com

Crédit photo : © Warner Bros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s