« Tomb Raider », le début de l’aventure

Les mercredis du cinéma – Nicolas Jutzet

Lara Croft, jeune femme resplendissante et motivée au possible, refuse d’admettre la mort de son père, disparu dix années plus tôt lors d’un voyage en Asie. Souvent absent, le paternel avait pourtant réussi à nouer une relation forte avec sa fille, qui peine aujourd’hui à faire le deuil. Quoi de plus logique, en l’absence d’enquête et de corps ?

L’héroïne, en conflit avec sa riche famille depuis lors, doit se débrouiller pour vivre et spécialement, pour payer les traites au club de boxe où elle peut expurger tant sa vitalité que sa haine. Un besoin indispensable. Car sans signature de sa part, l’héritage conséquent du père, le château familial et les nombreuses entreprises, sont coincées dans une attente désagréable pour l’ensemble des acteurs. Juridiquement la mort du père doit être validée par la signature de son héritière de sang.

Sur les traces d’un père absent puis disparu

Au moment de disparaître, le chef de famille était parti à la recherche de la tombe de la reine Himiko, sur l’île du Yamatai au sud du Japon. Or cette île retirée se trouve en eaux troubles et voraces, soit l’agitée mer du Diable. Possédant des pouvoirs malfaisant, la reine Himiko ne doit pas être découverte par des individus aux intentions moins nobles que celles de l’aventurier et père de Lara Croft. Sa disparition, non élucidée laisse supposer que soit la nature, soit une rencontre, a stoppée le téméraire conquistador sur sa route.

Loin d’avoir peur, Lara se tâte. Pourquoi ne pas d’aller vérifier elle-même, sur place, si elle peut percer le mystère? Si son père est vraiment mort? Décision prise, elle part. Sur le chemin, elle s’allie au fils du marin qui avait autrefois servi de guide à son propre géniteur. Ensemble, et sur le même bateau qu’à l’époque, ils décident d’affronter le destin et les eaux agités de la mer du Diable. Une décennie après, c’est reparti. L’expérience, le savoir-faire et la sagesse en moins.

L’île du Yamatai, une intrigue en vase clos

Après des secousses et un naufrage, qui séparent les deux protagonistes qui se perdent de vue, ils parviennent finalement à rejoindre la terre ferme. Malheureusement, loin d’être jovial, l’accueil est hostile. Ils sont faits prisonniers. Sur place, on comprend rapidement que les personnes à la recherche du Graal sont bien plus nombreuses que prévu. Séquestrée par le chef du groupe, Lara Croft parvient, non sans peine et sans blessure, à se libérer de l’emprise de la milice malintentionnée. Elle fuit. Seule au milieu de nulle part, affaiblie par une blessure qui semble sérieuse, elle croit apercevoir un homme, qui ressemble à un ermite, dans la pénombre. Elle décide de tenter de suivre sa trace… La suite de l’histoire en découle.

Le début d’une longue série ?

La scène finale laisse clairement supposer qu’une suite nous attend. Espérons pouvoir y retrouver la talentueuse et convaincante Alicia Vikander qui surnage dans un casting finalement bien fade.  Par la fluidité de son interprétation et son regard perçant, elle apporte une plus-value non négligeable à l’œuvre, sans toutefois parvenir à parfaitement s’extirper de son rôle quelque peu enfantin de « fille de » qui péjore, ne serait-ce que légèrement, le bilan.

Ecrire à l’auteur : nicolas.jutzet@lereregardlibre.com

Crédit photo : © Warner Bros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s