La Celsius, une bière bien fraîche

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

Quel plus heureux plaisir, assis sur une terrasse au soleil, que celui de la bière bien fraîche qui coule dans sa gorge ? Chacun souhaiterait que ce moment soit infini pour profiter plus longtemps de ses arômes et de sa fraîcheur revigorante. Mais gare au mal de crâne du lendemain. C’est pourquoi, cette semaine, la rédaction vous propose de découvrir une bière artisanale valaisanne qui laissera votre cerveau en parfait état, même après une longue soirée entre amis. En effet, La Celsius, brassée uniquement avec des ingrédients bio de la région, peut même être bue en lieu et place de vos tartines au Nutella du matin. Ses créateurs l’ont voulue complète et équilibrée, et ses sept déclinaisons le sont parfaitement.

Cette Brasserie d’Ayent, qui a ouvert ses portes en 2005, a été créée par trois amis aux origines diverses et variées, mais tous passionnés de boissons fermentées. Leur leitmotiv était dès le départ « on essaye et on verra bien ». L’aventure commence donc en 2002 par quelques brassages au hasard, dans la cave d’un appartement de Versoix (GE). En 2005, Joël et Alexandre émigrent en Valais et rencontrent Dubuis. Les trois brasseurs amateurs, un architecte, un électromécanicien et un enseignant de l’école primaire, décident de récupérer des cuves en Belgique et lancent leur affaire en produisant leurs premiers cent litres de bière blanche avec peu d’alcool.

Depuis le commencement, leur processus de fabrication est assez similaire. Ils commencent par faire infuser des céréales de malt à travers deux ou trois paliers, lavent ensuite les drèches – résidus de l’orge après extraction du moût –  et cuisent le moût avec le houblon. Les arômes spéciaux, sureau, abricot, poire, sont ajoutés à ce moment-là. Arrive enfin la fermentation,qui dure environ six semaines, en fonction du taux d’alcool final désiré. Cette dernière se fait aussi par paliers de températures différents, pour maîtriser la quantité de sucre et le goût.

Le concept de la Brasserie Celsius est de ne pas se prendre la tête. Eux-mêmes le disent :« on s’en fout, tant qu’on a du plaisir. » Depuis le boom des brasseries artisanales de 2015, les trois hommes produisent 20’000 litres de bière par année, mais toujours en prenant du plaisir. Leur but est simple : produire des bières bio, avec un taux d’alcool en dessous de 6%, contenant des ingrédients, sauf le malt, 100% de la région ; les abricots viennent du jardin d’un ami, les poires d’un verger familial de Martigny. L’expansion de leur marché n’est du reste pas leur but ni du point de vue financier, et encore moins du point de vue géographique.

La rédaction vous recommande en particulier leur bière « Folamour », blonde aux fleurs de sureau, qui est d’ailleurs le sponsor officiel de l’équipe féminine de hockey sur glace neuchâteloise.

Attention : tous les abus sont mauvais pour la santé, surtout celui d’eau.

Ecrire à l’auteur : florent.aymon@leregardlibre.com

Crédit photo : © Jonas Follonier pour Le Regard Libre

Laisser un commentaire