« Gaspard va au mariage », le film le plus bizarre de ce printemps

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Déjà le générique aux lettres vertes « fluo » témoigne d’une esthétique particulière, plutôt désagréable. Tout comme la musique qui l’accompagne, digne des pires répondeurs automatiques de filiales commerciales. Puis, une invraisemblable première scène. Sans rire, le hasard de circonstances qui réunit Gaspard (Félix Moati) et Laura (Laetitia Dosch), nous n’y croyons pas une seconde, si tant est que nous y comprenions quelque chose.

Mais, qui l’eût cru, le pire reste à venir. Le spectateur se dit : non, tout de même, ils n’ont pas osé ? C’est bien l’annonce d’un premier chapitre au titre kitsch qu’il voit défiler à l’écran, avec en arrière-fond le plan d’un personnage au ralenti. Au ralenti ! C’est comme si le directeur de la photographie découvrait, euphorique, les quelques options d’iMovie et qu’il tentait une première expérimentation. Redevenons un peu sérieux : ce découpage en quatre parties n’était vraiment pas une bonne idée – un « reste du scénario », selon le réalisateur Antony Cordier – car la matière du film, elle, mériterait une meilleure forme.

L’histoire est en effet peu commune et intéressante : Gaspard doit aller retrouver sa famille pour le second mariage de son père, un homme extravagant à qui l’on doit leur grande maison-zoo. Gaspard a en effet grandi au milieu des fauves, manchots et autres moutons. Il a ensuite pris ses distances avec son père et ses frères et sœurs – la mère, elle, est morte suite à l’attaque d’un tigre – pour une raison que l’on ignore et qui constituera le grand suspens de l’histoire. Pour une raison tout aussi obscure, Gaspard propose à l’inconnue Laura qu’il rencontre au début du film de la payer pour qu’elle l’accompagne au mariage.

L’arrivée du faux couple à la maison, le zoo, les membres de la famille, tout prend une odeur très étrange. D’ailleurs, dans la salle, le public oscille entre perplexité et rires. Les effets comiques ne manquent pas et sont plutôt réussis. Comme lorsque Peggy, la future nouvelle femme du père, dit à Laura en guise de message de bienvenue : « y a un caribou qui vient de naître, il a deux têtes : tu veux le voir ? » Ou, scène hilarante déjà présente dans la bande-annonce, lorsque Gaspard revoit son père, interprété par l’excellent Johan Heldenbergh, qui tout en parlant à ses enfants guérit son eczéma en baignant tout nu dans un aquarium.

Les autres personnages ne sont pas moins burlesques. Coline, la sœur énigmatique de Gaspard, porte en permanence une cape fabriquée avec la peau d’un ours qui l’accompagnait quand elle était enfant. Pire, elle se croit elle-même ourse, du moins une partie d’elle-même. Laura, la copine improvisée de Gaspard, a une voix qui fait penser à celle d’une Catherine Frot un peu plus jeune et naïve, et enchaîne les « en fait » quand on la questionne sur le couple qu’elle forme avec Gaspard.

Sous couvert de comédie, Gaspard va au mariage se comprend bientôt comme un véritable drame. Son propos est difficile à saisir, mais les thèmes sont présents depuis le début, comme des personnages cachés dans des buissons. L’amour familial, l’amour platonique, l’amour charnel, l’amitié, où en sont les limites ? L’épilogue rompt avec le caractère grotesque du quadriptyque et réussit à toucher le spectateur en apportant une musique enfin recevable – un air d’opéra sous fond orchestral – et un dénouement qui ne vous « spoilera » rien : « le plus difficile dans la vie est de trouver dans le monde quelqu’un qu’on aime plus que sa famille. »

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : Pyramide Distribution © Jeannick Gravelines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s