« MILF », mais où va-t-on ?

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Trois femmes approchant la quarantaine se rendent à la maison de vacances de l’une d’entre elles (Virginie Ledoyen), en bord de mer. Le séjour s’annonce plutôt ennuyeux : elles doivent vider les affaires de cette dernière en vue de la vente prochaine de la demeure. Mais les adultes, dit-on, gardent tous en eux une part d’enfance. Aider leur amie dans cette phase difficile, trop épuisant, quoi. « Et si on allait faire de la voile ? C’est bien, la voile ! »

Ce sera finalement un tour en bateau à moteur pour les deux gamines de trente-huit piges (Axelle Lafont, Marie-Josée Croze). Leurs cris de follettes, leur conduite plutôt laborieuse de leurs véhicules et surtout – attention, mesdames, mesdemoiselles, messieurs – leur côté milf, va attirer le regard de deux beaux gosses (Waël Sersoub, Matthias Dandois), l’un très musclé, l’autre fort tatoué, les deux très bêtes. Et la romance ridicule de débuter.

Milf 5 - © Frenetic Films

Précision : milf, terme provenant des sites pornographiques, désigne une femme d’un certain âge qui apparaît comme désirable et que convoitent de jeunes hommes. A ne pas confondre avec la cougar, une femme d’un certain âge qui cherche de jeunes conquêtes masculines. La milf, elle, n’a rien demandé. Un schéma bien hypocrite, vous l’aurez compris – qui demande et qui ne demande pas ? – et de toute manière, sans intérêt. Le fait est que ce concept porno devient le titre d’une comédie française.

Alors, que dire, si ce n’est des banalités ? Le scénario est catastrophique. Le jeu des acteurs, pitoyable. Le comique, absent. L’heure et demie de la séance, une perte de temps. La morale – ai-je osé utiliser ce terme ? –, apeurante : « tant qu’on s’aime, tout va bien. » S’aimer ? C’est-à-dire « faire la bête à deux dos », « frotter son lard », comme l’écrivait Rabelais ? Ne confondons pas tout, et arrêtons, arrêtons d’infliger cette vision de la société aux petites filles venant voir le film avec leur mère. Approchant la quarantaine, évidemment.

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : © Frenetic Films

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s