«Ceux qui travaillent», quand le cinéma suisse de qualité se fait attendre

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«De quel côté tu veux être? Ceux qui travaillent ou les autres?»

Franck est une bête au travail. Il ne lâche rien. Jour et nuit, il a les yeux rivés sur son téléphone et sur son ordinateur. Son bureau, c’est sa deuxième maison, ou plutôt sa première tant il y passe du temps. Les sentiments n’existent pas pour lui. L’argent, l’entreprise et le profit sont les seuls moteurs de sa vie. Depuis Genève, il gère les déplacements de navires de commerce à travers le monde. Chaque petite erreur peut coûter des centaines de milliers de francs à l’entreprise. Un jour, le commandant d’un bateau lui signale qu’un Libérien clandestin s’est infiltré dans le bateau. Impossible de faire marche arrière; impossible de le ramener en Europe. «Débarrassez-vous de lui!» L’histoire ne tarde pas à être connue de ses supérieurs. Et c’est le licenciement.

Du côté famille, le père de cinq enfants entretient avec les siens une relation plus militaire que familiale. Il est absent, quasiment toujours, et se contente de combler son absence par de l’argent de poche facile et une vie luxueuse. Cet homme, qui voit tout s’écrouler devant lui, se retrouve face au vide. Vide professionnel, vide familial, vide tout court. Que faire? Où aller? Comment trouver le bonheur, auquel il semble ne jamais s’être intéressé? La routine austère et froide de Franck se transforme en enfer, et il va bien falloir y trouver une issue.

Un film social

Le sujet est connu; le sujet est social. Le stress au travail, le père de famille absent et les méthodes peu catholiques des grandes entreprises sont de plus en plus abordés en littérature et au cinéma. Pourtant, Antoine Russbach n’a pas eu tort de s’en emparer pour réaliser Ceux qui travaillent. Chaque histoire de ce genre a des protagonistes qui lui sont propres et peut atteindre un public différent. Pour ce film suisse, c’est notamment la petite vie à la Suisse bien libérale et matérialiste qui est remise en question. A raison.

Le film ne s’arrête toutefois pas à son message. Il porte une certaine attention à la photographie en exploitant principalement trois procédés qui donnent de la chair à l’image. Le premier consiste à filmer, à de nombreuses reprises, le protagoniste principal de dos. Au téléphone, il déambule dans sa maison et le spectateur le suit un peu perdu. C’est comme si le personnage ne sait, au fond, pas vraiment où il va, et le public en est le premier témoin. Toujours dans le même sens, les séquences dans la voiture d’Antoine donnent le vertige, dans la mesure où la caméra est placée derrière le chauffeur et se noie à travers les virages des ruelles des quartiers cossus. Faussement heureux et apaisés, avec des arbustes et des thuyas oppressants.

Troisième point, les scènes figées de la petite vie de famille. La caméra est fixe et filme, dans le silence, l’immobilité dans laquelle le patriarche qu’est Franck tient sa femme et ses enfants. Les quelques déplacements y sont lents et l’ambiance y est lourde. Néanmoins, les ficelles du travail artistique sont trop visibles, surtout pour ce point. On imagine trop, peut-être à tort, Antoine Russbach commander à ses acteurs de prendre une allure théâtrale et de laisser entendre par leur jeu que le temps s’est arrêté.

Le cinéma suisse et sa médiocrité

En outre, malgré toute la bonne volonté du film, il faut malheureusement constater que le résultat final est décevant. Les silences et plans figés vont trop loin et rendent le long-métrage trop long et ennuyant. Le scénario, qui se veut en partie une dénonciation du capitalisme, vire à la caricature larmoyante plusieurs fois, surtout quand le capitaine du bateau auquel Franck avait ordonné de liquider le clandestin dit, au bord de larmes forcées, avec des trémolos dans la voix: «God bless capitalism.»

Mais le pire, c’est le jeu des acteurs. Cela fait mal au cœur à évoquer, parce que Ceux qui travaillent aurait eu tout pour réussir à son niveau de film suisse. Et pourtant, cette dimension prend une importance telle qu’elle ne peut simplement pas être omise. Sous l’autorité d’un scénario trop écrit, les acteurs, notamment lors des entretiens d’embauche, récitent leur texte de manière ridicule. Désolé; mais être indulgent sur ce point reviendrait à mentir. Lors du licenciement, c’est la même rengaine, avec une supérieure hiérarchique qui parle comme une adolescente qui récite attentivement une poésie à l’école secondaire. La conseillère en emploi commet les mêmes maladresses. Les enfants et la femme de Franck –à l’exception de la plus jeune des filles qui joue bien– font preuve d’amateurisme. Seul Olivier Gourmet, interprétant Franck, ne s’en sort pas trop mal, même s’il n’est pas très bon.

Je fais toutefois le gage que ni le réalisateur ni les acteurs ne sont dénués de talent. Il est certain qu’ils auraient pu faire beaucoup mieux. Si seulement l’art en Suisse ne se contentait pas de sa médiocrité! Le jugement est peut-être trop sévère, mais on a trop souvent l’impression que dès que les Suisses arrivent à un résultat plus ou moins potable en art – et particulièrement en cinéma de fiction, le cinéma documentaire se portant plutôt bien – ils lâchent l’affaire en se disant qu’au niveau suisse, rien ne sert de voir plus grand, de voir plus loin. Pourquoi? C’est tellement dommage! S’agit-il d’un problème de moyens financiers, de mauvais goût ou de négligence? N’étant pas en mesure de pouvoir répondre à cette question, je ne peux qu’encourager les cinéastes et les comédiens suisses à croire vraiment en eux, à aller jusqu’au bout de leur travail, même jusqu’au bout de leurs rêves, parce qu’ils en sont capables et que le cinéma suisse de fiction les attend avec impatience. Il attend de la qualité.

«On a accepté de vivre sans père, mais on n’acceptera pas de changer notre niveau de vie.»

Ecrire à l’auteur : loris.musumeci@leregardlibre.com

Crédit photo : © Outside the Box

Laisser un commentaire