«Le Jeu», une comédie douce-amère

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un couple de trentenaires sur le tard ou quadragénaires en herbe se réunit pour une nouvelle soirée entre amis, dans un appartement classe. Des couples, pour la plupart; seul Ben (Grégory Gadebois) est en solo, sa fraîche compagne ayant la «gastro». La soirée s’annonce sympathique, même si les plats cuisinés par leur convive, Vincent (Stéphane De Groodt), ne sont pas à proprement parler ragoûtants. Mais «c’est une surprise» – comme le dit Vincent, avec un air délicieusement benêt – et nous vous la laisserons donc aussi, chers futurs spectateurs.

Toute la trame se déclenche lorsque Marie (Bérénice Bejo) propose à chacun de ses amis de déposer son téléphone sur la table et, en guise de jeu, de lire à voix haute tous les messages qu’il reçoit, quels qu’ils soient, aux autres personnes présentes autour de la table. Un jeu, voyez-vous, qui n’est pas du goût de tout le monde, et on les comprend. Comme le veut la comédie de mœurs, car c’en est une, le jeu va vite tourner à l’aigreur, le vin au vinaigre, et le rire se fera jaune plus vite que prévu, y compris pour le spectateur.

Une comédie hexagonale, avec ses qualités et ses défauts

Des amants dans les placards: au fond, c’est ce qu’on va chercher en allant voir ce genre de comédies hexagonales, et quand l’affaire est finement amenée, c’est une réussite. Disons-le d’emblée: Le Jeu est fondamentalement une réussite. On y rit souvent, même quand notre rire veut dire: «en fait, eh bé, peut-être que cette histoire, c’est la mienne.» Célèbre catharsis de la comédie, qui nous dépouille de nos souillures! Ce long-métrage d’une heure trente réalisé par Fred Cavayé et adapté de l’œuvre de Paolo Genovese nous renvoie à notre propre image, comme nos smartphones, justement.

Quelques acteurs sortent du lot dans ce film: un Stéphane de Groodt qui confirme son excellence dans le rôle d’un plouc chic, une sublime Bérénice Bejo dans la peau de son épouse et dont on comprend qu’elle ait reçu neuf distinctions pour son rôle dans The Artist en 2012 aux côtés de Jean Dujardin, une Dora Tillier qui épouse à merveille son personnage spontané de femme amoureuse et rayonnante et un Grégory Gadebois fort émouvant lors de la résolution, plus que tout dans son interprétation de cette phrase clef: «Quand on aime quelqu’un, on le protège.»

Le Jeu © Agora Films (8)
Dora Tillier dans «Le Jeu», une comédie de Fred Cavayé © Agora Films

L’autre partie de la distribution n’est hélas pas totalement à la hauteur et peine à rendre ce «jeu» autre que théâtral. Sur ce point, Le Jeu ressemble à un Prénom un peu en-dessous. Le film est un huis clos – un bon choix, de toute évidence – mais pour qu’un huis clos soit efficace, il semble que l’investissement des acteurs doit être tel que le public oublie que c’est un «jeu», justement. Les changements de décors, les grandes musiques et les scènes d’action étant forcément absentes, tout le rythme de ce cinéma repose sur les épaules des acteurs; on les attend donc au tournant, et il y a du bon comme du moins bon, ce qui explique peut-être qu’on ressort du film un brin frustré.

Il n’en demeure pas moins que Le Jeu est un film à voir, ne serait-ce que pour ce drame que peut représenter l’intérieur de nos petits amis les iPhones et autres Samsung dans la vie d’un couple actuel. Et aussi, il faut bien le dire, pour les petites perles sociologiques qu’offre toute comédie française digne de ce nom, illustrant dans une ambiance «bon enfant» le ridicule de cette grande classe moyenne à laquelle nous appartenons. En guise de spoil – j’aime jouer avec le feu – cette sortie éminemment beauf de Ben à la vue de la fille de Vincent: «Elle a grandi, hein! ». De ce film, on en ressort aussi un peu grandi, à coup sûr.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo: © Agora Films

Laisser un commentaire