Black Pig, du local et des collab’s qui envoient du pâté

Les vendredis de la microbrasserie – Arthur Schneiter

Quand on associe les termes «Jura» et «craftbeer», sur Google comme dans l’esprit des amateurs de bières, on pense souvent à la fameuse BFM. Mais dans l’ombre de la brasserie de Saignelégier se cachent d’autres artisans du malt et du houblon encore méconnus des palais romands. Black Pig en fait partie.

Passionné de bières et au point mort dans son métier dans l’électronique, Ben s’est lancé un challenge: ouvrir (et faire tourner) sa propre brasserie, en donnant la priorité au marché local. La brasserie, démarrée en 2015 dans son garage à Courroux, propose un assortiment de base de quatre bières, qui se veulent taillées pour les néophytes comme pour les vrais beergeeks.

La Pi-Pig (Summer ale à 4.6%, bière de soif au goût subtilement citronné) et la Uto-Pig (American wheat beer à 4.5%, blanche légère) s’adressent plutôt au grand public, alors que la Pig-Ale (APA à 5.2%, aux houblons rappelant les tropiques, attention à la prononciation !) et la Pig-Up (American IPA à 6.1%, avec une bonne amertume et de l’agrume) visent les initiés.

A l’heure actuelle, la brasserie est en plein développement. L’an dernier, Ben est rejoint par Christophe, son «frère siamois» (tout le monde les confond), cuisinier de métier. Avant de prendre leur envol et partir à la conquête d’autres territoires romands, les deux associés veulent d’abord trouver leur équilibre et abreuver les Jurassiens avec leurs bières fortes en goût, démocratiser la bière artisanale dans une contrée longtemps «dominée par la culture Wartech».

L’année prochaine, ils ont pour projet d’ouvrir une taproom et d’acquérir des locaux de brassage in situ. Car pour l’instant, le garage ne suffisant plus à satisfaire leur soif d’expériences, les deux apprentis brasseurs (sic) façonnent leurs créations houblonnées dans les cuves de la Nébuleuse, à Renens. Dans le jargon, on parle de « gypsy ». Une culture qui sied totalement aux deux copains barbus, adeptes de la déconne et férus de collaborations, leur grand kiff.

Cet été, ils ont par exemple lancé une IPA au citron vert avec les Genevois de Totally Beer. A la base destinée à être un hybride bière-mojito à mélanger avec un sirop de menthe maison, les brasseurs se sont rendus compte que la bière était bien meilleure… sans la menthe. Avec leurs camarades de la BLZ Company, basés à Orvin dans le Jura bernois – dans le contexte politique électrique actuel autour de la question jurassienne, cela les fait d’ailleurs bien sourire – les deux acolytes ont élaboré une bière fumée au cumin et à la choucroute, la Yadl’Ajoie.

Légère en bouche, leur dernière création est parfaite pour accompagner un bon plat à base de porc. Cela tombe bien, ce week-end c’est la Saint-Martin. Si vous vous déplacez dans le Jura pour l’occasion, n’oubliez pas d’aller jeter un coup d’œil à leur stand sur le marché à Porrentruy pour la goûter. Vous pourrez également déguster une bière chaude (ou glühbier, pour les plus germanophiles) à la damassine. Cochon, bière, Black Pig… la boucle est bouclée.

Ecrire à l’auteur: arthur.schneiter@leregardlibre.com

Crédit photo: © Black Pig

Laisser un commentaire