«L’adieu à la nuit», l’adieu à la vie

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Dans L’adieu à la nuit, la célèbre Catherine Deneuve incarne une Française du sud-ouest qui découvre que son petit-fils s’apprête à partir faire le djihad en Syrie. Un film poignant signé André Téchiné.

Muriel se réjouit de retrouver son petit-fils Alex, orphelin suite à un accident qui a causé la mort de sa mère. Cela faisait longtemps que le jeune homme n’était plus venu rendre visite à sa grand-maman. Muriel s’occupe de chevaux dans le magnifique décor du sud-ouest de la France. Une France qui ne suffit pourtant pas à animer le cœur de certains jeunes nés dans le pays, qui rêvent d’une vie totalement autre. Par détresse, certainement. Par bêtise aussi, sans doute. Par l’effet d’une manipulation, évidemment.

Devant cette nouvelle œuvre d’André Téchiné, où l’on suit Muriel qui découvre peu à peu que son petit-fils lui a menti – il ne va pas partir au Canada, comme il l’affirme, mais au Moyen-Orient – on s’incline tout d’abord devant la sobriété à laquelle le réalisateur a su se tenir. Pas de guimauve dans le scénario ni de musique trop tragique: l’affaire est traitée à même l’os. Cela est suffisant, ô combien suffisant. Le spectateur a là de quoi ne pas s’en remettre, car les réalités de la conversion, de la radicalisation et du djihad sont d’une actualité intolérable, insoutenable. Et pourtant bien là.

Cela étant, il est tout de même à regretter que l’intrigue ne soit pas mieux ficelée. Après tout, il s’agit d’un drame incarné dans le réel, certes, mais avant tout d’une fiction. L’expérience cinématographique aurait encore gagné en intensité si nous avions découvert la radicalisation du jeune Alex en même temps que le personnage de Muriel, en focalisation interne. Ce n’est là qu’une idée que je fournis sans expérience de réalisateur. Mais c’est une intuition que je tenais à mentionner.

Enfin, le dilemme de Muriel formulé par le quotidien Le Temps – «laisser Alex aller au bout de sa dérive ou lui sauver la vie en le trahissant, en le dénonçant?» – me paraît être tout sauf un dilemme. Pour qu’il y ait un dilemme, il faut que les deux options qui se présentent à nous soient inacceptables. Or, si l’on considère froidement un individu qui s’apprête à rejoindre les rangs d’une organisation terroriste, et encore plus si on l’aime, on voudra forcément faire le choix de le raisonner et, si l’on n’y arrive pas, d’avoir recours à la police. Nul dilemme. Mais du tragique, oui.


Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo: © Xenix Films

L’adieu à la nuit
France – Allemagne, 2019
Réalisation: André Téchiné
Scénario: André Téchiné, Léa Mysius
Interprétation: Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein et Oulaya Amamra
Production: Olivier Delbosc
Distribution: Xenix Films
Durée: 1h43
Sortie: 24 avril 2019

Laisser un commentaire