Dom«MA»ge

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Tate Taylor après son sublime chef-d’œuvre La couleur des sentiments, primé à de nombreuses reprises, déçoit, cette fois, avec Ma, un film d’horreur sans saveur.

Avec une actrice telle qu’Octavia Spencer, comment ne pas avoir de très hautes attentes. Cette dernière, que l’on a vu jouer dans de nombreux films ces dernière années, allant de la domestique à la mathématicienne, offre à nouveau une performance époustouflante. Sa capacité à faire passer des émotions fortes par le regard donne une réelle ampleur à Ma. Son regard est d’ailleurs souvent souligné par des gros plans, ce qui lui ajoute de la puissance.

Bien que Sue Ann «Ma» soit une psychopathe affirmée, le film réussit néanmoins à nous faire éprouver de l’empathie pour elle, en nous montrant un événement difficile de son passé de lycéenne. C’est donc une relation d’amour-haine qui se crée gentiment entre le spectateur et cette pauvre femme éprise de vengeance. Hélas, Sue Ann est bien le seul personnage doté d’une psychologie vraiment intéressante. Le reste des protagonistes est d’une banalité terrifiante.

On retrouve, comme mille fois déjà, une bande d’adolescents un peu rebelles qui embarque avec elle la nouvelle du lycée. Cette dernière étant relativement timide. Elle devient, bien évidemment, amie avec la populaire, sort avec le garçon «sage» de la bande et habite avec sa mère qui l’éduque seule. C’est un archétype de jeunes adolescents américains stupides de film d’horreur duquel on commence à se lasser. Il n’y a ici aucune recherche d’originalité ou de rupture des codes.

Un scénario inabouti

Malgré la fadeur des protagonistes, le scénario réussit à faire montrer progressivement la tension. Sue Ann «Ma», va se lier d’amitié avec les jeunes ados, mais les choses vont devenir de plus en plus étranges et malaisantes. La violence des actes de Ma pour conserver les jeunes à ses côtés va s’intensifier et la femme paraîtra même bipolaire par moments. En bref, on nous prépare à une fin horrible et des plus gores. Et pourtant, des pistes prometteuses sont laissées sans suite et la fin est bâclée. Elle est d’une rapidité et d’une simplicité telle qu’elle ne tient malheureusement pas ses promesses.

A un moment, les jeunes sont torturés, bien que rien ne soit vraiment montré à l’écran. Quasiment tout est suggéré. Cette séquence aurait pu être tout à fait horrifique et spectaculaire, mais de trop nombreuses incohérences viennent brouiller la logique de cette scène finale. La musique tente tant bien que mal de magnifier les choses, mais la quête de vengeance de Ma n’est pas telle qu’on l’espérait. C’est donc avec regret que la tension progressive du film, qui nous promettait monts et merveilles, retombe subitement laissant un goût amer. C’est décevant.

Ecrire à l’auteur: melisa-orl@hotmail.com

Crédit photo: © Universal Pictures

MA
ETATS-UNIS, 2019
Réalisation: Tate Taylor
Scénario: Scotty Landes
Interprétation: Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis, McKaley Miller, Corey Fogelmanis, Dominic Burgess, Dante Brown, Tanyell Waivers
Production: Blumhouse Productions, Wyolah Films
Distribution: Universal Pictures International Switzerland
Durée: 1h40
Sortie: 5 juin 2019

Laisser un commentaire