Boire du vin en mangeant? quelle absurdité!

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

On se retrouve cette semaine pour découvrir une nouvelle facette des bières. Cela peut sembler évident d’en boire en guise d’apéro, ou alors en terminant le travail entre collègues. Toutefois, qu’en est-il de transgresser les mœurs en buvant une bière avec une tranche de viande ou, pire, d’associer crème glacée et breuvage à base de malt et de houblon? Menu.

Depuis la nuit des temps, le vin est associé à pratiquement tous les repas, car c’est un produit noble et abondant dans des régions comme le Valais ou Vaud. Toutefois, et comme l’explique le Prof. Philippe Gambert dans un entretien à Allodocteurs.fr, professeur de biochimie et de biologie moléculaire, la tradition a été quelque peu écorchée puisque, initialement, c’étaient les repas qui accompagnaient le vin et non l’inverse. En effet, toujours selon son analyse, «on profite certainement mieux d’un vin si on l’accompagne d’un repas [pusiqu’]on va extraire un certain nombre de constituants plus facilement car une solubilisation se fait grâce à l’alcool. […] on va donc libérer des tanins» que l’on pourra absorber durant la digestion.

Il est donc essentiel de bien harmoniser le contenu du repas et la boisson. En effet, en mangeant un plat très épicé, avec un vin qui n’aura pas suffisamment de relief pour contrebalancer les notes d’épices, le palais sera imprégné des épices. Lorsque vous consommerez votre vin tout chétif et peu aromatique, vous ne sentirez ni les arômes, ni le caractère de votre vin; il deviendra l’équivalent de l’eau, n’apportant rien à votre repas.

Mais alors, qu’en est-il des bières? Est-il possible d’agrémenter un repas avec des bières en lieu et place du vin? Vos invités auront peut-être l’air un peu surpris au premier abord, mais quoi de mieux qu’une bonne surprise pour lancer les débats de la soirée?

A lire aussi: Les bières prennent la place du vin au restaurant!

Tout d’abord, il faut savoir que la bière a un avantage majeur sur le vin: c’est qu’elle est en principe deux à trois fois moins forte. Ainsi, il vous sera bien plus difficile de trouver l’harmonie entre un repas et un vin qu’entre ce même met et une bière. Attentions toutefois au repas très épicés, qui risquent de vous faire perdre les arômes de la bière.  Voici donc trois propositions pour agrémenter vos repas avec des bières.

Apéritif: chips et snacks

Ici. rien de compliqué. Toutes les bières blanches et blondes avec une teneur en alcool inférieure à 5.5% peuvent convenir. Ainsi une «Pieuse» de la Brasserie des Murailles (GE) ou, plus répandue, une valaisanne blanche raviront vos papilles encore immaculées.

Entrée: brochettes d’ananas avec culatello di Parma.

Ce savant mélange sucré salé se mariera magnifiquement bien avec une bière fruitée comme la «Zébu» de la Brasserie du Vieux Chemin à Savièse (VS) ou, plus courante, une Corona Extra.

Plat principal: entrecôte de cerf avec confit de coing

Pour accompagner une viande, il vous faut une bière qui soit relativement forte, de manière à ce que ses arômes puissent contrebalancer ceux de la viande et de la sauce. A nouveau une bière fruitée, mais avec plus de corps comme «l’Amor Fati» de la brasserie White Froniter (VS), ou une bière plus amère comme «l’Embuscade» de la brasserie la Nébuleuse (VD) ou encore, plus facile à trouver, une Grimbergen rouge seront idéales.

Dessert: brownies au chocolat

Il faut donc terminer ce repas en beauté avec une bière qui pourra compenser le sucre d’un dessert. A vous de choisir si vous préférez une bière un peu plus amère ou plus sucrée. Ainsi, si vous appréciez les bières noires, choisissez une «Vaudruzienne Darkness» de la brasserie la Vaudruzienne (NE) ou, si vous préférez la simplicité, optez pour une Guiness.

Ecrire à l’auteur: florent.aymon@leregardlibre.com

Crédit photo: Wikimedia CC 3.0

Publicités

Laisser un commentaire