Archives de catégorie : Politique

Non à l’avortement: quand l’Etat se met à faire le bien

Le Regard Libre N° 42 – Diego Taboada

Le refus du droit à l’avortement en Argentine a été révélateur d’un malaise peu évoqué qui traverse les sociétés: l’acharnement des Etats à décréter et imposer ce qui est bien, en oubliant de faire respecter ce qui est juste.

Continuer la lecture de Non à l’avortement: quand l’Etat se met à faire le bien

Idblib, la dernière bataille pour la Syrie?

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

L’un des derniers chapitres de la guerre en Syrie qui dure depuis sept ans s’apprête à s’ouvrir. L’armée du régime syrien qui a réussi à réduire toutes les poches qui résistaient à son autorité envisage désormais de s’attaquer au dernier bastion rebelle au nord-ouest du pays, dans la région d’Idbilb qui touche la frontière turque.

Continuer la lecture de Idblib, la dernière bataille pour la Syrie?

L’unilatéralisme et les dangers de la méthode Trump

Le Regard Libre N° 42 – Clément Guntern

Depuis les débuts de la politique étrangère des Etats-Unis sous l’ère Trump, un terme est revenu sur le devant de la scène: l’unilatéralisme. Celui-là même que le système international avait tenté de réduire et qui tend à reprendre sa place alors que les défis de notre monde globalisé pressent.

Continuer la lecture de L’unilatéralisme et les dangers de la méthode Trump

«Le côté obscur de la lumière», ou le pouvoir selon Oskar Freysinger

Les lundis de l’actualité – Nicolas Jutzet

C’est un exercice inédit, rafraîchissant. Par la franchise de son auteur, le dernier livre d’Oskar Freysinger est une réjouissance pour tout amoureux de la politique. Au cœur du pouvoir, nous suivons, jour après jour, la violence de la fonction pour un homme qui sort du cadre, qui n’était pas programmé. On le croyait intouchable, on le découvre sensible, tourmenté. Les lecteurs du Regard Libre connaissent l’Oskar Freysinger artiste, au plus tard depuis son interview dans l’édition 38. Avec son nouveau livre Le côté obscur de la lumière, il nous donne l’occasion de mieux comprendre l’homme qui se cache derrière le politicien. Entre poèmes et affirmations, c’est assurément le livre de la rentrée en Suisse.

Continuer la lecture de «Le côté obscur de la lumière», ou le pouvoir selon Oskar Freysinger

Pourquoi aime-t-on détester le libéralisme?

Le Regard Libre N° 41 – Diego Taboada

Le terme « (néo)libéralisme » est utilisé régulièrement dans le débat public pour critiquer ou discréditer tant une personne qu’une opinion. Mais savons-nous vraiment de quoi nous parlons ? Pourquoi le libéralisme est-il si mal vu ? Retour sur les causes d’un désamour.

Continuer la lecture de Pourquoi aime-t-on détester le libéralisme?

La géopolitique de l’Arctique

Le Regard Libre N° 41 – Clément Guntern

Même si certains en doutent toujours, le réchauffement de la planète est devenu une certitude dont les effets les plus spectaculaires se font ressentir aux extrémités nord et sud de la Terre. Cette nouvelle donne a modifié les jeux d’intérêts entre les nations, surtout dans le nord.

Continuer la lecture de La géopolitique de l’Arctique

François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Le Regard Libre N° 43 (à paraître) – Jonas Follonier

François Asselineau fut candidat à l’élection présidentielle française de 2017. Classé parmi les « petits candidats », il était le seul à proposer une sortie de la France de l’Union européenne. Jugé complotiste par certains, lucide par d’autres, l’homme est dans tous les cas très intéressant. Rencontre avec le président de l’Union populaire républicaine.

Jonas Follonier : Le lancement immédiat d’une procédure de sortie de l’Union européenne, de l’Euro et de l’OTAN se trouve au cœur de la ligne politique de votre parti, n’est-ce pas ?

François Asselineau : J’ai créé l’UPR le 25 mars 2007, le jour même du cinquantième anniversaire du Traité de Rome. Lorsque nous avons déposé les statuts à la préfecture de police de Paris, la nécessité d’une sortie de l’Union européenne était inscrite dans l’objet même du parti politique. Ce n’est donc pas quelque chose de conjoncturel. En ce moment, un certain nombre de personnes sur la scène politique française et européenne commencent à se poser des questions sur l’UE. Tant mieux, mais personne ne peut nier que j’ai eu la primeur de cette affaire, puisque cela fait depuis onze ans et demi que c’est ma proposition. Ce qui fait aussi la caractéristique de notre parti, c’est qu’il n’y a aucune ambiguïté sur notre objectif : il s’agit de sortir de l’Union européenne de façon juridique par l’article 50. Celui-ci impose une négociation qui doit durer deux ans au maximum.

Continuer la lecture de François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Les tensions autour de la crise au Venezuela progressent

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

La question migratoire semble bientôt s’imposer un peu partout sur le continent américain. Du nord au sud, des mouvements de populations fuyant la misère et parfois l’oppression – ou les deux – tentent de gagner l’autre côté de la frontière. Les Etats-Unis, depuis longtemps confrontés à la problématique, ne sont plus désormais les seuls à devoir gérer des migrants et tous les soucis qui les accompagnent. Continuer la lecture de Les tensions autour de la crise au Venezuela progressent

Qui comprend vraiment la neutralité ?

Clément Guntern – Les lundis de l’actualité

En 2006, alors conseillère fédérale en charge du Département des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey lançait l’idée d’une candidature suisse au Conseil de sécurité de l’ONU. Depuis, l’idée progresse dans les esprits et, en 2011, le processus est lancé lorsque la candidature officielle de la Suisse est envoyée. Cependant, l’image d’une petite Suisse neutre siégeant dans la salle du conseil à New-York a du mal à passer chez certains, surtout à droite.

Continuer la lecture de Qui comprend vraiment la neutralité ?

Nicaragua: la «révolution socialiste» impopulaire

Les lundis de l’actualité – Diego Taboada

Depuis quelques mois maintenant, le Nicaragua est sous les feux des projecteurs en raison des manifestations populaires contre la dictature de Daniel Ortega et sa femme, Rosario Murillo – qui s’est progressivement hissée à la vice-présidence du gouvernement. Ces mouvements ont permis de mettre en lumière les agissements d’un régime autoritaire qui n’hésite pas à réprimer violemment toute tentative de contestation : près de trois cents morts sont à déplorer malgré les appels à la paix – cyniques – du président.

Continuer la lecture de Nicaragua: la «révolution socialiste» impopulaire