Galanterie, machisme et indifférence

Le Regard Libre N° 49 – Jonas Follonier

La galanterie est aujourd’hui considérée comme machiste, du moins par certaines féministes. Selon elles, cette forme française de savoir-vivre masculin à l’égard des femmes cacherait une vision sexiste où la femme serait traitée comme un être faible et fragile.

Or, la galanterie est une marque de civilité parmi d’autres et ne peut donc sérieusement que s’opposer à des réflexes balourds tels que le machisme ou la sauvagerie. Ce qui frappe quand on prend le métro à Lausanne ou à Paris, ce n’est pas le machisme de méchants hommes de droite blancs cis-genres occidentalo-centrés, mais tout simplement le manque de civilité de quelques «ouesh ouesh», de plus en plus nombreux. Ceux qui écartent leurs jambes en empiétant sur les autres sièges avec leur training insupportable.

Ne nous trompons donc pas de cible. La galanterie, d’ordinaire appliquée par des personnes aux mœurs douces, est un code de conduite. Comme tout code, il est arbitraire (régissant ici des devoirs d’un sexe envers l’autre). Mais comme tout code, il permet aussi, précisément parce qu’il est arbitraire, d’apaiser les rapports sociaux en y introduisant une norme d’harmonie.

S’il est bien sûr permis et même intéressant de questionner certaines règles de galanterie, comme celle pour un homme d’entrer avant sa compagne dans un restaurant, il semble plus urgent de combattre l’incivilité dans son ensemble et de ne pas ainsi jeter le bébé avec l’eau du bain. N’attaquons pas la galanterie qui est une forme de civilité. Car celle-ci se perd.

A nous de nous réveiller dans les transports publics, par exemple, quand nous assistons à des scènes effroyables de vulgarité, voire de harcèlement dans les pires cas. La Liberté nous apprenait que les chauffeurs de bus sont de plus en plus nombreux à ne plus dormir la nuit et vont jusqu’à démissionner suite à l’impolitesse de certains passagers. Ne soyons pas indifférents, condamnons l’irrespect! Il en va de notre responsabilité.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Image: © Nicolas Locatelli pour Le Regard Libre

Laisser un commentaire