Islam et homosexualité à Orlando

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

Furent au cœur de l’actualité de samedi dernier, le 11 juin 2016, l’homosexualité et l’islam au sein du drame d’Orlando. Quarante-neuf morts et cinquante-trois blessés, tel est le résultat sanglant. La tuerie a eu lieu dans un club homosexuel d’Orlando, une ville de Floride. Un jeune américain d’origine afghane, Omar Mateen, en est le responsable ; l’acte est revendiqué par l’Etat Islamique.

Au royaume des incohérences d’apparaître en plein soleil à présent, pour l’idéologie libertaire comme pour celle conservatrice, pour les Démocrates comme pour les Républicains américains. Les populistes de la droite puritaine, tels un Trump, profitent de l’événement pour blâmer davantage l’islam et l’immigration. Il faut cependant rappeler que la plupart de ces politiciens ne sont pas tout à fait les meilleurs amis de la communauté homosexuelle. Ils les traitent même bien volontiers de sodomites qui nuisent à la société par leur pratique d’une sexualité « contre nature ». Pourtant, si ces derniers subissent un massacre de la part d’un musulman, autant jouer de la fausse compassion pour consolider ses propos politiques. C’est dégoûtant. Lire la suite Islam et homosexualité à Orlando

De l’érotisme

Le Regard Libre N° 17 – Loris S. Musumeci

Je voudrais accourir aux pieds de mademoiselle, l’embraser de mes bras de feu, sentir son cou parfumé de grâce, caresser ses seins onctueux couverts d’un fin tissu blanc qui lui sert de robe, découvrir ses lèvres fines et souples, mais je me contente de la regarder, belle qu’elle est, manifestant son être à mes yeux. Pourquoi ce désir brûle-t-il en moi ? Parce qu’Eros l’a insufflé en moi, et il l’a insufflé en chaque homme, en chaque femme. Il y a donc quelque chose de naturel en moi qui accélère le rythme dansant de mon cœur, serre ma gorge et déstabilise mon corps entier par un léger tremblement de jambes lorsque face à moi se révèle, fascinante, la douce colombe.

Si c’est bel et bien Eros qui m’a fait cadeau du désir, il s’agit de le penser par l’érotisme, objet de la présente réflexion. Avant tout, il ne faut pas confondre érotisme et pornographie. Le premier fait délicatement émaner la chaleur de la chair, la seconde crache la froideur de la femme-objet, une poupée dans tous les sens du terme. Le premier chante sotto-voce un léger orgasme, la seconde hurle de douleur. Le premier disparaît, la seconde tue le premier et se déploie malicieusement partout. A l’heure où la pornographie, discrètement escamotée, se trouve à deux « clics » de ma main, soumise au triste voyeurisme, il est essentiel d’établir une nette et rigide distinction avec l’érotisme pour le comprendre. Lire la suite De l’érotisme

L’« Orestie », une tragédie familiale

Promenades théâtrales (4/6)

Le Regard Libre N° 17 – Loris S. Musumeci

« ELECTRE. Ô souci bien-aimé du foyer de ton père, espoir longtemps pleuré d’un rejeton sauveur, va, fais appel à ta vaillance et tu recouvreras le foyer paternel. Ô doux objet, qui retiens quatre parts de ma tendresse ! le Destin veut qu’en toi je salue un père, à toi revient l’amour dû à ma mère – elle, je la hais de toute mon âme – et à ma sœur immolée sans pitié ; et voici qu’en toi je trouve le frère fidèle qui va me rendre le respect des mortels ! Que seulement, avec la Force et le Droit, Zeus très grand me prête aussi son secours ! »

Le roi Agamemnon sacrifie sa fille Iphigénie ; Clytemnestre, femme de ce premier, tue son mari pour venger sa fille ; Oreste, fils du roi, revient de son exil pour venger la mémoire de son père en assassinant sa mère ; et les Erinyes, déesses partisanes de Clytemnestre, persécutent Oreste pour la mémoire de leur protégée. Si les drames d’Agamemnon, des Choéphores et des Euménides, qui dans l’ensemble font une seule tragédie, l’Orestie, peuvent se résumer en ces meurtres familiaux, le chef-d’œuvre d’Eschyle présenté dans la noble et haute Grèce du printemps de l’an 458 avant Jésus-Christ demeure plus profond et important qu’il ne semble. Lire la suite L’« Orestie », une tragédie familiale

Le DPI remis en question

Le Regard Libre N° 17 – Christopher Berclaz (notre invité du mois)

Suite à l’acceptation le 14 juin 2015 de l’article constitutionnel ouvrant les portes au diagnostique préimplantatoire (DPI), le projet d’application élaboré par le parlement s’est trouvé au centre de nombreuses critiques quant aux possibles dérives de la loi sur la procréation médicale assistée (LPMA), notamment suite à l’ouverture du DPI à toute personne ayant recours à une fécondation in vitro. Le 5 juin prochain, nous voterons donc à nouveau sur cette question par le biais d’un référendum qui, étrangement, divise les partis, amenant de véritables questions éthiques malheureusement trop souvent écartées des débats politiques mais qui appellent à la conscience de chacun.

Le DPI, sujet de divisions

Si c’est un « oui » clair pour le PBD et le PLR, le PDC accepte le DPI contre la volonté de son comité central. De plus, des politiciens de tous bords s’opposent au texte proposé, comme nous avons pu le constater avec le comité interpartis en faveur du « non ». Il en va de même pour les associations d’entraide dans le monde du handicap qui, divisées lors du vote de 2015, sont cette fois-ci toutes unies face au projet du parlement. Le milieu médical est quant à lui aussi divisé. Lire la suite Le DPI remis en question

Deux jeunes politiciens discutent autour d’un verre

Le Regard Libre N° 17 – Jonas Follonier

Nombreux sont les jeunes engagés en politique. Le Regard Libre est allé à la rencontre de deux d’entre eux, dans un bar de Neuchâtel : Luc Bourquin, représentant des Jeunes socialistes neuchâtelois au niveau suisse, et Michele Barone, vice-président des Jeunes libéraux-radicaux suisses. Quand babord et tribord s’affrontent amicalement autour d’un verre, cela donne naissance à d’intéressantes discussions.

Jonas Follonier : Le 5 juin, voterez-vous pour ou contre l’initiative demandant l’instauration d’un revenu de base inconditionnel (RBI) et pourquoi ?

Luc Bourquin : Il faut savoir que le RBI est une question sensible, car au sein même du PS, il y a une division. Le PS suisse tout comme le PS neuchâtelois sont contre, alors que les Jeunes socialistes suisses et neuchâtelois sont pour. Pour ma part, je pense que c’est un enjeu très important, dans la mesure où pour une fois, on a une votation qui remet en cause le système. Ce qu’il y a de très intéressant dans cette proposition, c’est qu’elle veut séparer le travail de la subsistance. Il s’agit de dire que tout le monde a le droit à une vie décente, quelles que soient ses qualités ou ses ambitions. Beaucoup ont peur que les gens arrêtent de travailler : un sondage montre qu’au contraire, très peu de gens cesseraient d’avoir un travail. Je pense aussi qu’économiquement, le RBI serait positif à long terme, car on arrive actuellement à un stade où on ne peut plus garantir le plein emploi. Cela est dû aux avancées technologiques et à la quatrième révolution industrielle. Le RBI serait une solution face à ce phénomène. A ceux qui disent que le RBI est contre le capitalisme, j’ai envie de répondre que non, le RBI permet de sauver le capitalisme ! Lire la suite Deux jeunes politiciens discutent autour d’un verre

Le débat sur la laïcité déchire Genève

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

La laïcité, pour faire court, est un principe hérité du XIXe siècle qui vise à ce que l’Etat soit neutre en matière religieuse et séparé des Eglises. L’idée d’une séparation entre l’Eglise et l’Etat a bien sûr des origines lointaines (« il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César »), mais soyons clair : la laïcité telle qu’elle se manifeste (timidement, à part en France) depuis deux siècles a ses racines dans la pensée des Lumières – ne pensons qu’à Locke ou Voltaire et leurs traités sur la tolérance et l’Etat libéral.

Les républicains du XIXe siècle ont ensuite érigé la laïcité en tant que principe ; celle-ci est donc constitutive de nos Etats modernes, forgés par les radicaux en France comme en Suisse. Mais quel homme politique connaît encore l’Histoire aujourd’hui, si ce n’est quelques passionnés ? Il semble que personne ne se rend compte à quel point notre héritage bicentenaire est précieux. Lire la suite Le débat sur la laïcité déchire Genève

Vers la suppression de l’argent liquide ?

Le Regard Libre N° 17 – Nicolas Jutzet

Sorti le 12 avril dernier, le nouveau billet de 50 francs est la première coupure de la neuvième série mise en circulation par la BNS. Cette dernière nous promet un passage par étape de la huitième série à la neuvième d’ici fin 2019. En plus de l’inévitable débat sur son esthétique, une question de fond émerge : avons-nous encore besoin d’argent liquide ? Et si, finalement, à l’heure du tout numérique, ces encombrants bouts de papier étaient devenus anachroniques ?

Cachés derrière un amour de la transparence, certains profitent de l’occasion pour dénoncer la dangerosité de l’argent liquide. Il permettrait de transporter discrètement d’énormes montants et de faciliter ainsi la circulation d’argent sale, la corruption et le financement d’activités illégales. Alors, ces devises, menace réelle ? ou s’agit-il d’un prétexte fallacieux cachant des intentions moins avouables ? Tour d’horizon de ce qui se fait dans le monde, et de ce que nous réserve le futur. Lire la suite Vers la suppression de l’argent liquide ?

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :