Archives par mot-clé : 1968

Une chanson anti-hippies

La richesse de la chanson française (6/6)

Le Regard Libre N° 18 – Jonas Follonier

Pour le dernier volet de «La richesse de la chanson française», nous allons nous intéresser à une chanson de Johnny Hallyday. Plongeons-nous dans le contexte de 1966, une année importante car elle constitue pour moi le début de la période musicale la plus impressionnante de la chanson française du XXe siècle: 1966-1968.

C’est en l’espace de ces trois ans que vont éclore les titres les plus paradigmatiques de la nouvelle génération de chanteurs: La Poupée qui fait non, Love me, please love me, L’Amour avec toi et Le Bal des Laze de Michel Polnareff; Les play-boys et Il est cinq heures, Paris s’éveille de Jacques Dutronc; La Javanaise et Bonnie and Clyde de Serge Gainsbourg; Noir c’est noir de Johnny Hallyday.

A lire aussi: Escapade baroque au Bal des Laze 

Or, en 1966, ce dernier sort la chanson Cheveux longs et idées courtes dans l’album La génération perdue. Cette dernière a un destinataire précis: le chanteur barbu Antoine. Celui-ci, la même année, sort son premier succès: Les Elucubrations d’Antoine. Dans l’un de ses couplets, Antoine présente Johnny comme étant une idole démodée: «Tout devrait changer tout le temps / Le monde serait plus amusant / On verrait des avions dans les couloirs du métro / Et Johnny Hallyday en cage à Medrano.»

Continuer la lecture de Une chanson anti-hippies

Escapade baroque au «Bal des Laze»

La richesse de la chanson française (2/6)

Le Regard Libre N° 14 – Jonas Follonier

Ce n’est pas un hasard si la période baroque de l’histoire littéraire, qui s’étend de 1580 à 1640, a été redécouverte dans les études des années 1960: des thèmes comme le changement, l’artifice et la singularité qui caractérisaient la poésie de Chassignet et le théâtre de Viau s’avèrent être aussi les principales revendications du mouvement de mai 68.

Ce n’est donc pas un hasard non plus si l’on retrouve l’esthétique baroque dans la musique des années 60. La chanson française avait besoin de sortir des sixties et de trouver un nouveau support musical qui fût plus élaboré que celui des yéyés, ces chanteurs débutants. Au rockabilly, au rock ‘n’ roll, au folk rock et à la naissante pop rock succéda un genre musical passé inaperçu et pourtant fondamental: la pop baroque. Continuer la lecture de Escapade baroque au «Bal des Laze»