Archives par mot-clé : actes sud

«Les Inconsolés» d’un amour immortel

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

Lise tombe amoureuse de Louis. Louis tombe amoureux de Lise. Coup de foudre. Entre une jeune fille complexée et un jeune homme sans complexe. Elle se croit laide; il se sait irrésistible. Elle se révèle sublime au fil des pages; et lui cruel, égoïste, calculateur. Elle devient forte à son tour, elle s’affirme; il se reconnaît faible, il s’efface. Ils se quittent. Mais leur amour est immortel; la rupture, impossible. Quand le prince charmant offre à sa princesse le château de ses rêves pour la reconquérir, elle cède. Ils s’aiment à nouveau. A quel prix? Celui de la romance tragique. Les Inconsolés en est une romance tragique. Elle est signée Minh Tran Huy, aux éditions Actes Sud.

Lire la critique
Publicités

«Sankhara», une expérience à méditer

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

«Je n’étais plus seule et libre pour toute ma vie à venir. Je me devais d’être là et de préserver cette sécurité pour eux. Ce n’était pas bien clair et je croyais à l’époque en vouloir à Sébastien d’avoir encore cette vie sociale dont je ne disposais plus. Il essayait de me comprendre, me proposait de prendre le relais quand il rentrait, de m’échapper un peu… Pour aller où? Faire les magasins? Voir des amies? Elles qui ne parlaient que de mes bébés et du travail que je devais avoir avec des jumeaux? Je n’en avais aucune envie. […] Je me sentais grosse et fatiguée. Comme si j’avais encore mes bébés à l’intérieur. J’étais vide et pleine à la fois. Quand je ne m’occupais plus des jumeaux, quand je ne les nourrissais pas, quand je ne les berçais pas, mon corps était inutile et laid. Il n’avait plus d’existence hormis celle que lui donnaient mes enfants.»

Lire la critique

La vie d’AndrEas Altmann, un témoignage percutant

Les bouquins du mardi – Amélie Wauthier

De ses parents, Adreas Altmann n’avait gardé que l’exemplaire de Mein Kampf qu’avait reçu le couple pour son mariage. Un livre, et de mauvais souvenirs. 

Lire la critique

«Les tribulations d’Arthur Mineur»: un Pulitzer comique et intelligent

Tour d’horizon de quelques grands prix littéraires – épisode #3

Le Regard Libre N° 49 – Loris S. Musumeci

«Comment pourrait-il s’imaginer que le lendemain matin, avant le cours, il se retrouvera dehors, suspendu au rebord du balcon de son appartement, à douze mètres du sol de la cour, pour tenter de gagner péniblement, centimètre après centimètre, la seule fenêtre ouverte?»

Un vrai idiot que cet Arthur Mineur. Vous connaissez Mister Bean? Imaginez-le alors en écrivain américain homosexuel, et le tour est joué: vous vous retrouvez face à Arthur Mineur. Mineur. Nom pas anodin pour quelqu’un dont l’œuvre est considérée comme mineure ainsi que l’existence, dans toute son insignifiance. Mineur a l’air de ne jamais être au bon endroit; s’il est quelque part, il est de trop; s’il n’y est pas, on l’attend avec agacement.

Lire la suite de la critique