Archives par mot-clé : alexandre wälti

Didier Burkhalter: «Je ressens l’envie de m’exprimer en toute liberté»

Dossier spécial Didier Burkhalter écrivain

Le Regard Libre N° 49 – Hélène Lavoyer et Alexandre Wälti

La démarche est suffisamment rare en Suisse pour être relevée: sitôt qu’il s’est retiré du Conseil fédéral, Didier Burkhalter a plongé dans l’écriture de romans. Après enfance de terre ont suivi Là où lac et montagne se parlent, Mère porteuse et Terre minée, tous publiés aux Editions de l’Aire. Nos critiques littéraires se sont penchés sur ces ouvrages pour en livrer une appréciation sans filtre. Mais avant cela, c’est Didier Burkhalter qui s’exprime dans nos colonnes, pour nous parler de sa passion littéraire.

Lire l’entretien

Spotify ou Bandcamp: faire le choix de l’industrie ou de la musique

Le Regard Libre N° 49 – Alexandre Wälti

Comment acheter de la musique? La question paraît sans doute simpliste. Or, la consommation de streaming est en constante augmentation et a chamboulé les revenus des musiciens. C’est plus simple. Il y a un vaste choix. C’est moins contraignant que de rendre visite à un disquaire. Petite comparaison entre Spotify et Bandcamp.

Lire l’article

Pourquoi nier la réalité?

Le Regard Libre N° 48 – Alexandre Wälti

Il suffit de passer quelques minutes sur l’instructif site internet du réseau des relevés glaciologiques suisses (GLAMOS) pour constater la fonte massive des glaciers. Même nos rues et nos routes montrent, aussi grossièrement que sur une affiche publicitaire, le lien évident entre les émissions de CO2 et la disparition de plus en plus rapide des neiges éternelles en Suisse. Petite chronique entre littérature et observations au cours d’une descente au centre-ville.

Lire l’article

Bertil Galland, l’homme de lettres romand

Le Regard Libre N° 46 – Alexandre Wälti

Bertil Galland est une personnalité qui a directement influencé le rayonnement d’auteurs romands tels que Jacques Chessex, Maurice Chappaz ou Alexandre Voisard. S’il est journaliste avant d’être éditeur, il a également écrit huit livres passionnants aux Editions Slatkine (voir recension sur www.leregardlibre.com) dans lesquels il évoque à la fois son travail journalistique et éditorial et sa passion des mots. Un homme généreux qui nous a offert plus d’une heure de son temps à Vevey. Une discussion qui a simplement commencé par le désir de savoir qui nous sommes, d’où nous venons et ce que nous faisons au Regard Libre. Un homme à l’écoute et qui a été à l’affût pour révéler au grand public de nombreuses plumes de Suisse romande.

Lire l’entretien

Coups de soleil hivernaux

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

Il est possible d’attraper un coup de soleil en plein hiver. Oui, oui, je vous l’assure, pas besoin d’être sur une piste de ski, le risque existe aussi sous un épais brouillard ou quand il neige à gros flocons. Même au crépuscule en rentrant du boulot! C’est exactement là que la magie de la musique opère le mieux. Vous savez, quand vous profitez des quelques minutes qui vous appartiennent en fin de journée. L’avantage est que ce type de brûlure n’aura pas de conséquence sur la peau mais provoquera seulement un petit «coupé décalé» ou quelconque pas de côté inattendu entre les passants du bord du lac. Voici trois albums ensoleillés!

Lire la suite de l’article

«A bright light», lumières d’une voix sombre

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

La musique peut être spirituelle. C’est le cas des compositions de Karen Dalton. Sans liturgies ni textes sacrés, mais avec une énergie qui aimante l’auditeur et le plonge dans une dimension parallèle. Celle qui fait trembler tout le corps. Celle qui heurte parfois le cœur. Celle qui réveille les ancêtres. La musicienne d’origine amérindienne a collecté des chants traditionnels et a composé ses propres chansons avec l’âme comme matière première. Son travail n’a été reconnu qu’après sa mort prématurée en 1993.

Continuer la lecture de «A bright light», lumières d’une voix sombre

«Dix petites anarchistes», un hommage aux émigrés suisses

Les bouquins du mardi – Alexandre Wälti

«L’attitude anarchiste, voilà notre sagesse. Pour les siècles à venir, on n’envisage ni un monde débarrassé de tout pouvoir ni éclairé enfin par l’anarchie universelle. On les imagine plutôt peuplés d’anarchistes. La révolte donnera sens à leur vie, comme elle a donné sens à la nôtre.»

Ainsi parle Valentine Grimm, la narratrice de Daniel de Roulet. Elle suppose une réponse possible et une attitude plausible parmi d’autres: remettre en question et changer en profondeur un système économique inégalitaire, patriarcal, vorace et prédateur qui arrive à bout de souffle, avant qu’il ne s’écroule une fois de plus comme en 2008. Une nécessité qui, comme à l’époque des dix petites anarchistes de l’écrivain imérien, n’a jamais été plus d’actualité qu’aujourd’hui: les gilets jaunes en France, les marches pour le climat en Suisse, le phénomène #MeToo dans le monde, Occupy Wall Street aux Etats-Unis, le mouvement 15-M en Espagne, etc.

Certes, toutes ces mobilisations civiles des dernières années ne partagent pas toujours les mêmes revendications, mais elles montrent un ras-le-bol grandissant face à une certaine conception de l’existence humaine. Comme Valentine, Colette, Juliette, Emilie, Jeanne, Lison, Adèle, Blandine, Germaine et Mathilde l’expriment très bien tout au long du roman. Penser une autre réalité, voilà ce qui les met toutes d’accord.

Continuer la lecture de «Dix petites anarchistes», un hommage aux émigrés suisses

«Le temps des mots à voix basse», ou l’art d’être concis et poétique

Les bouquins du mardi – Alexandre Wälti

La qualité d’un livre ne se mesure pas toujours à son épaisseur. Evidemment que 600 pages permettent une meilleure construction psychologique des personnages ou une trame plus élaborée que moins de 100. Anne-Lise Grobéty, en écrivant pour un jeune public, fait toutefois le pari des moments clefs au service du texte et de l’émotion. Elle réussit à toucher juste en allant droit au but dans Le temps des mots à voix basse.

Continuer la lecture de «Le temps des mots à voix basse», ou l’art d’être concis et poétique

Rencontre avec Claire May

Le Regard Libre N° 45 – Alexandre Wälti

La binationalité intrigue Claire May. Elle questionne notamment ce sujet dans Oostduinkerke au même titre qu’elle interroge les tiraillements intimes qui trouvent parfois leurs origines dans un certain déterminisme social et culturel à l’image de ses deux personnages principaux: Emma et Charles. C’est ce que l’on comprend au moment de fermer la dernière page du premier roman de l’écrivain belgo-suisse, paru aux Editions de l’Aire.

Continuer la lecture de Rencontre avec Claire May

«Rémi sans famille» ni génie

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Antoine Blossier livre une pâle copie des Choristes de Christophe Barratier. L’histoire de l’orphelin existe au moins depuis le XVIIe siècle et la retranscription de contes oraux par Charles Perrault. Pensons au Petit Poucet. Autrement dit, si l’on met en images ce lieu commun, alors il faut le faire avec des yeux nouveaux et de manière innovante. Rémi sans famille est même trop mal réalisé pour n’être juste qu’un beau et touchant film de fin d’année.

Continuer la lecture de «Rémi sans famille» ni génie