Archives du mot-clé alexandre wälti

Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

La mélancolie, c’est vrai. Nous pouvons l’entendre dans la musique de Leif Vollebekk. Mais pas seulement. Il y a surtout une maîtrise du groove qui n’est pas commune chez les songwriters. Le Canadien m’est tombé une première fois dans les oreilles en 2010 avec l’album intimiste Inland. Heureusement !

Je réécoute souvent Inland avec beaucoup de plaisir. Quand j’ai besoin d’authenticité musicale. Quelque chose de l’ordre de l’inachevé le caractérise encore aujourd’hui, peut-être le charme du premier album. La guitare acoustique n’y est pas dissimulée derrière des arrangements trop précis. Elle est brute et parfois imparfaite.

Lire la suite Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Yvette Z’Graggen, une femme précurseure

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

C’est peut-être l’histoire d’une exilée de l’intérieur. Non seulement Yvette Z’Graggen a grandi tiraillée entre la Suisse romande et ses origines alémaniques, mais elle figure parmi les écrivains hélvétiques dont l’œuvre mérite une attention particulière parce qu’elle a été construite en écho direct aux événements du XXe siècle. Une femme qui a toujours été en avance sur son temps, comme le montre parfaitement le documentaire Yvette Z’Graggen – Une femme au volant de sa vie de Frédéric Gonseth.

Pensons d’abord à son besoin d’indépendance précoce. Forcée ? Toute jeune déjà, elle écrit des histoires pour fuir la réalité. Elle vit la faillite d’un père dentiste, dépensier et un peu trop porté sur la boisson, levant parfois la main sur sa mère, tandis que la famille dégringole progressivement dans l’échelle sociale. Un passionné de belle voiture se retrouve soudain à pédaler sur un vélo. Un deux-roues qu’Yvette Z’Graggen utilise ensuite pour faire le tour de du pays durant les années silencieuses de la Seconde Guerre mondiale. Une enfance où l’imagination sert d’abri contre les réalités et qui est nourri très tôt par un besoin d’apprendre malgré l’impossibilité – due à des questions financières – de faire l’université.

Lire la suite Yvette Z’Graggen, une femme précurseure

Sudan Archives, « Come Meh Way »

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Wow ! L’expression est soudaine et s’accompagne d’une jouissance musicale immense. Pourquoi ? Parce que je découvre à l’instant le premier EP de la violoniste autodidacte Sudan Archives et ça envoie fort et bien. Quelque part entre Fela Kuti, Tchaïkovsky, Erykah Badu et Nicolas Jaar.

Lire la suite Sudan Archives, « Come Meh Way »

Fortuna, l’espoir d’un sort chanceux

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Un hospice, une adolescente éthiopienne, deux religions qui cohabitent et un amour illégal sont les ingrédients principaux de Fortuna, réalisé par Germinal Roaux. Le film se déroule à plus de 2000 mètres d’altitude entre les parois rocheuses et enneigées des Alpes. Une zone hostile ou d’accueil. Un territoire isolé ou de partage. Une plaine d’abandon ou de liberté. Ces mots en ouverture du long-métrage :

Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit ; mais tu ne sais d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. (Jean 3:8)

Lire la suite Fortuna, l’espoir d’un sort chanceux

Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Le Regard Libre N° 37 – Alexandre Wälti et Hélène Lavoyer

Sur la scène en pagaille où se mêlent instruments et confettis, quelques chaises désordonnées attestent d’un remue-ménage nocturne. Près du jukebox, un homme semble dormir sur un banc. Une guirlande d’ampoules de couleur pend par-dessus lui. Sur les notes d’un accordéon automatique, une deuxième personne entre en scène, balaie les confettis entre une échelle et une flopée d’instruments. Le tuba est posé au milieu de la scène, un trombone patiente avec deux guitares électriques près du piano et l’indispensable batterie attend au fond à droite.

La scène ressemble à un lendemain de carnaval dans un bistrot où s’est endormi un dernier client. C’est assez à l’image de la musique balkanique du Traktorkestar, bordélique et folle, qui partage l’affiche avec Stephan Eicher et la beatboxeuse Steff La Cheffe. A entendre les sifflements et le tonnerre d’applaudissements qui le portent sur scène, on pourrait croire à un public adolescent devant l’idole du moment. Mais à cinquante-sept ans, l’homme a déjà fait ses preuves et rassemble un public fidèle depuis son album de 1983, Les Chansons Bleues. Des Alémaniques et des Romands se tiennent là, dans le vaste Théâtre deBeausobre, prêts à danser et chanter.

Lire la suite Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

« Le Collier rouge », l’erreur d’adaptation

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Jean Becker, c’est l’art de filmer le tête-à-tête. C’est l’amitié entre un analphabète quasiment orphelin et une passionnée de littérature dans le tendre La Tête en friche, c’est le plaisir de faire renaître à l’écran la complicité entre deux amis d’enfance dans Dialogue avec mon jardinier, mais c’est aussi un homme seul qui se met à dos toute sa famille en un week-end dans Deux jours à tuer.

Lire la suite « Le Collier rouge », l’erreur d’adaptation

Aude Seigne et l’art du puzzle littéraire

Le Regard Libre N° spécial « Ecologie – Pour un revirement intégral » – Alexandre Wälti

L’écologie, quel vaste thème ! Aussi vaste que la terre sans doute ; un équilibre entre l’homme et la nature qui est indispensable à notre survie. Qu’en dira Aude Seigne ? Sans prendre soin de notre environnement, la prochaine glaciation nous couvrira plus tôt que prévu, comme la neige en ce moment devant le Café Gavroche de Genève, le 8 décembre 2017.

Lire la suite Aude Seigne et l’art du puzzle littéraire