Archives par mot-clé : éditions

A cheval sur ses chimères

Les bouquins du mardi – Edition spéciale «Les coronarétrospectives de la littérature» – Arthur Billerey

Cette chronique a d’abord été publiée dans La cinquième saison N°7.

«Minuit approche et quelque chose de démoniaque attend dans le noir/Au clair de lune, tu aperçois quelque chose qui fait arrêter ton cœur de battre/Tu tentes de crier mais la terreur avale ton cri avant qu’il ne sorte/Tu ne peux presque plus bouger, l’horreur te regarde droit dans les yeux/Tu es paralysé.»

Michael Jackson, Thriller
Paroles de Rod Temperton
(Traduction approximative)

Ouvrir Folmagories, dérivé fou de fantasmagories, c’est ouvrir la porte du quotidien au merveilleux et ne craindre sur son seuil ni fantôme, ni sorcière, ni vouivre, ni feu follet ou plus largement quelconque apparition de son, de buée, de gaz et de lumière. Au fond, c’est accepter que la réalité, pour joindre les deux bouts, pour exister, pour fonctionner et pour remplir son rôle, doit nécessairement avoir recours à l’imaginaire comme moyen d’opposition, de lutte, d’effet contraire, comme le biceps ne fonctionne qu’avec le mouvement élastique du triceps, son antagoniste.

Lire la rétrospective
Publicités

Roland Jaccard, provocateur parmi les pisse-froid

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Lucides sur l’état d’un monde acceptant de moins en moins les mauvais esprits, mais de plus en plus les esprits mauvais, quelques mortels, très rares, font le choix de la provocation. Et certains d’entre eux, parce qu’ils sont artistes, s’y livrent jusqu’au bout. Roland Jaccard en est. L’un de ses récents ouvrages, Dis-moi la vérité sur l’amour, figure parmi les très bons crus de l’actualité littéraire romande des derniers mois. Mais pour apprécier tel animal, il faut savoir accepter les contradictions de la condition humaine. Et donc comprendre ce qu’est la littérature. Critique.

Lire la chronique