Archives par mot-clé : ivan garcia

Les déchirements politiques de l’auteur russe Zakhar Prilepine

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Ecrivain, journaliste et soldat, Zakhar Prilepine est l’un des auteurs contemporains russes les plus salués par la critique. Nostalgique de l’URSS, opposé à la dictature gouvernementale mais également nationaliste parti guerroyer aux côtés des sécessionnistes russes dans le Donbass, il est le représentant d’une génération tiraillée entre un passé grandiose et un présent morose. Portrait d’un écrivain clivant face au pouvoir russe.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Pleurez de rire avec «Space Jam: nouvelle ère»

Les mercredis du cinéma – Ivan Garcia

Vingt-cinq ans après le premier opus, Space Jam fait son grand retour. Cette fois-ci, le basketteur LeBron James sollicite l’aide de Bugs Bunny et des Tunes pour sauver son fils. Un film délicieusement drôle qui nous renvoie en enfance.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Entre rires et délires, la voie du «Punk Samouraï»

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Ko Machida nous emmène sur les traces d’un samouraï sans maître à la morale douteuse, embrigadé dans une lutte contre une secte qu’il a lui-même inventée. Mélange entre une histoire de cape et d’épée et une farce médiévale, Punk Samouraï est un roman kaléidoscopique qui se lit avec délectation.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

L’écrivain et ses mensonges: comment un auteur se crée une légende

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Ils s’appellent William Faulkner, Ernest Hemingway, John Steinbeck ou autres. Ils sont de grands écrivains, ont été publiés, lus, consacrés et interviewés. Les légendes qu’ils nous ont laissées sont grandioses mais, sous tant de beaux traits, ne faut-il pas également chercher des traces du travail qu’ils ont accompli et de l’existence qu’ils ont vécue? Dans son nouvel essai, Julia Kerninon compare le discours des écrivains sur leur parcours à leur biographie pour montrer à quel point les légendes ont pris le pas sur la réalité. Un rééquilibrage de la balance.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Un Américain en enfer», un conte diablement original

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Décidément morts trop tôt, deux Américains, un Noir et un Blanc, atterrissent en enfer et passent leur temps à travailler et à étudier. Mais ils n’ont qu’une envie: s’échapper de ce trou perdu pour revenir en Amérique et contribuer à faire du pays un lieu meilleur, allant même jusqu’à berner le Diable, grand partisan de la «modernisation de l’enfer» et adepte de picole et d’orgies. Un récit original qui, grâce à sa légèreté et son style comique, nous enseigne quelques leçons sur le racisme.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Only Lovers Left Alive», la musique face au désenchantement

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Lui est un musicien-vampire. Elle est une lectrice-vampire. Leur principal souci? Se procurer du sang frais. Dans Only Lovers Left Alive, un couple de buveurs de sang millénaires s’aime sur fond de déchéance du monde. Et tout cela, en musique, s’il vous plaît. Un long-métrage tiré par les cheveux et, finalement, peu funky.

La dystopie intimiste de Louise Erdrich

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Le dernier roman traduit de Louise Erdrich couvre la fuite d’une jeune femme enceinte, traquée par un gouvernement religieux qui souhaite s’emparer de son enfant, dans un monde en proie à une régression biologique. Un texte qui résonne en nous.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Pascal Vandenberghe: «Le livre forme l’esprit critique et citoyen»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Ivan Garcia | En mars dernier, Pascal Vandenberghe, président directeur général des librairies Payot, a publié Le Funambule du livre, suivi de La librairie est un sport de combat, aux Editions de L’Aire. L’ouvrage divisé en deux parties (un long entretien et un essai), dont Le Regard Libre a chroniqué la première dans ses «bouquins du mardi», dévoile dans un premier temps le parcours professionnel de «Monsieur Payot», qui a connu plusieurs casquettes: ajusteur-mécanicien, libraire à la Fnac, éditeur et, depuis 2004, directeur général de Payot SA. En 2014, Pascal Vandenberghe rachète l’entreprise au groupe Lagardère Services et devient alors PDG de la société qui regroupe en son sein les librairies Payot et l’enseigne Nature & Découvertes Suisse. Dans un second temps, l’essai de «Monsieur Payot» expose les transformations vécues par le monde du livre ces quarante dernières années sous le regard d’un fin connaisseur. A plusieurs égards, il est possible de comparer Pascal Vandenberghe à Martin Eden, le héros d’un des romans éponymes de Jack London. Lecteur acharné, notre homme du jour s’est formé en autodidacte et s’est hissé petit à petit à la tête du plus grand réseau de librairies généralistes de Suisse romande. Pour discuter de son ouvrage, le patron de Payot nous reçoit dans son bureau lausannois – au sein duquel trône un portrait de Fritz Payot, fondateur de la librairie – et nous entretient du rôle de la librairie dans la société, du monde du livre et des défis auxquels il sera prochainement confronté.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Tom et Jerry» auraient pu mieux faire, va!

Les mercredis du cinéma – Ivan Garcia

Le duo cartoonesque créé par William Hanna et Joseph Barbera revient dans un long-métrage réalisé par Tim Story, qui ancre les deux héros dans le XXIe siècle. Un film drôle par moments mais dont le scénario semble manquer de cohérence. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Comment vivre la disparition et le deuil, d’après Emmanuel Carrère

Les mercredis du cinéma – Ivan Garcia

Dans le cadre de la 52e édition du festival nyonnais Visions du Réel est projeté le premier film documentaire d’Emmanuel Carrère, intitulé Retour à Kotelnitch. Un long-métrage qui mêle l’histoire d’une petite bourgade russe nommée Kotelnitch à l’histoire familiale du romancier et, plus spécifiquement, au récit d’une disparition. Un moment de cinéma qui laisse songeur.

Lire la critique (en libre accès)