Archives par mot-clé : le monde

«Les derniers jours de Marlon Brando»: les derniers jours d’un déchet glorieux

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

Un tramway nommé désir, Les révoltés du Bounty, Le dernier tango à Paris et surtout Le Parrain et Apocalypse Now. Autant de films, durablement légendaires pour les deux derniers, qui ont engendré ou du moins confirmé à leur tour une légende. Une légende qui porte un nom tout aussi légendaire, tout aussi plaqué dans l’histoire du cinéma: Marlon Brando. Dans Les derniers jours de Marlon Brando, le grand reporter au Monde Samuel Blumenfeld raconte une histoire qu’il compose en roman. L’histoire de sa rencontre à lui en entrevue avec cette légende de Brando, chez lui, au 12900 Mulholland Drive.

Lire la chronique

Alain Soral, d’«extrême droite» et puis c’est tout?

Article inédit – Antoine Menusier

Le polémiste français condamné pour antisémitisme, désormais poursuivi pour racisme, est-il vraiment l’exemple type du penseur d’ultra-droite? N’y a-t-il pas aussi un peu de gauche dans son brouet? Des enjeux pour la définition des extrêmes, à l’heure d’un progressisme aux accents parfois totalitaires. 

Lire l’analyse en libre accès

Faut-il couper la tête des artistes?

Le monde selon Laure Mi Hyun Croset

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Roland Jaccard, provocateur parmi les pisse-froid

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Lucides sur l’état d’un monde acceptant de moins en moins les mauvais esprits, mais de plus en plus les esprits mauvais, quelques mortels, très rares, font le choix de la provocation. Et certains d’entre eux, parce qu’ils sont artistes, s’y livrent jusqu’au bout. Roland Jaccard en est. L’un de ses récents ouvrages, Dis-moi la vérité sur l’amour, figure parmi les très bons crus de l’actualité littéraire romande des derniers mois. Mais pour apprécier tel animal, il faut savoir accepter les contradictions de la condition humaine. Et donc comprendre ce qu’est la littérature. Critique.

Lire la chronique

Jean Birnbaum: «L’islamisme progresse sur le cadavre de la gauche et du progressisme»

Son esprit fuse. Si vous posez une question à Jean Birnbaum, attendez-vous à ce qu’il déballe phrase sur phrase, référence sur référence. Il vous emmène dans des recoins que votre réflexion n’a encore jamais explorés. Voilà un homme intelligent et honnête, qui a l’audace d’aller chercher dans nos faiblesses les sources où repuiser nos forces. Ces faiblesses, il les révèle et les analyse dans «La Religion des Faibles. Ce que le djihadisme dit de nous», qu’il publie après son succès en librairie «Un Silence religieux – La gauche face au djihadisme». Jean Birnbaum est journaliste au Monde. Il y dirige la rubrique littéraire, «Le Monde des Livres».

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Pierre Bergé : l’homme qui incarnait l’époque

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

Un morceau de France disparaît. Et les hommages volent pour cet homme complet, qui conçut son temps par des pouvoirs aussi nombreux que divers. Pierre Bergé était le maître à penser des élites, le promoteur d’un progressisme sociétal et d’un capitalisme effréné, mais encore un patron de presse, un collectionneur d’art et un fin lettré. Un as de ce Paris flamboyant, gauchiste et luxueux, dont la carte n’est plus.

Jeunesse en révolution

Fils unique, de parents anarchistes, né en 1930. Jeune homme, il est têtu et ne tarde pas à s’affirmer. Sans terminer son lycée, il quitte le domicile familial d’Oléron pour monter à Paris. Il rêve de devenir journaliste, ou d’écrire pour le moins, et de faire partie de la haute. Lui, qui est homosexuel, sans s’en cacher, et qui aime passionnément les arts et les lettres. Continuer la lecture de Pierre Bergé : l’homme qui incarnait l’époque