Archives par mot-clé : libre arbitre

Aux origines augustiniennes du libre arbitre

ARTICLE LONG FORMAT, Antoine Bernhard | Avec le progrès des sciences, en particulier des neurosciences, la possibilité du libre arbitre est toujours plus remise en cause. Nous découvrons chaque jour de nouveaux déterminismes, c’est-à-dire des conditionnements à agir d’une certaine façon dans un contexte donné. La capacité de l’homme à s’autodéterminer qui nous est si chère peut sembler n’être qu’une illusion. Mais avant que les sciences modernes ne s’en emparent, la question du libre arbitre a déjà une longue histoire. Remontons aux origines d’une idée fondatrice dans l’histoire de l’Occident.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Réflexion sur la liberté

Le Regard Libre N° 9 – Sébastien Oreiller

Tout le monde se casse les dents sur la liberté, tant le sujet est vaste et épineux. Sartre disait: «La liberté, c’est vouloir ce que l’on peut.» En lieu d’une définition, voilà un pléonasme, un sophisme même, qui n’apprend rien sur la liberté en tant que telle. Sartre se contente de préciser les conditions dans lesquelles s’exerce cette fameuse liberté, sans préciser ce que l’on peut vraiment – à noter d’ailleurs que l’on ne peut pas quelque chose mais que l’on peut faire quelque chose. La liberté se pose en actes. Nuance. – La réciproque même aurait été plus constructive, à savoir que n’est pas libre celui qui recherche ce qu’il ne peut atteindre. Mais ça, tout le monde le sait; le philosophe de l’existentialisme tourne autour du pot. L’éminent père du Zarathoustra lui aussi préfère rester dans le vague: «La liberté, c’est d’avoir la volonté d’être responsable de soi-même.» Or, on est libre parce que l’on a la volonté d’être responsable de soi-même. C’est une cause, non la liberté en soi. Ajoutons que le mot même de liberté est un concept désagréable qui ne renvoie à rien. Il n’y a pas de liberté: il n’y a que des êtres libres ou non. Il faut donc en revenir au fait physique, si simple et effrayant parce que si dangereux: être libre, c’est faire ce que l’on veut. A cela, il faut ajouter l’indispensable corollaire social: être libre, c’est faire ce que l’on veut, quitte à en payer les conséquences.

Lire la suite de l’article (en libre accès)