Archives par mot-clé : ue

François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Le Regard Libre N° 43 (à paraître) – Jonas Follonier

François Asselineau fut candidat à l’élection présidentielle française de 2017. Classé parmi les « petits candidats », il était le seul à proposer une sortie de la France de l’Union européenne. Jugé complotiste par certains, lucide par d’autres, l’homme est dans tous les cas très intéressant. Rencontre avec le président de l’Union populaire républicaine.

Jonas Follonier : Le lancement immédiat d’une procédure de sortie de l’Union européenne, de l’Euro et de l’OTAN se trouve au cœur de la ligne politique de votre parti, n’est-ce pas ?

François Asselineau : J’ai créé l’UPR le 25 mars 2007, le jour même du cinquantième anniversaire du Traité de Rome. Lorsque nous avons déposé les statuts à la préfecture de police de Paris, la nécessité d’une sortie de l’Union européenne était inscrite dans l’objet même du parti politique. Ce n’est donc pas quelque chose de conjoncturel. En ce moment, un certain nombre de personnes sur la scène politique française et européenne commencent à se poser des questions sur l’UE. Tant mieux, mais personne ne peut nier que j’ai eu la primeur de cette affaire, puisque cela fait depuis onze ans et demi que c’est ma proposition. Ce qui fait aussi la caractéristique de notre parti, c’est qu’il n’y a aucune ambiguïté sur notre objectif : il s’agit de sortir de l’Union européenne de façon juridique par l’article 50. Celui-ci impose une négociation qui doit durer deux ans au maximum.

Continuer la lecture de François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Au Conseil européen, les illusionnistes sont rois

Les lundis de l’actualité – Diego Taboada

Cette semaine, les chefs d’Etat et gouvernement des pays membres de l’Union européenne ont siégé au Conseil européen. Comme à chaque « réunion des hauts placés », les attentes étaient élevées. Au menu du jour : crise migratoire et réforme de la zone euro. Ce sommet, censé être déterminant pour régler l’énième crise de l’UE, a déçu, comme toujours. Les européistes se lamentent et les sceptiques s’en donnent à cœur joie : pas de réelle avancée mais des sourires et des déclarations vides de sens. De la poudre aux yeux, en somme – ou plutôt, de perlimpinpin.

Continuer la lecture de Au Conseil européen, les illusionnistes sont rois

Une courte histoire du Venezuela pour comprendre le présent

Les lundis de l’actualité – Hélène Lavoyer

Voici une nouvelle dont vous avez certainement entendu parler cette semaine : Nicolàs Maduro, successeur d’Hugo Chavez à sa mort en 2013, a été réélu pour un mandat de président du Venezuela. Avec près de 70% des suffrages, le président se retrouve pourtant plus isolé et contesté que jamais ; en effet, la situation économique et sociale se dégrade, et le pays reste l’un des plus dangereux au monde, notamment à cause de son statut de « plaque tournante » pour le milieu de la drogue.

Comment comprendre l’abstention de plus de la moitié de la population lors des élections ? Quelles sont les causes du mécontentement de la population ? Tenir compte de la politique sous Chavez nous permet de saisir un peu plus l’enjeu actuel. Continuer la lecture de Une courte histoire du Venezuela pour comprendre le présent

La longue route du Brexit

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Le 8 décembre, l’Union européenne et le Royaume-Uni se sont mis d’accord sur la première étape du Brexit. Celle-ci consiste en un règlement de la sortie en tant que telle de l’Union. Les discussions ont porté sur le sort des ressortissants des deux entités vivant chez l’autre et sur le paiement de la contribution britannique à l’UE comme promis jusqu’en 2020. Le dernier sujet porte sur la frontière entre l’Ulster, partie du Royaume-Uni, et la République d’Irlande qui, selon les accords de paix de 1998, ne peut pas être matérielle, ce qui pose problème vu que cette frontière deviendrait une frontière extérieure de l’UE. Ce dernier sujet n’est d’ailleurs pas encore tranché sur le fond, ce qui augure de très vifs débats. Ces questions plus ou moins réglées, le passé entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni est censé être liquidé. Maintenant, c’est l’avenir de leur relation qui devra être envisagé, soit la question la plus difficile à régler. Et pour cause, cette première phase a pris presque une année alors qu’elle est censée être la plus facile à régler. Continuer la lecture de La longue route du Brexit

La neutralité a-t-elle encore une utilité ?

Le Regard Libre N° 32 – Clément Guntern

La neutralité est un concept essentiel à l’existence même de la Suisse. Pourtant, nous pouvons nous questionner sur son utilité actuelle, dans une situation totalement différente que lors de son instauration. Y a-t-il des raisons pertinentes à son maintien ?

Dans une étude sur la sécurité publiée en 2017 par l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), la population suisse affirme à 95% être attachée à la neutralité. Pourtant, si l’on observe le monde dans lequel nous vivons, il est de plus en plus difficile de trouver une utilité à la neutralité. Essayons donc de comprendre en quoi la neutralité n’est plus vraiment adaptée aux problèmes du monde qui nous entoure, en nous appuyant en partie sur les travaux du professeur René Schwok.

La neutralité suisse est une neutralité permanente. Que ce soit lors de périodes de conflits ou en temps de paix, la Suisse se considère comme neutre. Cependant, les règles qui régissent la neutralité de temps de paix et celle de temps de guerre sont bien différentes. On les nomme respectivement politique de neutralité et droit de la neutralité.

Droit de la neutralité

Continuer la lecture de La neutralité a-t-elle encore une utilité ?

L’indépendance de la Catalogne, une voie sans issue

Regard sur l’actualité – Diego Taboada

Le 1er octobre prochain, les Catalans sont invités à se prononcer sur l’indépendance de leur région. Ce référendum décidé unilatéralement par les autorités régionales est illégal et anticonstitutionnel, bien que soutenu par une part importante de la société catalane.

Un bras de fer stérile se joue entre le « govern » catalan et le pouvoir central. Se voyant investis d’une mission salvatrice, les indépendantistes se targuent de représenter le « vrai » peuple catalan opprimé et spolié par l’Espagne depuis des siècles. Passage en force au parlement, non-respect des décisions du pouvoir judiciaire, au nom de « l’intérêt de la nation ». Leur arrogance les amène même à nier l’existence des catalans opposés à l’indépendance. Continuer la lecture de L’indépendance de la Catalogne, une voie sans issue

Pour une Europe fédérale forte

Le Regard Libre N° 30 – Yann Fauconnet

L’Europe, lors des prochaines décennies, sera indéniablement confrontée à de nombreux défis aux niveaux technologique, politique, institutionnel, militaire, identitaire, culturel, religieux, social et environnemental. Mais quel rôle doit-elle assumer ?

Il est crucial, pour ce plaidoyer, d’établir les prémisses suivantes : il est question ici de l’Europe au sens large, c’est-à-dire de l’Atlantique à l’Oural, de l’Islande à l’Anatolie, du détroit de Gibraltar à Mourmansk, en passant par les Alpes et les Balkans ; le tout en faisant abstraction de ses dirigeants politiques actuels, hostiles ou non à l’idée d’une Europe forte. La clef du succès de cette Europe, pour sa survie, doit être basée sur trois principes : la paix, des institutions fédérales et une coopération accrue. Continuer la lecture de Pour une Europe fédérale forte

L’accord-cadre et le futur de la relation Suisse-Union européenne

Le Regard Libre N° 30 – Clément Guntern

La relation Suisse – Union européenne (3/3)

La question du futur de la relation Suisse-Union européenne (UE) se retrouve plus que jamais au cœur de l’actualité. Pour cause, les négociations en cours ont poussé au départ un conseiller fédéral très apprécié. La solution actuellement en discussion n’en finit pas de crisper en Suisse.

Dans les médias helvétiques, on parle d’un accord-cadre ou d’un accord institutionnel (nous choisirons le premier terme), mais en quoi consiste-t-il exactement ? Enormément d’informations erronées circulent. Et avant tout sur l’UE, quoique nous soyons déjà habitués à ce que certaines personnes parlent soit en mentant délibérément, soit en faisant preuve d’une totale ignorance sur ces questions et maintenant aussi sur l’accord lui-même.

Un accord en négociation

Continuer la lecture de L’accord-cadre et le futur de la relation Suisse-Union européenne

Les accords bilatéraux

Le Regard Libre N° 29 – Clément Guntern

La relation Suisse – Union européenne (2/3)

Après avoir fait un bref historique de la relation Suisse – Union européenne, nous consacrerons ces quelques lignes à décrire les accords bilatéraux et plus généralement la situation qui prévaut à l’heure actuelle.

Comme nous l’avions vu, la voie bilatérale n’est pas née facilement. Elle est apparue après de longues et difficiles négociations suite au refus de l’Espace économique européen (EEE) en 1992. C’est donc sur une voie propre que la Suisse a voulu se lancer, une voie que l’UE ne désirait pas forcément et qu’elle imaginait temporaire. Mais dans les faits, sur quoi portent ces accords ? Comment fonctionnent-ils et quels sont les problèmes auxquels la voie bilatérale doit faire face ?

Plus d’une centaine d’accords Continuer la lecture de Les accords bilatéraux

See EU later !

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

Le 24 juin 2016 restera dans l’histoire comme le jour qui a vu l’idée européenne se fissurer. Au dépouillement, un schisme apparaît ; l’Ecosse et l’Irlande du Nord votent IN, pendant que le Pays de Galles et l’Angleterre prennent la route de l’exil en glissant un OUT majoritaire dans les urnes. Les peuples du Royaume-Uni se sont prononcés, et risquent désormais de se diviser, chacun suivant son chemin, en solitaire. D’aucuns trouvent ce choix funeste, irrationnel voir même dangereux ; je dirais juste qu’il est inédit et représente un saut dans l’inconnu grisant.

En votant le Brexit, le Royaume-Uni s’est condamné à la volatilité, à l’incertitude. En face, l’Union européenne, cette amante cocufiée, est rageuse. Elle crie à la vengeance, voulant éviter d’autres exodes, et promet d’être impitoyable durant les négociations. Démissionnaire, Cameron laisse une véritable usine à gaz à son successeur. Avec l’appui du parlement, la ou le nouvel élu va devoir invoquer l’article 50 du Traité de Lisbonne pour activer le processus de sortie de l’Union européenne, puis patienter, négocier et enfin finaliser cette longue marche vers une souveraineté retrouvée. Continuer la lecture de See EU later !