Archives par mot-clé : zemmour

Zemmour candidat: une bonne nouvelle pour tout le monde

Article inédit – Jonas Follonier

L’essayiste Eric Zemmour est officiellement candidat à la présidence de la République française. Il a choisi la forme d’une vidéo personnelle postée sur les réseaux sociaux en ce mardi 30 novembre à 12h00 pour l’annoncer officiellement, avant de répondre aux quelques questions de Gilles Bouleau au 20 heures de TF1. Si la transformation de l’éditorialiste et écrivain en homme politique est une nouvelle plutôt inquiétante, quelle que soit notre position à l’égard de ses analyses, elle comporte aussi du très positif. Et ce, pour tout le monde également.

Lire le commentaire (en libre accès)

Eric Zemmour a-t-il franchi la ligne rouge?

Lors de la «Convention de la droite» le samedi 28 septembre dernier organisée par des proches de Marion Maréchal, petite-fille de Jean-Marie Le Pen, le polémiste français Eric Zemmour a tenu un discours que plus d'un a jugé raciste et islamophobe. A-t-il franchi la ligne rouge? Doit-il être écarté des médias où il officie régulièrement? Et surtout, l'hypothèse d'une candidature de sa part pour les présidentielles est-elle crédible? Analyse point par point, sans morale à la petite semaine.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Une Europe de destin

Le Regard Libre N° 52Jonas Follonier

Les élections européennes de mai dernier ont été à nouveau l’occasion pour les différents partis de faire croire à leur volonté de «réformer l’Union européenne». C’est bien beau, mais il est permis de douter. Sur les douze candidats d’un débat télévisuel français, tous ont appelé à plus de protectionnisme au sein d’une Union jugée «ultralibérale», «néolibérale» ou tout simplement «libérale», un mot qui suffit à l’insulte dans un pays qui pourtant mériterait une bonne douche de libération de l’économie, de redimensionnement des services publics et de baisse des impôts. Et si, au lieu de dénoncer le libre marché sur lequel s’est construite une UE certes imparfaite, on reconnaissait qu’il s’agit là du meilleur système économique qui soit tout en affirmant que le problème est ailleurs, à savoir au niveau civilisationnel?

Lire la suite de l’éditorial