Archives par mot-clé : alice zeniter

«Comme un empire dans un empire», un récit des réalités oubliées, à contretemps

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

Un développement sans rebondissement, de longues considérations, un pamphlet sans espoir et un crayon affûté pour dire une réalité malheureusement déjà obsolète. C’est ce que l’on peut dire du cinquième roman d’Alice Zeniter Comme un empire dans un empire. Ce récit sur la lutte collective et le désarroi personnel, sur la politique institutionnelle et le combat clandestin, sur le Parti socialiste français, les Gilets jaunes et le cybermonde aura bien de l’intérêt d’ici une dizaine d’années. En attendant, il sonne tristement faux. A moins qu’il ne serve à nous rappeller brutalement qu’il y avait un monde avant la pandémie.

Lire la critique (en libre accès)

«L’Art de perdre»: l’art de réussir à créer des liens

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

«Qu’est-ce que vous croyez qu’elles font vos filles dans les grandes villes? Elles disent qu’elles partent pour leurs études. Mais regardez-les: elles portent des pantalons, elles fument, elles boivent, elles se conduisent comme des putes. Elles ont oublié d’où elles viennent.»

Naïma est l’héritière d’une histoire familiale chargée de l’Histoire. Sa famille, d’origine kabyle, est arrivée en France durant l’été 62. Date maudite selon son père Hamid, qui n’a quasiment jamais parlé de l’Algérie à ses filles. Date maudite aussi pour son propre père, Ali, qui avait suggéré aux siens de ne jamais préciser la date de leur arrivée en France, surtout en présence d’autres ressortissants algériens. L’été 62 est en effet le moment où sont arrivés les «harkis», ces Algériens qui ont choisi la France face au FLN.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

S’opposer au torrent

La citation de la semaine – Loris S. Musumeci

« Il faut être fou pour s’opposer au torrent. Mektoub. La vie est faite de fatalités irréversibles et non d’actes historiques révocables. »

Alice Zeniter, L’Art de perdre

© Loris S. Musumeci pour Le Regard Libre