Archives de catégorie : Philosophie

Querelle sur les droits: l’homme n’est pas une abstraction

ARTICLE LONG FORMAT, Enzo Santacroce | Les discours communautaires, actuellement en vogue et portés par des minorités en mal d’existence plutôt que victimes de réelles répressions, torpillent la belle idée du XIXe siècle selon laquelle la liberté des minorités devait être préservée et défendue en la transformant en une arme contre la liberté d’expression, qui comprend, entre autres, le droit de faire de l’humour. Il est à craindre que la polémique provoquée par l’épisode de la comédienne romande Claude Inga-Barbey mettant en scène les difficultés à nommer les transformations de genre illustre une ère marquée par la police de la pensée. D’un point de vue philosophique, cette situation recèle une opposition entre deux types d’universalisme, soit celui proclamant les droits de l’Homme contre celui des droits des hommes.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Où va Pâque(s)?

ARTICLE LONG FORMAT, Eugène Praz | Il y a quelques semaines, bon nombre d’entre nous avons vécu la fête de Pâques. On se demande souvent d’où elle provient. Mais où va-t-elle et que signifie-t-elle à notre époque? Tentative de réponse à la croisée du christianisme et du judaïsme.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Retrouver le véritable sens du corps féminin

ARTICLE LONG FORMAT, Stéphanie Perruchoud | Récemment, nous avons fêté les 50 ans du suffrage féminin en Suisse; l’occasion pour nous de réinterroger la place de la femme dans le monde d’aujourd’hui. Si la femme occupe une place toujours plus importante dans la société, il y a des données qui semblent indiquer une stagnation dans la considération et reconnaissance de ce qu’elle voudrait et devrait être effectivement. Cette ambivalence dans l’avancée de la cause féminine peut devenir le point d’ancrage d’une nouvelle réflexion sur le sens du corps de la femme. C’est cette conversion du regard et du point de vue que nous voulons présenter ici.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Flâneries et pensées d’un promeneur solitaire en temps de crise sanitaire

Les bouquins du mardi – Arthur Billerey

Jon Ferguson, l’écrivain morgiens aux nombreuses casquettes (basketteur, philosophe, golfeur, etc.), publie un nouvel essai sur l’année 2020.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Aux origines augustiniennes du libre arbitre

ARTICLE LONG FORMAT, Antoine Bernhard | Avec le progrès des sciences, en particulier des neurosciences, la possibilité du libre arbitre est toujours plus remise en cause. Nous découvrons chaque jour de nouveaux déterminismes, c’est-à-dire des conditionnements à agir d’une certaine façon dans un contexte donné. La capacité de l’homme à s’autodéterminer qui nous est si chère peut sembler n’être qu’une illusion. Mais avant que les sciences modernes ne s’en emparent, la question du libre arbitre a déjà une longue histoire. Remontons aux origines d’une idée fondatrice dans l’histoire de l’Occident.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La gestion du virus confrontée au voile de l’ignorance

ARTICLE LONG FORMAT, Jonas Follonier et Lauriane Pipoz | La philosophie peut-elle nous éclairer dans la gestion du Covid-19? Oui, notamment grâce à la théorie de la justice de John Rawls. Ce philosophe anglais propose une expérience de pensée ayant pour but de trouver les principes d’une société juste. Appliquée à la gestion du virus, elle permet de se demander si les décisions du Conseil fédéral respectent la norme de l’impartialité, qui elle seule permet de protéger les intérêts de tous – y compris leurs libertés.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Les écrans au temps du Covid-19: un fléau pour la jeunesse

ARTICLE LONG FORMAT, Guillaume Moix | Depuis le début de la crise, le temps d’écran des enfants et des adolescents a significativement augmenté. Or, les conséquences néfastes de l’usage excessif des écrans sont attestées à ce jour par d’innombrables travaux et ce malgré quelques désaccords ponctuels dans la communauté scientifique. Il serait donc légitime de prendre en compte ce facteur dans la gestion de la crise sanitaire en cours, et plus particulièrement de celle de l’enseignement. Analyse.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Sur les rails avec Chiara Meichtry-Gonet

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Journaliste et écrivaine, équipée d’une spécialisation en logique mathématique, sous-directrice de l’Association Valaisanne des Entrepreneurs (AVE), Chiara Meichtry-Gonet est à la croisée de plusieurs chemins… ou rails, pourrait-on écrire. A l’automne 2020, elle a publié son deuxième roman Mathilde-sous-Gare chez Bernard Campiche. L’occasion pour moi de la rencontrer et d’échanger, lors d’une virée en train et ailleurs, sur son profil singulier et son univers imagé et perturbant.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Le monde selon Quentin Mouron: Les naturistes

CHRONIQUE, Quentin Mouron | La nature est à la mode. Soins naturels, nourriture biologique, broussailles de poils au torse et au cul, darwinisme social, transphobie orageuse, l’obsession naturiste prend des formes diverses et touche des groupes sociaux hétérogènes, parfois hostiles entre eux. Qu’y a-t-il de commun entre le cadre urbain possédé par la nourriture biologique et l’homophobe bas de plafond qui considère qu’il y a «quelque chose de louche à voir deux mecs se galocher»? Qu’y a-t-il de commun entre celui qui revendique de laisser crever les vieux du coronavirus et celui qui ne «s’épilera jamais nulle part parce que cela n’est pas naturel»? Demandez-leur, ils vous le diront: il n’y a aucun point commun.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

L’idéologie woke: des faveurs pour les «défavorisés»

ARTICLE LONG FORMAT, Jean David-Ponci | La culture woke est apparue dans les années 2000 aux Etats-Unis pour décrire un militantisme en faveur des Noirs et, par extension, envers toutes les personnes jugées défavorisées en raison de leur appartenance ethnique, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur physique ou leur handicap. De nombreux intellectuels de gauche comme de droite, le plus célèbre étant Barack Obama, ont condamné cette idéologie présente dans les universités. Aux Etats-Unis, la culture woke concerne en premier lieu la défense des Noirs, en particulier avec le mouvement Black Lives Matter, tandis qu’en Europe elle est surtout soutenue par les lobbys LGBT. Même si cette forme avancée de politiquement correct peut nous sembler ridicule, cette analyse nous fera découvrir que nous avons déjà admis les présupposés qui y mènent. Nous sommes tous déjà un peu woke sans en être conscients.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement