Archives de catégorie : Philosophie

La plus-value chez Marx, une notion qui garde toute son actualité

Le Regard Libre N° 81 – Jean-David Ponci Marx étudie l’économie capitaliste comme on démonte le mécanisme d’une montre. C’est surtout la notion de plus-value qui lui permet de mettre à nu l’injustice inhérente au système. Il faut savoir dépasser la rhétorique marxiste, qui ne voit que lutte des classes et exploitation, pour s’apercevoir que son … Continuer la lecture de La plus-value chez Marx, une notion qui garde toute son actualité

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Schopenhauer, pessimiste aigri?

ARTICLE LONG FORMAT, Danilo Heyer | On entend souvent ce refrain: «il ne faut être ni pessimiste, ni optimiste, mais réaliste!». Soit, gardons-nous d’édulcorer l’avenir. Bien insuffisante se révèle néanmoins cette position pour qui désire savoir si le monde est essentiellement bon ou mauvais; si la vie vaut la peine d’être vécue; si l’existence peut se justifier. Pour ce faire, il y aurait à porter un jugement métaphysique dont ce réalisme est bien incapable. On connaît surtout Arthur Schopenhauer, ce philosophe allemand du XIXe siècle, pour son pessimisme radical. Aurait-il toutefois offert au monde rien qu’une philosophie d’aigri, ainsi qu’on le prétend parfois? Une lecture attentive révèle un étonnant mélange de pessimisme et d’optimisme au cœur d’une philosophie pratique qui s’avère lucide et d’un grand secours pour tout un chacun. En fin de compte, le bonheur serait-il atteignable?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Nietzsche, le poète des lendemains qui chantent

ARTICLE LONG FORMAT, Enzo Santacroce | Nietzsche, le philosophe aux multiples facettes, a aussi bien été récupéré et détourné par l’idéologie nazie que par les forces anarchistes qui animaient les étudiants de mai 68. Comment expliquer que la pensée de cet esprit brillant ait été embrigadée par le brun et par le rouge? Les propos fragmentés et volontairement choquants que le philosophe allemand a formulés ont certainement contribué à l’inscrire dans les malentendus. Toutefois, sa critique lucide d’une société occidentale vivant désormais sans transcendance est d’une brûlante actualité, en ce sens que la seule valeur acceptable de nos jours est celle de la santé comprise comme l’anéantissement de la souffrance. Très tôt conscient de ce déclin, Nietzsche a élaboré une réponse tonique en se basant sur la volonté qu’exprime le corps enfin réhabilité dans sa dimension désirante.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«12 nouvelles règles pour une vie»: encore du développement personnel?

ARTICEL LONG FORMAT, Danilo Heyer | Le professeur de psychologie de l’Université de Toronto, le clinicien, le youtubeur au plus de quatre millions d’abonnés, l’orateur qui aura attiré dans 160 salles, en une année, pas moins d’un demi-million d’auditeurs, et l’auteur du best-seller «12 règles pour une vie: un antidote au chaos» a publié récemment «12 nouvelles règles pour une vie: au-delà de l’ordre». Je parle ici de Jordan Peterson. Qu’est-ce que cette figure de l’intellectual dark web apporte de neuf dans cette suite? Et que dire de sa pensée, sachant que, dans leur écrasante majorité, les médias traditionnels ont très mal lu son précédent ouvrage autant qu’ils l’ont mal critiqué à coups de sophismes de toute sorte?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La philosophie a autre chose à offrir qu’un supplément d’âme

ARTICLE LONG FORMAT, Antoine Vuille | Chaque mois, un rédacteur invité décortique un cliché entretenu à l’égard d’un philosophe. Une fois n’est pas coutume, cet article s’intéresse à un préjugé planant sur la philosophie elle-même. Pour comprendre ce qu’est cette discipline et ce à quoi elle sert, il faut casser deux clichés qui circulent à son propos: le premier concerne son objet, le second sa méthode.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Certificat Covid: les dessous de l’autoritarisme sanitaire

ARTICLE LONG FORMAT, Enzo Santacroce | La question du certificat Covid, semblable à la boîte de Pandore, délivre, une fois ouverte, une multitude de thématiques complexes qui interrogent notre rapport à l’autorité. Elle permet également de révéler que la pensée moderne doit encore mûrir vis-à-vis de la difficile question de la ligne de démarcation entre la sphère publique et la sphère privée, que les libéraux du XIXe avaient mise en évidence dans leurs écrits. A titre d’exemple, les médias et l’opinion commune parlent volontiers de la majorité et de la minorité, sans voir que cette dernière est réellement menacée dans ce nouvel épisode qu’est le certificat Covid dans le feuilleton pandémique. En effet, les non-vaccinés passeront bientôt pour des persona non grata dans les milieux publics, ce qui n’est pas sans rappeler les mécanismes des stigmatisations sociales, particulièrement tragiques au sein des totalitarismes.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Epicure, chantre du confinement et de la décroissance

ARTICLE LONG FORMAT, Enzo Santacroce | S’il est un philosophe dont le nom est associé à un préjugé tenace, c’est bien le penseur grec du IIIe siècle av. J.-C.: Epicure. En effet, qui n’a jamais entendu le terme d’épicurien pour désigner une personne appréciant la bonne chère et les vins raffinés? En réalité, l’expression «vivre en bon épicurien» détourne de son sens premier l’enseignement du maître grec pour qui la recherche du plaisir doit être prudente et mesurée. Plus essentiellement, cultiver simplement les sensations agréables permet de répondre aux malheurs de la vie et aux angoisses qu’ils provoquent, selon le philosophe. Dans notre actualité, sa stratégie du repli serait comparable au confinement et ferait les beaux jours des décroissants.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Mathieu Bock-Côté: «Il y a une corruption intellectuelle des sciences sociales»

Le Regard Libre N° 77Antoine Bernhard

Le sociologue Mathieu Bock-Côté a su s’imposer en quelques années comme un intellectuel de référence dans le monde francophone. Indépendantiste québécois, défenseur de l’héritage gaulliste, grand admirateur de Raymond Aron, il consacre son travail à l’analyse de l’évolution de notre société vers un nouveau régime qu’il appelle «diversitaire». Tout en critiquant les dérives de la gauche radicale – notamment dans ses ouvrages Le multiculturalisme comme religion politique et L’empire du politiquement correct –, il propose un modèle de société empreint du conservatisme dont il se fait le défenseur. En avril 2021, Mathieu Bock-Côté a publié son dernier livre La révolution racialiste, une critique acerbe de la mutation de la lutte antiraciste vers une nouvelle idéologie totalitaire. L’occasion de revenir avec lui sur quelques idées centrales de son œuvre et les actualités de la sphère intellectuelle.

Lire l’entretien fleuve (en libre accès)

Au-delà du clivage gauche-droite, la querelle de l’universel

Le Regard Libre N° 77Jonas Follonier

Le clivage gauche-droite existe encore sur certains sujets. Parmi eux, citons le salaire minimum, la caisse unique ou encore, de manière générale, la question de savoir par quels moyens une société peut, doit, réduire la pauvreté. Certains observateurs de la vie politique suisse, comme l’historien vaudois Olivier Meuwly, voient même dans les prises de position sur la gestion du Covid-19 une opposition générale entre ceux qui privilégient l’égalité et ceux qui la font passer après la liberté. La définition même de la gauche et de la droite selon le penseur libéral-radical.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Hegel, chantre d’un Etat autoritaire… ou libéral?

Chaque mois, Le Regard Libre vous propose la présentation d’un philosophe dont la pensée s’avère différente, voire à l’opposé, des clichés qui circulent à son sujet. L’historien Olivier Meuwly ouvre le bal en défendant l’idée que Georg Wilhelm Friedrich Hegel n’est pas le partisan d’un Etat autoritaire. Bien au contraire, notre rédacteur invité repère certains fondements théoriques du libéralisme au cœur du système hégélien. La démocratie directe elle-même n’est pas étrangère à la vision de l’Allemand selon l’historien.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)