«HEX», entre cordes synthétiques et incantations spectrales

Les mélodies du jeudi – Glenn Gomes

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Fans de Nine Inch Nails et des bandes sonores de John Carpenter, ceci est pour vous. Les Genevois de HEX sortent ce vendredi 25 mai leur premier album. Une musique sombre et prenante qui utilise les dernières technologies dans le domaine pour un résultat dense.

Continuer la lecture de «HEX», entre cordes synthétiques et incantations spectrales

«A Star Is Born» and The Showbiz Is Dead

Les mercredis du cinéma – Virginia Eufemi

Bradley Cooper, que nous avions connu dans la trilogie Very Bad Trip ou dans American Sniper, revêt pour la première fois le rôle de réalisateur pour son dernier film en date, A Star Is Born. Et ça lui va bien.

Continuer la lecture de «A Star Is Born» and The Showbiz Is Dead

«Johnny English Contre-Attaque»: drôlerie sans tension

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Un bon film d’espionnage a ses classiques: des courses-poursuites, des combats armés, des explosions, des gadgets et de la tension. Mais pouvons-nous parler de ces codes au sujet de Johnny English Contre-Attaque? Certainement, jusqu’à un certain point. Ce point où la parodie prend le dessus. Ce point où tout fout le camp.

Continuer la lecture de «Johnny English Contre-Attaque»: drôlerie sans tension

«Dogman»: une vie de chien dans toute sa splendeur cinématographique

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Casse-toi, espèce de lâche!»

A coups de «Bravo, amore», Marcello, dit Marcè, lave, masse, soigne, nourrit et promène les chiens qui lui sont confiés. Son modeste cabinet, le Dogman, marche plutôt bien, même si la banlieue du Latium où il se situe laisse plutôt penser qu’on devrait davantage penser à s’occuper des êtres humains que des chiens. Marcello a aussi une fille, qu’il adore. En somme, les deux amours de sa vie sont les chiens et sa fille. Et puis, il a encore quelques bons dans le quartier, avec lesquels il discute de tout et de rien, et partage de généreuses spaghettate sur la terrasse du seul restaurant du coin.

Dans ses fréquentations, rôde aussi un certain Simone. Une brute pur-sang. Un colosse de violence au nez bossu par l’habitude des coups. Il tape sur tout ce qui bouge quand ses nerfs sont à bout; et ses nerfs sont toujours à bout. Pourtant, il semble y avoir une certaine affection entre lui et Marcello. Ce qui les lie: la cocaïne. Les deux s’en procurent et se la partagent. De temps en temps, il sortent voir des filles. Et si le cœur leur en dit – surtout à Simone – ils s’organisent un petit cambriolage vite fait bien fait. Mais ce cercle vicieux ne peut plus durer, surtout quand Simone commence à devenir violent également avec celui qu’il appelle son ami, et qu’il le pousse à commette l’irréparable.

Continuer la lecture de «Dogman»: une vie de chien dans toute sa splendeur cinématographique

Le drame de l’Ordre du Temple solaire mis en roman

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Le 4 octobre 1994, à Salvan (VS) et à Cheiry (FR), des adeptes de l’Ordre du Temple solaire périssaient au nom d’une apocalypse prochaine. Si les faits sont connus, Julien Sansonnens a choisi de prendre la plume pour en livrer l’histoire sous forme de roman. Au centre du récit, «l’enfant aux étoiles», la fille du gourou Joseph Di Mambro. Un ouvrage poignant, douloureux et questionnant.

Continuer la lecture de Le drame de l’Ordre du Temple solaire mis en roman

Une manipulation génétique qui pose des questions

Les lundis de l’actualité – Diego Tabaoda

La semaine dernière, des chercheurs chinois ont réussi à obtenir des souriceaux après reproduction de souris de même sexe, grâce à des manipulations génétiques. Donnée remarquable, les souriceaux ont pu survivre et se reproduire à leur tour: une première dans le monde de la biogénétique. Le développement de cette nouvelle méthode – dont nous vous épargnons les détails techniques – pourrait ouvrir de nouvelles perspectives, notamment dans le clonage et la reproduction des mammifères. Continuer la lecture de Une manipulation génétique qui pose des questions

Pierre Soulages et son «outrenoir» interrogent les regards à la Fondation Gianadda

Le Regard Libre N° 42 – Loris S. Musumeci

Après une exposition sur Cézanne l’année dernière et une autre sur Toulouse-Lautrec en début d’année – plus classiques en leur genre – le visiteur de la Fondation Pierre Gianadda à Martigny, en Valais, se retrouve face à un Pierre Soulages plutôt surprenant. La salle principale est métamorphosée: du blanc, du noir. Contraste avec la douceur des peintures figurant la Sainte-Victoire et les portraits paysans de Cézanne ou la Belle Epoque chaude et enjouée de Toulouse-Lautrec. L’exposition «Soulages: Une rétrospective» est à voir jusqu’au 25 novembre.

Continuer la lecture de Pierre Soulages et son «outrenoir» interrogent les regards à la Fondation Gianadda

Non à l’avortement: quand l’Etat se met à faire le bien

Le Regard Libre N° 42 – Diego Taboada

Le refus du droit à l’avortement en Argentine a été révélateur d’un malaise peu évoqué qui traverse les sociétés: l’acharnement des Etats à décréter et imposer ce qui est bien, en oubliant de faire respecter ce qui est juste.

Continuer la lecture de Non à l’avortement: quand l’Etat se met à faire le bien

Les brasseurs, derrière le cliché, des bières artisanales

Les vendredis de la microbrasserie – Nicolas Jutzet

L’aventure de la chaîne Les Brasseurs remonte à 1997. Partie de Genève, elle s’étend désormais au travers de la Suisse romande. Pour preuve, son dernier établissement ouvert en 2015 à Sion. Manque encore le canton de Fribourg et le Jura, pour prendre parfaitement ses marques en Suisse romande. Toutefois, l’aspect artisanal de cette entreprise échappe parfois au passant. Pourtant, les bières sont brassées sur place, au vu et au su du client. Tout le processus est effectué sur place! L’aspect grandiloquent des établissements, le va-et-vient continu et l’aspect faussement international d’une partie de la carte expliquent sans doute cela. Une sorte de déconnexion entre la réalité et l’impression laissée.

Continuer la lecture de Les brasseurs, derrière le cliché, des bières artisanales

Brel ne nous quittera jamais

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Mardi 9 octobre. Unique date dans les cinémas romands! Sur le grand écran, deux concerts se succèdent: Knokke en 1963 et celui des adieux à l’Olympia en 1966. Entre les deux, trois ans durant lesquels les concerts se sont enchaînés de manière frénétique et, entretemps, les chansons ont grandi. Jacques Brel était trop bon interprète pour qu’un soir ressemble à l’autre, qu’une même chanson reste toujours la même. Compilation d’impressions.

Continuer la lecture de Brel ne nous quittera jamais

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :