La Brasserie du Dzô, une perle houblonnée au cœur du terroir fribourgeois

Les vendredis de la microbrasserie – Max Moeschler

Dans notre perpétuelle et insatiable quête de la mousse optimale, du houblon parfait et du malt idéal, nous vous invitons aujourd’hui en terres fribourgeoises qui, contrairement à certains adages populaires, ne sont pas uniquement le royaume de Gottéron et de la fondue moitié-moitié, mais réserve au contraire bien des surprises houblonnées. Présentation et dégustation dans une bonne humeur (presque) estivale.

Lire la suite La Brasserie du Dzô, une perle houblonnée au cœur du terroir fribourgeois

Sylvan LaCue, « Apologies in Advance »

Les mélodies du jeudi – Olivier Graber

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que 2018 nous offre une première belle surprise. Apologies in Advance, troisième projet studio de Sylvan LaCue, est un disque humain, sincère et qui sait allier avec réussite influences passées et présentes.

Lire la suite Sylvan LaCue, « Apologies in Advance »

« Deadpool 2 », le retour de l’anti-héros comique

 Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Deux ans après le film Deadpool, Ryan Reynolds revient vêtu de son costume rouge pour interpréter le fameux anti-héros Marvel dans Deadpool 2 réalisé par David Leitch. La sortie du premier film avait séduit le public étant donné l’originalité du concept issu des comics.

Wade Wilson, mercenaire réputé, se retrouve défiguré, mais surpuissant après un traitement extrêmement violent contre son cancer généralisé. Désormais surnommé Deadpool, Wade devient le mercenaire le plus redouté du monde, mais plusieurs événements vont le pousser à collaborer avec le groupe de super-héros qu’il fuit depuis longtemps, les X-Men.

Un orphelinat de mutants est en danger à cause d’un jeune garçon, Russell, en colère contre l’établissement et qu’il menace de détruire avec son pouvoir pyromane. Les X-Men et Deadpool se rendent immédiatement sur place pour canaliser le jeune garçon. Très vite, l’anti-héros ressent le besoin de protéger Russell, car il est doublement menacé par un orphelinat violent et par Cable (Josh Brolin), un homme venu du futur pour traquer et éliminer le jeune mutant…

Lire la suite « Deadpool 2 », le retour de l’anti-héros comique

« Death Wish » ne nous aura donné envie de rien

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

«  – Qui êtes-vous ?

– Ton dernier client. »

Paul Keersey (Bruce Willis) est chirurgien urgentiste à Boston. Vivant entre le rythme effréné des opérations et l’harmonie de sa vie de famille aux côtés de sa femme et de sa fille, il mène une vie privilégiée, contrastant fortement avec celles des gangsters et autres miséreux de la ville. Repéré par le voiturier d’un restaurant qui photographiera son adresse afin de le cambrioler, celui qui s’est éloigné du déterminisme social dans lequel aurait pu le plonger la relation malsaine qu’il entretenait avec son père se voit un jour démuni.

Sa femme et sa fille sont agressée lors du vol organisé par le fameux voiturier, alors qu’il avait du se rendre précipitamment à l’hôpital. La première décèdera et la seconde restera plongée dans un profond coma, chaque jour amoindrissant un peu plus ses chances de survie. Seul face au deuil, hanté par l’inquiétude et la colère, il ne trouvera le sommeil que le jour où il se retrouve de façon impromptue au milieu d’une scène de vol de voiture. Sans sourciller, il utilise pour la première fois l’arme récupérée sur l’un de ses patients et assassine l’un des malfrats. Lire la suite « Death Wish » ne nous aura donné envie de rien

« L’homme qui tua Don Quichotte », la fantaisie adéquate

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Tout y est : l’énergie, la folie, l’inventivité, l’aventure et même l’hommage. C’est Don Quichotte version Terry Gilliam, fermenté en barrique Monty Python, cuvée 2018, enfin ! C’est peu dire tant l’adaptation du classique de Cervantes a longtemps été une épreuve pour le réalisateur qui avait le projet en tête dès 1990 et a commencé sa production dès 2000. Ce n’est pas le seul réalisateur qui a tenté une adaptation cinématographique : le grand Orson Welles s’y était déjà cassé les dents durant vingt ans dès 1957. Pourquoi autant d’années pour réaliser L’Homme qui tua Don Quichotte ?

Lire la suite « L’homme qui tua Don Quichotte », la fantaisie adéquate

« Les années silencieuses » questionnent sans cesse

Les lettres romandes du mardi – Alexandre Wälti

Quand une femme de soixante-et-un ans pose un regard rétrospectif sur sa vingtaine, plus précisément les années 1942-1943, alors elle parle aussi de l’histoire de la Suisse. Quand cette femme est Yvette Z’Graggen, écrivaine et journaliste, alors l’exercice peut encore aujourd’hui enrichir l’opinion publique. Si celle-ci existe, bien sûr. L’enrichissement, lui, à la fin de la lecture du récit Les années silencieuses, est certain.

Lire la suite « Les années silencieuses » questionnent sans cesse

OFXAM et le terrorisme intellectuel

Les lundis de l’actualité – Nicolas Jutzet

En début de semaine dernière, vous avez sans doute lu, ou entendu, les réactions indignées au dernier «rapport» de Oxfam, qui est « une confédération internationale de 20 organisations qui travaillent ensemble, avec des partenaires et communautés locales, dans plus de 90 pays ». Son slogan, d’une modestie rare (Ensemble, nous pouvons construire un monde plus juste sans pauvreté), indique aux derniers indécis que sa vocation est noble. Intitulé « CAC 40 (du nom de l’indice boursier de la Bourse de Paris)  des profits sans partage », il ne laisse que peu de place au doute. Mais qu’en est-il en réalité, est-ce que sous couvert d’une lutte louable, Oxfam ferait de la politique ? Focus sur le contenu et la méthodologie.

Lire la suite OFXAM et le terrorisme intellectuel

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :