La bonne étoile d’Emmanuel Macron ne s’est pas encore éteinte

Emmanuel Macron, Deputy secretary-general at the Elysée,  is pictured in San Francisco on February 12, 2014 during the visit of French President Francois Hollande .    AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD

Regard sur l’actualité – Nicolas Jutzet

La bonne étoile d’Emmanuel Macron ne s’est pas encore éteinte. D’aucuns ont vu en lui, dès le lancement de son mouvement, une étoile filante, une bulle médiatique appelée à éclater. Jusqu’ici, tout a donné tort à ces prophètes du malheur, bien trop occupés à conserver leurs privilèges pour s’occuper du ressenti venant directement du terrain. Un besoin de changement. Tout réussissait à Emmanuel Macron, salles de meeting pleines avec une ambiance survoltée, la relative indulgence d’une presse sous le charme du brillant jeune homme venu d’Amiens et un engouement populaire remarquable avec des réunions de marcheurs un peu partout en France.

La machine s’est quelque peu grippée ces derniers jours, notamment suite à son voyage en Algérie. Il devait venir confirmer sa stature « présidentielle », il aura ravivé certains vieux démons de l’histoire française, avec laquelle une frange de la population entretient une relation pour le moins compliquée. Emmanuel Macron avait raison sur le constat – la colonisation est assimilable à un crime contre l’humanité – mais politiquement, c’est une erreur de l’affirmer, surtout maintenant. Il prend le risque de voir ses propos sortis de leur contexte ; personne n’a ainsi retenu qu’il rappelait également des conséquences positives de la colonisation. C’est également tendre une main salvatrice à un Fillon en pleine noyade. Cette incartade est d’autant plus dommageable qu’elle contredit l’une des habitudes qui m’a le plus convaincu dans le message de l’ancien Ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique : on ne rassemble pas sur les sifflets, les quolibets, en stigmatisant. Or, en remettant le sujet sur la table, il vient rouvrir les plaies de nombreuses personnes, celle des harkis, celle des pieds noirs, celle des Français d’origine algérienne, celle des binationaux. Lire la suite

« Ces enfants déjà, avant le vrai », janvier 1944 – automne 1949

maurice-chappaz-et-corinna-bille

Le Regard Libre N° 24 – Loris S. Musumeci

Jours fastes (3/6)

Le chemin heureux et tortueux de Corinna Bille et Maurice Chappaz continue. Le deuxième chapitre, « Ces enfants déjà, avant le vrai », s’étalant de janvier 1944 à l’automne de 1949, connaît la fécondité littéraire, conjugale et parentale du couple. Comme dans le dernier épisode, l’article se base et se concentre sur les mots des deux écrivains eux-mêmes, riches de leur généreuse correspondance.

Blaise, l’enfant-joie

« Le tocson de Sierre qui apporte les express vient de frapper, et j’ai la grande joie de recevoir ta lettre. Une immense joie. Merci cher Maurice. Oui, j’ai confiance. Par moments un peu d’angoisse mais j’arrive à la dominer. Physiquement : très bien, malgré un certain écœurement latent. Ma mine est excellente et Mamita me dit que je n’ai jamais été aussi belle, aussi fraîche que ces derniers jours. »

Corinna est enceinte. Avec sa mine « excellente », elle vit une agréable grossesse, bien que Maurice soit toujours aussi absent. Relativement isolée à Lausanne pour éviter que la situation de mère-célibataire ne choque en Valais – les deux écrivains ne sont encore pas mariés –, elle songe en douceur, avec un brin d’inquiétude, à cet enfant qui naîtra.

« Une nuit, j’ai rêvé que c’était un garçon et il avait une si jolie petite nuque avec le creux. Cela m’émouvait beaucoup, mais j’avais peur de le toucher, de ne pas savoir le manier… » Lire la suite

Le théâtre au cinéma

le-misanthrope-comedie-francaise

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Lorsqu’une venue du théâtre au cinéma est annoncée, l’heure est à la perplexité : on reste sceptique face à ce nouvel avatar du mélange des genres, dont notre époque est si friande, et dont les exemples ont été parfois catastrophiques… Ne pensons qu’au mélange littérature-musique avec Camus, l’art ou la révolte, un spectacle actuel du rappeur Abd Al Malik faisant côtoyer son slam avec le génie littéraire d’Albert Camus.

Et pourtant, comme une fois sur deux, le préjugé s’avère totalement faux lorsqu’on se rend sur place. Le jeudi 9 février dernier, au Cinéma Rex à Neuchâtel, un public relativement âgé mais pas seulement put découvrir sur l’écran Le Misanthrope de Molière, joué par la Comédie Française, retransmis en direct de la célèbre Salle Richelieu, à Paris. Soyons objectif : ce fut un véritable événement. Lire la suite

L’union valaisanne du 18 février 2017

file6tptd3xh89saouc8i9q

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

Sion, place du Scex, 14h45, les Valaisans ont afflué de toutes les contrées. L’appel avait été lancé par l’enseignant socialiste Yannick Délitroz. La cause : rassembler un peuple, certes, mais encore la manifestation de dégoût à l’encontre d’une affiche de l’UDC et l’opposition à un certain Oskar Freysinger.

Environ mille personnes se réunirent. L’ambiance se chantait en bon enfant, on débouchonnait quelque Cru de la convivialité et l’on entonnait des mélodies du terroir. A lire Le Matin Dimanche ou Le Nouvelliste, rien ne semble poser problème. Ce dernier insiste même sur les propos de l’organisateur rappelant plusieurs fois que cet Appel du 18 février ne s’adresse pas « contre quelqu’un », mais « pour le Valais ». Lire la suite

Rencontre avec Nicolas Fraissinet

fraissinet-guitare

Un entretien paru dans Le Regard Libre N° 24

Cela fait maintenant neuf ans que Fraissinet s’est imposé dans la chanson francophone, grâce à son album Courants d’Air. Lauréat du Centre de la Chanson en 2008, il ne fait qu’enchaîner les récompenses par la suite, jusqu’à obtenir le Prix Charles Cros en 2011 pour son second album, Les Métamorphoses. Après de grandes tournées internationales et divers engagements dans le monde de la musique, l’artiste franco-suisse présente en ce tout début d’année un nouvel album qui marque un tournant dans sa carrière. Discussion avec ce chanteur fascinant le 25 janvier dernier à Lausanne.

Le Regard Libre : Cher Nicolas Fraissinet, pouvez-vous tout d’abord nous raconter comment vous avez débuté votre carrière musicale ? Qui vous a fait confiance ?

Nicolas Fraissinet : J’ai commencé par apprendre le piano, puis j’ai très vite été attiré par le cinéma. J’ai donc fait des études cinématographiques et c’est seulement par la suite que j’ai commencé à chanter : je faisais la musique de mes courts-métrages et j’ai remarqué qu’une chanson de l’un de mes films avait eu de très bons échos. J’ai donc décidé d’en enregistrer dix autres. Un label de rap m’a ensuite repéré. Ce genre musical n’a rien à voir avec ce que je fais mais ce sont les textes qui leur avaient parlé. Ce sont eux qui m’ont donné la possibilité de faire mon premier concert. L’histoire avec eux n’a pas duré très longtemps, parce que nous n’étions pas dans la même optique musicale. A partir de ce jour où j’ai mis les pieds sur une scène, j’ai compris que c’est là que je voulais être. Lire la suite

« La La Land », un chef d’oeuvre musical

la-la-land

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Les écrans de cinéma projettent actuellement un film qui ne vous laissera pas indifférent. Je dirais même qu’il représentera un épisode à lui tout seul dans votre vie. La La Land, une comédie musicale, certes, mais aussi un chef d’oeuvre musical, enchanteur et existentiel.

Un chef d’oeuvre musical, oui, car dans ce long-métrage signé Damien Chazelle, la musique n’est pas une dimension sonore ajoutée au reste, une caractéristique parmi d’autres du film : elle en est le thème central. A la fois objet et sujet, la musique de Justin Hurwitz compose l’essence même de La La Land. La musique n’est plus une excroissance du film, c’est le film qui devient une excroissance de la musique. Les deux protagonistes, Mia (Emma Stone) et Sebastian (Ryan Gosling), passent au deuxième plan, et n’évoluent que dans l’optique d’un véritable éloge du jazz – cet éloge, dans le fond, que Boris Bian avait réussi à réaliser dans la littérature et que Damien Chazelle vient de réaliser au cinéma. Le surréalisme, un autre point commun entre ces deux génies. Lire la suite

Le vrai drame du PenelopeGate : les médias

penelope-fillon-caillaux

Regard sur l’actualité – Jonas Follonier

Les Français, dit-on, en ont marre de ces histoires de corruption, d’utilisation de la politique à des fins privées. Peut-être bien. Et à juste titre. Mais les Français en ont aussi marre que les médias ne recherchent que les « scoops », les affaires suffisamment grosses pour outrer les lecteurs, les téléspectateurs, les auditeurs. Surtout quand les scandales de ce type sortent comme par hasard à chaque campagne présidentielle.

L’affaire du PenelopeGate, en plus, ne paraît pas bien grave : on reproche à un politicien parmi d’autres d’avoir à une certaine époque utilisé l’argent du contribuable pour rémunérer son épouse en tant qu’assistante parlementaire. Deuxième attaque : l’emploi en question pourrait avoir été fictif. C’est vrai qu’alignés l’un à côté de l’autre, ces éléments font frémir le citoyen lambda.

Mais c’est oublier que le premier point soulevé est légal (et on se demande comment il pourrait être immoral), à savoir que Fillon a employé sa femme pour l’aider dans ses tâches de parlementaire. C’est oublier également que le deuxième point soulevé est purement hypothétique : il n’a pas été prouvé que nous avons affaire à un emploi fictif. Nous nous trouvons donc dans l’univers de la sensation, de l’accusation imaginative. Lire la suite