«Rompre»: Yann Moix est ridicule

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

«Ce sont les mots d’un homme désespéré. Ce sont les paroles d’un homme qui ne sait plus comment ne plus souffrir et tente de se suicider autrement qu’en mourant; ce sont les phrases d’un homme qui se suicide à l’aveu.»

Sous l’appellation de roman, Rompre se présente comme l’entretien journalistique d’un certain Gaspard Lenoir avec Yann Moix. L’auteur ne va pas bien. Il s’est fait quitter par sa copine Emmanuelle «il y a dix mois, le samedi 16 septembre 2017, aux alentours de 15 heures.» De question en question, Yann Moix raconte tout son malheur. Rompre parle de la rupture amoureuse, tragique et ridicule. 

Continuer la lecture de «Rompre»: Yann Moix est ridicule

Polnareff accouche «Enfin!» – Récit d’une frustration

Le Regard Libre N° 46 – Jonas Follonier

Vingt-huit ans n’auront pas suffi au grand mélodiste français pour peaufiner le chef-d’œuvre qu’il promettait à son public. Son précédent album, Kâmâ-Sutrâ (1990), restera sans doute sa dernière grande réussite, comportant notamment la pépite Goodbye Marylou. Peut-être justement la faute a-t-elle été pour lui de trop traîner en studio, les premières idées étant souvent les meilleures. Quoi qu’il en soit, on trouve quand même du bon dans ce nouvel opus, intitulé Enfin!. Nous avons choisi de vous proposer un arrêt sur chacun des onze titres de l’album, ce qui nous permettra peut-être de mieux comprendre ce qui fait à la fois le génie et le ridicule de Michel Polnareff: son éternelle démesure.

Continuer la lecture de Polnareff accouche «Enfin!» – Récit d’une frustration

Le peuple est-il dangereux?

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

En ce mois de janvier 2019 en France, le mouvement populaire des «gilets jaunes» tend à prendre deux formes différentes. D’un côté, ceux qui continuent de manifester plus ou moins violemment et, de l’autre, ceux qui souhaitent participer au débat inauguré par le président Macron. Pour ces derniers, il est question de débattre des mille et une questions qui tourmentent le pays et de discuter démocratie. Voire de la réinventer.

Continuer la lecture de Le peuple est-il dangereux?

«Mary Poppins», un retour en enfance des plus agréables

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz

Dans notre édition papier en commande ici, l’article de notre rédactrice sur l’auteur du roman dont est tiré le film, Pamela Lyndon Travers, une femme fort originale pour son époque!

Ancré dans l’Angleterre des années trente, en pleine «Grande Dépression», ce film nous montre un Michael et une Jane adultes. Mary revient pour s’occuper des trois enfants de Michael Banks après la mort de sa femme survenue une année auparavant. Avec un traitement très équilibré d’émotion, d’humour et de scènes décalées pleines d’imagination, ce film nous entraîne rapidement dans son monde magique. Il s’ouvre ainsi sur un allumeur de réverbères en bicyclette chantant «c’est votre jour de chance». On fait également la connaissance d’un capitaine loufoque tirant des boulets de canon à chaque heure et d’Hélène, la vieille gouvernante qui perd un peu la tête.

Continuer la lecture de «Mary Poppins», un retour en enfance des plus agréables

«Monsieur»: quand cendrillon porte un sari et un rêve

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

Un plan large sur une jeune femme dans une pièce dont la faible luminosité contraste avec l’éclat présent au-dehors. Silencieusement, nous la suivons jusqu’à l’extérieur et découvrons un village de campagne, en Inde. Les couleurs sont terre et sable, l’orange, le bleu et l’argenté des saris saute aux yeux et on entend les bruits de nature et des éclats de voix. La jeune femme, Rajna, dit au revoir à sa grand-mère et à sa sœur avant de s’installer à l’arrière d’une moto et de commencer son retour à Bombay. Son visage n’affiche ni joie ni tristesse mais plutôt une résignation.

Continuer la lecture de «Monsieur»: quand cendrillon porte un sari et un rêve

La boxe, c’est l’affaire d’une vie dans «Creed II»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Mon fils brisera ton poulain.»

La lumière est légère. Les gants de boxe tapent un bruit sec. Le combat peut commencer. Ce n’est plus le Soviet Drago qui se bat, mais son fils Viktor. Ce n’est plus Rocky qui monte sur le ring, mais le jeune Adonis Creed qu’il entraîne. Trente ans auparavant, Drago avait tué Apollo Creed, père d’Adonis, dans un match. Ce qui lui valut humiliation et impopularité. Désormais, il vient récupérer son honneur sous la carrure impressionnante de son fils Viktor, pour affronter Adonis. Les passions sont très vives de chaque côté. Le combat doit pourtant avoir lieu, pour qu’un coup final soit envoyé à l’amertume du passé de chacun. 

Continuer la lecture de La boxe, c’est l’affaire d’une vie dans «Creed II»

«Le dernier été»: une bonne chanson, mais pas un tube

Les bouquins du mardi – Hélène Lavoyer

Premier roman de Benedict Wells, Le dernier été propose de rencontrer Beck, «un prof guetté par la quarantaine» ayant enchaîné les histoires sans lendemains, les soirées avec son seul ami Charlie, et qui trouve un jour en Rauli Kantas, l’un de ses élèves, la possibilité de se ressaisir d’un vieux rêve qu’on lui avait arraché: devenir un musicien reconnu mondialement. Rauli est jeune, inconscient de son talent, et Beck en crise existentielle les imagine déjà Rauli, Charlie, lui et Lara, la première femme – et la seule personne – qui puisse lui faire ressentir cette émotion étrange et déstabilisante qu’est l’attachement sincère.

Continuer la lecture de «Le dernier été»: une bonne chanson, mais pas un tube

Rencontre avec Mikhaël Hers, réalisateur d’«Amanda»

Le Regard Libre N° 45 – Loris S. Musumeci

Mikhaël Hers en est à son troisième long-métrage. Déjà très apprécié, il est promis à une carrière toujours plus florissante dans le septième art. Aujourd’hui, le cinéaste nous présente Amanda, qui place son action dans un Paris victime d’un horrible attentat, actualité de ces dernières années oblige. David, vingt-quatre ans, y perd sa sœur, et se voit soudain en père improvisé de sa nièce, la petite Amanda. La situation est loin d’être facile, et pourtant les deux vont apprendre à vivre ensemble, comme père et fille. En somme, le film est simplement beau et bouleversant. Rencontre avec son réalisateur.

Loris S. Musumeci: Comment en êtes-vous venu à faire du cinéma?

Continuer la lecture de Rencontre avec Mikhaël Hers, réalisateur d’«Amanda»

Brexit, la fausse bonne idée d’un référendum

Les lundis de l’actualité – Diego Taboada

Ce mardi, la chambre des communes britannique se prononcera sur un accord de Brexit qui a toutes les chances d’être rejeté, car critiqué par les deux camps — tant les europhiles que les partisans d’un «hard» Brexit. Le vote avait déjà été repoussé à la fin de l’année dernière par le gouvernement au vu du peu de soutien, afin de permettre au gouvernement de convaincre les parlementaires du bien fondé de cet accord. Néanmoins, il ne semble y avoir aucune évolution dans les positions. 

Cet accord présenté par Theresa May comme la seule alternative possible à un chaos généralisé — ce qui rappelle étrangement le There is no alternative de Margaret Thatcher, dont l’actuel Première Ministre a dû s’inspirer pour tenir la barre face aux attaques incessantes venant de toute part depuis plus de deux ans — est loin de susciter l’adhésion du parlement. Après avoir réussi ce qui semblait le plus difficile, à savoir arracher un accord à des européens qui n’étaient prêts qu’à peu de concession et bien déterminés à donner un exemple de dureté au cas où un autre pays membre serait tenté par l’expérience du divorce, ce sera finalement son propre camp qui aura mis à mal les efforts de May. 

Alors que le parlement s’est attelé la semaine à de la cuisine parlementaire afin que ses propres propositions prévalent sur celles du gouvernement, se donnant ainsi selon certains analystes la capacité de retarder le Brexit, la date fatidique du 29 mars approche de plus en plus et avec elle la possibilité tant redoutée d’un Brexit sans accord.

Le risque d’un nouveau référendum 

Alors que l’impasse dans laquelle se dirige le Royaume-Uni se précise, le mouvement appelant à un deuxième référendum prend de l’ampleur. Refusé catégoriquement par Theresa May, le leader de l’opposition Jeremy Corbyn se dit ouvert à la possibilité d’un nouveau vote populaire mais sans enthousiasme, préférant des élections anticipées. Ce double jeu de cet anti-européiste affirmé qui n’a jamais vraiment tendu de main constructive et prêt à tout pour tirer des bénéfices électoraux ne surprend pas. 

Le référendum est-il donc la bonne solution? Pour un journal suisse, cela devrait aller de soi. Or, dans le contexte britannique et européen actuel, la réponse n’est pas si évidente. Sur quoi se prononceraient les britanniques? Sur l’accord? Sur le Brexit en lui-même? Et quel serait le message d’un tel référendum? Annuler la décision précédente car les difficultés pratiques sont trop grandes, ne serait-ce pas un déni de démocratie? La volonté populaire ne serait-elle pas bafouée? Il serait ensuite aisé pour certains partis de reprendre cela à leur compte, dans un contexte de méfiance et de rejet des élites dans nos démocraties. 

Certains partisans d’une nouvelle consultation argumentent depuis toujours que le peuple a été «leurré» par des arguments fallacieux. Cela signifie-t-il qu’on ne considère pas les citoyens capables de voter en prenant les éléments en compte? Au lieu d’une solution, un nouveau référendum risquerait de diviser encore plus un Royaume-Uni déjà déchiré. A l’heure où la démocratie subit des attaques de toute part, revenir sur la décision du 23 juin 2016 pourrait créer des problèmes dont les conséquences sont aujourd’hui difficiles à mesurer.

Ecrire à l’auteur: diego.taboada@leregardlibre.com

Crédit photo: © Pixabay

Big four: chronique d’un succès

Le Regard Libre N° 45 – Nicolas Jutzet

Ils sont partout, ils font l’actualité: ce sont les GAFA. Cette abréviation pour Google, Amazon, Facebook et Apple. Pourtant, en dehors des généralités, ils restent généralement peu connus. Google est par exemple bien plus qu’un moteur de recherche: il gère Youtube et le système d’exploitation mobile Android. Leur influence est bien souvent tentaculaire. Nous vous proposons de partir à la découverte de ces acteurs qui modèlent notre société et continueront de le faire dans les années à venir.

Continuer la lecture de Big four: chronique d’un succès

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :