«Roma»: les souvenirs de Cuaron, de Fellini et les miens

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

Roma d’Alfonso Cuaron est l’une des raisons pour laquelle notre rubrique «Le Netflix & chill du samedi» a vu le jour il y a bientôt trois mois. Comment passer à côté d’une telle œuvre du simple fait qu’elle ne paraît pas via le canal classique, à savoir celui des salles de cinéma? Même si le film n’est plus dans l’actualité la plus récente des sorties cinéma, il faut en parler. Il faut l’aborder. Depuis la fin 2018, il élève Netflix. Avec The Irishman de Martin Scorsese, il offre à la plateforme un espace de cinéma, une leçon de cinéma, un petit bijou, qui se faufile de tablette en smartphone, pour le grand public.

Lire la critique
Publicités

«Birds of Prey»: je t’aime malgré tout, Margot

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

Une catastrophe! Ou presque. Autant le dire tout de suite: Birds of Prey est mal pensé, mal réalisé, malvenu sur nos écrans. Et pourtant, tout n’est pas à jeter. A commencer par l’actrice principale, Margot Robbie, maîtresse de mes phantasmes les plus émus, haletants, torrides.

Lire la critique

«The Gentlemen»: une affaire de gangsters et de bonnes manières

Les mercredis du cinéma – Kelly Lambiel

Ne vous laissez pas duper par leur langage policé, leurs costumes parfaitement coupés et leurs tasses de thé; ils ne sont pas là pour jouer. Sous leurs airs de lords anglais, dans une narration parfaitement menée, barons de la drogue et petites frappes s’allient, se trahissent, se cherchent et, souvent, se trouvent. Une écriture mordante, doublée d’une réalisation ingénieuse et d’un jeu efficace permettent à Guy Ritchie d’opérer, après quelques déceptions, un retour remarqué.

Lire la critique

«Un divan à Tunis», un cercle carré ?

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Selma (Golshifteh Farahani) est une Parisienne trentenaire d’origine tunisienne. Après avoir changé d’études, passant de la médecine à la psychanalyse, elle décide de retourner au Bled pour y ouvrir un cabinet. Là-bas, beaucoup de gens voudront parler. La schizophrénie de tout un peuple, tiraillé entre le français et l’arabe, entre le Français et l’Arabe, entre l’islam et le plaisir, servira de toile de fond à tout le film, comme une métaphore (un peu trop) filée. De ce film, vous ressortirez sans doute comme moi avec le souvenir de cette femme aussi émouvante que charmante, avec la mémoire d’un style cinématographique épatant, mais aussi avec quelques déceptions au niveau du fond.

Lire la critique

Quand Jean Echenoz nous offre un vrai coup de cœur littéraire

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Avec Vie de Gérard Fulmard, l’écrivain français entraîne le lecteur dans la vie d’un ancien steward en surpoids, Gérard Fulmard, reconverti en détective privé, pour enquêter sur les dissensions au sein du FPI, un petit parti politique. Mais notre cher Fulmard, bras cassé un peu nigaud, ne fera pas son travail sans peine et apprendra, à ses dépens, que les intrigues politiques ont un prix… surtout quand on est un externe. Avalanche de surprises et tornade de rires garantis!

Lire la critique

Fossé villes-campagnes: une solution inspirée du Jura bernois?

Les lundis de l’actualité – Robin Parisi

Ce dimanche 9 février, une nouvelle votation était enterrée, non par le Röstigraben qui se trouve d’ailleurs être une notion de moins en moins pertinente pour l’analyse de la politique suisse, mais par une fracture entre les zones urbaines et les zones rurales. L’initiative populaire «Davantage de logements abordables» est acceptée dans tous les cantons de Suisse romande ainsi que dans celui de Bâle-Ville; ailleurs, seules les villes alémaniques acceptent le texte. Le propos n’est pas ici d’analyser une énième fois ce nouveau fossé politique suisse, mais de proposer quelques réflexions sur les formes que pourraient prendre les futures relations entre urbanité et campagne.

Lire la chronique

Après «Paris est à nous», un voyage à Paris s’impose

Le Netflix & chill du samedi – Alissa Musumeci

Anna (Noémie Schmidt) et Greg (Grégoire Isvarine) se rencontrent de façon banale dans une boîte de nuit. Ils vivent un amour bien mouvementé. Leur histoire sera rythmée de disputes, incompréhensions, mais aussi de moments complices et romantiques. Quand Greg décide de partir à Barcelone pour gagner au mieux sa vie, Anna remet en question toute son existence.

Lire la suite de la critique

Le cinéma a trouvé ses traducteurs

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Porté par une brochette d’acteurs internationaux, Les traducteurs est un thriller qui ne raconte pas tant le monde actuel de l’édition que le cinéma. Critique d’un film qui va sans doute faire date, en plus de faire beaucoup d’entrées.

Lire la critique

Tartuffe en Pologne

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Faussaire, faussaire, ne vois-tu donc aucune rédemption possible? C’est ce que semble nous signifier le quatrième long-métrage du Polonais Jan Komasa. Nommé aux Oscars, le film La communion (Corpus Christi pour son titre original) évoque la spirale mensongère dans laquelle s’enferme un jeune délinquant se faisant passer pour un prêtre. L’habit ne fait-il vraiment pas le moine?

Lire la critique

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :