Le karaté d’Harry Crews, un «kiai déjanté»!

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Un vagabond solitaire, équipé de son pull William Faulkner, fait la rencontre d’une belle karatéka sur une plage de Floride. Attiré par cette beauté fatale, le protagoniste s’engage alors dans une étrange communauté de karatékas, vivant et s’entraînant dans un motel désaffecté, sous la conduite d’un mystérieux Sensei nommé Belt. Entre cours de karaté, pilules gastronomiques, sexualité bestiale, fatalité et concours de beauté, Le karaté est un état d’esprit est une épopée déjantée et violente à l’attention des incompris et des marginaux.

Lire la chronique
Publicités

Entretien avec Anna Lemonaki, metteure en scène et comédienne

Au théâtre, «prenez ce que vous souhaitez prendre»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Ode à la bière

Les vendredis de la microbrasserie – Jonas Follonier

Nulle chronique en ce vendredi, ou plutôt plus qu’une chronique: une ode. Une des différentes formes poétiques possibles de l’éloge, l’ode peut être héroïque, célébrant ainsi des hauts faits, ou anacréontique, pour les sujets familiers. Il semblerait que la bière, si familière, endosse également quelque noble statut. Place donc à une ode hybride en alexandrins.

Lire la chronique

La langue incendiaire de Castorf

Article inédit – Ivan Garcia

Spectacle très attendu de cette saison à Vidy, Bajazet. En considérant Le Théâtre et la peste d’après Jean Racine et Antonin Artaud est encore jouée au théâtre jusqu’au 10 novembre prochain. Sa mise en scène signée Frank Castorf étonne par ses comédiens, et s’avère une œuvre spectaculaire, malgré quelques moments d’incohérence et une durée considérable pour le spectateur.

Lire l’article

De «Shining» à «Doctor Sleep»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«– T’es magicien, comme moi?
– Non, je ne suis pas vraiment magicien. J’ai toujours appelé ça le shining.»

Le shining revient. Danny Torrance croyait en être désormais à l’abri. Après les traumatismes de l’enfance, il a enfermé ses peurs pour mener une vie plus ou moins normale. Et normale, sa vie l’est. Même un peu trop. Celui qui, dès son enfance, a le don du shining, lui imposant des visions d’un passé qui le hante, d’un futur qui inquiète, se retrouve encore un peu bourré au petit matin avec une nana qu’il a chevauchée toute la nuit, cocaïne aidant. Alcool aidant. Ce même alcool qui a détruit son père. S’adonnant au même vice, il devient victime de la même possession. Il est dérangé. Par des visions terrifiantes.

Lire la suite de la critique

«Matthias et Maxime»: l’amitié anti-Guillaume Canet

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Seulement une année après l’hollywoodien Ma vie avec John F. Donovan, le jeune prodige du cinéma québécois revient aux sources avec Matthias et Maxime. L’art et la manière de produire une œuvre de fiction avec sa vraie bande de potes, en évitant le piège de la beauferie.

Lire la critique

Jérôme Meizoz, absolument émouvant!

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Les Trente Glorieuses, avec leurs mille bagnoles, frigos et supermarchés, ne sont-elles pas profondément ridicules – et donc émouvantes? Voilà le sujet passionnant du nouveau roman de Jérôme Meizoz, sous fond de Valais entrant dans la modernité. Avec un nouveau Rhône: l’autoroute.

Lire la critique

Des luttes mondiales?

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Parfois, l’actualité internationale semble parler d’une même voix. Depuis quelques jours, les mouvements sociaux de masse se sont multipliés à travers le globe. Certains étaient en hibernation depuis quelques mois comme en Catalogne, d’autres sont actifs depuis plus longtemps comme à Hong Kong.

Lire la chronique

Boire du vin en mangeant? quelle absurdité!

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

On se retrouve cette semaine pour découvrir une nouvelle facette des bières. Cela peut sembler évident d’en boire en guise d’apéro, ou alors en terminant le travail entre collègues. Toutefois, qu’en est-il de transgresser les mœurs en buvant une bière avec une tranche de viande ou, pire, d’associer crème glacée et breuvage à base de malt et de houblon? Menu.

Lire la chronique

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :