Archives de catégorie : Forum

Tribune des 50 Romands: «Non à la réforme de l’orthographe»

Le Regard Libre N° 78 – Tribune collective

Les réformes de l’orthographe sont dans l’air depuis la fin du siècle passé. Ces simplifications n’ont cependant jamais réussi à s’imposer par l’usage parce que, finalement, l’orthographe traditionnelle, bien que parfois surprenante, ne gêne pas grand monde. Elle se modifie au rythme des évolutions sociales et scientifiques. Or aujourd’hui, on n’entend plus se fier à l’usage, législateur ultime, mais on veut imposer autoritairement des modifications. «On»? La Conférence intercantonale de l’instruction publique de Suisse romande et du Tessin (CIIP), qui en appelle à l’Académie française. Celle-ci s’oppose pourtant à toute prescription à caractère obligatoire en matière d’orthographe, tout en admettant deux graphies dans certains cas.

Nous, soussignés, nous opposons à la mise en application de cette «orthographe rectifiée».

Lire la suite de la tribune (en libre accès)

Pendant ce temps, au Liban, l’anxiété est figée sur les visages

Le Regard Libre N° 78 Sophie Woeldgen

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. La journaliste indépendante Sophie Woeldgen nous raconte depuis le Liban comment ce pays tente de se reconstruire.

Lire la chronique (en libre accès)

Bernard Tapie, leçons d’un boomer

Le Regard Libre N° 78Daniel Wittmer

Si je connais les principaux contours et reliefs de l’histoire fantastique de Bernard Tapie, disparu dimanche, et bien que je lui prête une affection sincère et profonde, je dois reconnaître que Bernard Tapie. Leçons de vie, de mort et d’amour, la dernière biographie de Franz-Olivier Giesbert en date (éditions Les Presses de la Cité), ne m’a pas vraiment emballé, tant elle m’encombrait de détails technico-factuels brouillant ma compréhension. Cependant, ce passe-temps estival m’a ouvert les portes d’une réflexion: le cas Bernard Tapie montre à quel point le mépris qui s’agite parfois contre les baby-boomers est infondé.

Lire l’article (en libre accès)

«Dire « OK Boomer », c’est dénigrer la personne, pas critiquer ses idées»

Le dimanche 26 septembre dernier, Jonas Follonier, rédacteur en chef du Regard Libre, a participé à l’émission de débat Le PoinG, animée par Laetitia Guinand sur Léman Bleu, au sujet du «clash des générations». Il y a défendu, aux côtés de Philippe Val, ancien rédacteur en chef de Charlie Hebdo et de France Inter, les acquis des boomers, les principes des Lumières et la diversité des points de vue au sein de la jeunesse comme de la société.

Regarder l’émission:

La dernière chronique de Roland Jaccard: «Jacques Lecarme et moi»

Le Regard Libre N° 77 Roland Jaccard

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en s’alternant. L’écrivain Roland Jaccard relate son film préféré, aussi peu crédible qu’il n’est politiquement correct: le film de sa vie.


Ou du moins, il le relatait. Roland Jaccard, tenant parole à l’égard de ce qu’il annonçait de livre en livre, est décédé en homme libre le 20 septembre dernier, quelques jours avant ses 80 ans, l’âge auquel son père et son grand-père s’étaient donné la mort. Ce texte est sa dernière chronique pour Le Regard Libre.


Lire la chronique (en libre accès)

Hegel, chantre d’un Etat autoritaire… ou libéral ?

Chaque mois, Le Regard Libre vous propose la présentation d’un philosophe dont la pensée s’avère différente, voire à l’opposé, des clichés qui circulent à son sujet. L’historien Olivier Meuwly ouvre le bal en défendant l’idée que Georg Wilhelm Friedrich Hegel n’est pas le partisan d’un Etat autoritaire. Bien au contraire, notre rédacteur invité repère certains fondements théoriques du libéralisme au cœur du système hégélien. La démocratie directe elle-même n’est pas étrangère à la vision de l’Allemand selon l’historien.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Les non-spécialistes ont des choses intéressantes à nous dire

Le Regard Libre N° 76Jonas Follonier

Nous autres, journalistes, avons une mauvaise habitude: interroger LE spécialiste d’un domaine en croyant que c’est une assurance de qualité. Ce travers, comme tous les défauts, est le revers d’une qualité: celle qui consiste à éclairer une thématique à l’aide d’individus qui ont des choses à dire à son sujet, puisque leur discours sur cette thématique est reconnu. Or, souvent, les experts ne sont pas les seuls à pouvoir – et vouloir – apporter un éclairage pertinent sur un thème. Le caractère intéressant d’un propos ne se mesure pas seulement et pas toujours à son caractère «reconnu». C’est même parfois l’inverse: certains spécialistes sont tellement plats ou tellement obscurs que leur parole n’apporte strictement rien au public. Et il y a des cas où leur parole est si connue qu’elle en devient, pour le coup, «re-connue».

Lire l’éditorial (en libre accès)

«Las de penser la crise, nous nous sommes mis à la réciter»

CHRONIQUE, Quentin Mouron | Dans sa lettre à Jamblique, Porphyre le mettait en garde contre la tentation d’accéder à Dieu – ou à l’Un – autrement que par l’usage patient de la raison. Dans sa réponse, connue sous le nom de «De Mysteriis», Jamblique défend sa propre compréhension de l’union avec Dieu qui, dit-il, ne peut se faire ni par la compréhension de la théologie, ni par la maîtrise des concepts philosophiques, mais bien par la pratique active de la théurgie. L’emploi de la discursivité rationnelle – et, partant, de la dialectique – se voit ainsi subordonné à la pure scansion des formules magiques et des invocations, les mots acquérant le statut de reliques enchantées maniées pour leur sonorité, pour leur matérialité, en dehors de toute exigence sémantique, en dehors de tout système linguistique.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Droit de vote des étrangers: la logique sans fin du PS

Le Regard Libre N° 76Antoine Bernhard

Cinquante ans après l’arrivée du suffrage féminin en Suisse, les socialistes veulent l’élargir de façon généralisée aux étrangers résidant dans le pays. En janvier, le parti a déposé une intervention parlementaire et lancé une pétition en ligne pour promouvoir le «droit de vote pour toutes et tous». Par cette opération démagogique, le PS dévoile au grand jour sa nature révolutionnaire et démontre qu’il est bien souvent l’ennemi du peuple. Commentaire.

Lire l’article long format (abonnés)

La lecture de Pascal Couchepin: «Les Vertus du Nationalisme»

CHRONIQUE LONG FORMAT Pascal Couchepin | Israël a été plusieurs fois ces derniers mois au centre de l’attention publique, pour sa réponse aux défis de la pandémie, ou ses difficultés politiques – la dernière actualité en date, funeste, est aussi la plus marquante. Le système électoral israélien ne permet pas de dégager des majorités claires.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)