Archives de catégorie : Forum

Lire Marx pour légitimer le capitalisme

ANALYSE, Olivier Meuwly | «On peut plaider que pour une part la capacité de réformes des régimes capitalistes est due à Marx lui-même», se demande non sans s’en amuser Raymond Aron dans son fameux cours sur le marxisme de Marx, prononcé à La Sorbonne au début des années 1960, puis au Collège de France une décennie plus tard, et publié en 2002 par Jean-Claude Casanova aux défuntes Editions de Fallois. Aron s’abandonne-t-il à sa coutumière ironie? Ou faut-il se demander si, derrière l’aphorisme provocateur, affleurent non seulement la profonde admiration que le grand libéral français a toujours témoigné à l’égard du père fondateur du «socialisme scientifique», mais aussi un avertissement à l’attention de ceux qui font profession d’analyser… ou pratiquer ce même capitalisme?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Xénophobes, les Suisses? Non, mais réalistes en matière d’immigration

Article inédit – Marco Polli

Sur le plateau de la RTS, le 13 janvier dernier, le sociologue français Ugo Palheta suggérait que les initiatives «xénophobes» acceptées en Suisse participaient au retour du fascisme en Europe. Plus largement et au-delà de la question de l’islam et de l’islamisme, il n’est pas rare que les Helvètes soient accusés d’hostilité – en tout cas politique – envers l’immigration. C’est là ne rien comprendre à la volonté de ce peuple, qui a doté son pays d’une véritable politique d’accueil des étrangers. Comment? A la fois en refusant six initiatives xénophobes au cours des 50 dernières années et en acceptant plus récemment les conditions pour que la Suisse ne devienne pas une auberge espagnole.

Lire l’analyse (en libre accès)

Propagande à la RTS: quand le service public déraille

Article inédit – Antoine Bernhard

Au nom du combat contre l’extrême droite, tout semble permis pour certains journalistes. Y compris ne pas apporter la contradiction à un invité, lequel n’hésite pas à assimiler l’action de Macron aussi bien que les votes de la population suisse au fascisme. Une telle attitude sur le service public, c’est une faute. Les citoyens ne paient pas une taxe pour entendre de la propagande politique et se faire vomir dessus. Retour sur le scandale RTS de jeudi.

Lire le commentaire (en libre accès)

«Monsieur le directeur de la RTS, ne taisez pas l’islamisme»

Lettre ouverte d’Antoine Menusier, journaliste et essayiste

Monsieur le directeur de la RTS, Pascal Crittin,

Comment peut-on laisser un invité affirmer des choses choquantes et fausses sans réagir? Ce jour, jeudi 13 janvier, dans le 12h45 de la RTS, l’invité en plateau, M. Ugo Palheta, coauteur du livre Face à la menace fasciste, développant des arguments à la suite d’une question posée sur l’«islamophobie», a affirmé que la France, par ses interventions militaires «au Mali et en Centrafrique» (sans doute voulait-il parler du Burkina Faso dans ce dernier cas, car la Centrafrique est très largement chrétienne), contribuait à construire de l’islam et des musulmans l’image d’un «ennemi extérieur».

Ce discours est faux et dangereux. La France intervient militairement au Sahel contre des organisations djihadistes, qui commettent des exactions et dont le but est d’instaurer des régimes islamistes, ce dont une large part des populations autochtones ne veulent pas, soit parce que ces dernières ont déjà expérimenté de tels régimes, soit parce qu’elles ne veulent jamais avoir à le faire.

Lire la suite de la tribune (en libre accès)

Les cinq livres de l’année 2021 à lire ou à relire

Article inédit – Jonas Follonier, Quentin Perissinotto, Diana-Alice Ramsauer et Anaïs Sierro

Vous non plus, vous n’avez pas vu passer 2021 malgré le caractère répétitif des mesures, réouvertures et autres refermetures qui rythmaient notre peau dure? Voici de quoi vous rattraper, avant ou après 2022, avec cinq livres qui ont marqué notre rédaction cette année… et, soyons fous, qui ont marqué l’année tout court.

Lire l’article collectif (en libre accès)

Quentin Mouron: «La littérature est toujours engagée»

Le monde selon Quentin Mouron | La littérature est toujours engagée, même et surtout quand elle refuse de s’engager: son refus exprime alors l’idéologie dominante et silencieuse, son refus exprime alors ce qui est invisible à force de crever les yeux, ce qui est invisible à force d’être évident. La littérature est ce qui se confronte à l’époque, ce qui confronte l’époque, ce qui montre ce que nous ne pouvions voir à force d’évidence. La littérature est ce qui jette le trouble dans la clarté – ce sont les Chinois qui remontent en tourbillonnant du fond d’un bol de thé.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Joyeux Noël malgré tout

Article inédit – Jonas Follonier

Malgré la morosité ambiante due à un virus qui nous aura plus divisés qu’unis, à des mesures sanitaires qui dictent nos sujets de conversation comme notre vocabulaire et à une incapacité de nous projeter dans l’avenir,

Malgré les nouveaux tabous, notamment liés au Covid, qui s’ajoutent à une liste d’anciens tabous qui n’ont pas vraiment disparu, voire qui reviennent encore plus en force, tels que ceux véhiculés par les différents puritanismes contemporains (bonjour la liberté d’expression autour de la dinde de Noël),

Lire la suite du billet d’humeur (en libre accès)

Tribune: «Et si on s’attaquait enfin à l’illettrisme en Suisse?»

Le Regard Libre N° 80 | Dans cette tribune, le comédien et metteur en scène Marco Polli met en perspective les récentes controverses sur l’orthographe et l’écriture inclusive à l’échelle des cinquante dernières années. L’ancien président de l’Union du corps enseignant secondaire genevois et de la Commission Langues Vivantes dénonce ce qu’il considère comme étant les différentes étapes ayant mené à l’état actuel des écoles en Suisse. A savoir une situation où un élève sur cinq est illettré à l’âge de 15 ans. Et l’ex-enseignant de proposer une voie pour s’en sortir.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Etre solidaire de Claude-Inga Barbey, qu’on aime ou non ses sketchs

Article inédit – Jonas Follonier

Après avoir sorti il y a quelques mois un sketch de sa série «TOC!» publiée par Le Temps qui a été jugé transphobe par certains groupes, ou plutôt certains individus, la comédienne romande Claude-Inga Barbey a été épinglée la semaine dernière pour un nouvel épisode. Elle a été accusée d’y relayer du racisme anti-Chinois. Le fait de devoir rappeler, face à ces attaques infondées, la différence entre un personnage et la comédienne qui le joue est d’une tristesse affligeante. Mais c’est indispensable. Commentaire.

Lire le commentaire (en libre accès)

Nietzsche, le poète des lendemains qui chantent

ARTICLE LONG FORMAT, Enzo Santacroce | Nietzsche, le philosophe aux multiples facettes, a aussi bien été récupéré et détourné par l’idéologie nazie que par les forces anarchistes qui animaient les étudiants de mai 68. Comment expliquer que la pensée de cet esprit brillant ait été embrigadée par le brun et par le rouge? Les propos fragmentés et volontairement choquants que le philosophe allemand a formulés ont certainement contribué à l’inscrire dans les malentendus. Toutefois, sa critique lucide d’une société occidentale vivant désormais sans transcendance est d’une brûlante actualité, en ce sens que la seule valeur acceptable de nos jours est celle de la santé comprise comme l’anéantissement de la souffrance. Très tôt conscient de ce déclin, Nietzsche a élaboré une réponse tonique en se basant sur la volonté qu’exprime le corps enfin réhabilité dans sa dimension désirante.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)