Archives de catégorie : Société

La cartouche de Ralph Müller: «L’inclusion exclusive»

Le Regard Libre N° 85 – Ralph Müller

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Le youtubeur Ralph Müller, doctorant en lettres à l’Université de Genève, livre son analyse cinglante d’un phénomène typique de l’époque.

A l’heure du like, les différences se sont trouvé un photographe: l’inclusivisme. Il a pris d’assaut la langue, qu’il trahit pour la bonne cause, mais il reluque bien au-delà et défend jusqu’à l’exclusion – pour la bonne cause toujours. Ce qu’il faut inclure, ce sont les attributs de tout un chacun, leurs infinies nuances hissées au rang d’état. L’autonomie, conquête des Lumières, se dégrade en égotisme. C’est le Je qui est Souverain, et il ne s’aliène à rien qui ne le regarde de près. Etre de raison? Non, d’abord un genre, une orientation sexuelle et une couleur de peau.

Lire la chronique (abonnés)

Militantisme radical à l’uni: plus personne ne peut fermer les yeux

En trois semaines, des activistes LGBTIQ+ ont empêché avec violence la tenue de deux conférences qui devaient avoir lieu à l’Université de Genève. Les orateurs, des intellectuels français nuancés sur la question du genre, ont été malmenés simplement parce que leurs opinions ne plaisaient pas aux militants en question. Le caractère excessif de ces événements récents, évidemment scandaleux, comporte du positif: au moins, plus personne ne pourra faire semblant de ne pas voir ce phénomène qui met en danger nos démocraties occidentales et qui ne se réduit pas à du militantisme. Commentaire

Lire le commentaire (en libre accès)

«Le Peuple», nouveau média romand de droite. Interview de Raphaël Pomey

Le Peuple paraît en Suisse romande dès cette semaine sous la forme d’un bimensuel papier et d’un site internet. D’après son rédacteur en chef Raphaël Pomey, qui déplore un manque de diversité dans le monde médiatique romand, ce nouveau média donnera la parole à des personnes aux sensibilités peu entendues aujourd’hui. Le Regard Libre salue l’arrivée d’un nouvel acteur sur la scène journalistique romande et figure d’ailleurs parmi les quatre premiers partenaires du Peuple. Place à la conversation.

Lire l’interview (en libre accès)

Daniel Simon, Mai 68 à Neuchâtel

Le Regard Libre N° 84 – Nathalie Simon

Voici un portrait particulier. Celui de mon père, Daniel Simon, qui m’a transmis, entre bien des choses, la passion des mots qui dansent sur les pages blanches. Retour sur son parcours.

Lire l’article (en libre accès)

Laetitia Guinand animera «Le PoinG» depuis Paris ce dimanche. Interview

Article inédit – Jonas Follonier

Laetitia Guinand anime avec une passion intacte son émission de débat «Le PoinG» lancée en juin de l’année dernière et diffusée tous les dimanches soirs à 20h00 sur la chaîne TV genevoise Léman Bleu. Un rendez-vous qui compte aussi sur la participation de l’humoriste et comédien Alexandre Kominek, avec ses chroniques décalées en fin d’émission. Ce dimanche 10 avril, pour le premier tour de l’élection présidentielle française, la table ronde s’exporte à Paris pour accueillir une foultitude de commentateurs et personnalités politiques. L’occasion d’en apprendre plus sur la manière dont la journaliste romande conçoit la mission ô combien nécessaire qu’elle s’est fixée: lancer la réflexion en Suisse romande.

Lire l’interview (en libre accès)

L’affaire Sarah Halimi révèle les fractures françaises

ANALYSE, Nadine Richon | Il y a exactement cinq ans, en avril 2017, débutait l’affaire Sarah Halimi, cette retraitée juive assassinée par son voisin de 27 ans, jugé totalement irresponsable. Aujourd’hui, la boucle est bouclée: close sur le plan judiciaire, l’histoire a été enterrée en janvier 2022 avec le rapport d’une commission parlementaire déchirée, mais confirmant l’absence de dysfonctionnements policiers et judiciaires. Nathanaël Majster, l’un des avocats consultés par la famille de Sarah Halimi, nous décrit les pistes possibles pour relancer cette affaire, qui reste une blessure et une insulte pour les juifs, se reconnaissant ou non dans «la communauté».

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Philippe Val: «L’humour suppose le sens du tragique»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Jonas Follonier | Journaliste, éditorialiste, écrivain, humoriste... Et même auteur-compositeur-interprète. On ne présente plus Philippe Val, au profil aussi riche que les grandes figures des Lumières dont il se fait un ardent défenseur face aux folies du présent. Ancien directeur du journal Charlie Hebdo et de la radio France Inter, il s’est fait mieux connaître du public suisse romand depuis l’an dernier en débattant chaque semaine dans l’émission «Le PoinG» animée par Laetitia Guinand sur la chaîne genevoise Léman Bleu, où il ne manque pas une occasion de rappeler son attachement à la laïcité, à l’universalisme ou à l’Europe. Venant de publier un «Dictionnaire philosophique d’un monde sans Dieu» aux Editions de l’Observatoire, Philippe Val était un interlocuteur naturel pour tenter une définition de l’ironie, de son importance et de ses ennemis.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Censurer Russia Today et Sputnik en Suisse aurait été un contresens

Article inédit – Jonas Follonier

L’Union européenne a décidé de censurer sur son territoire les chaînes de télévision russes Russia Today et Sputnik. Le Conseil fédéral a annoncé ce vendredi qu’il ne s’alignait pas sur cette mesure. C’est une bonne nouvelle, car ce que nous avons à opposer à Vladimir Poutine est précisément notre attachement à la démocratie et aux libertés qu’elle garantit.

Lire le commentaire (en libre accès)

Aucune polémique n’est innocente

DOSSIER IRONIE, Antoine Bernhard | Partout, des groupes militants de gauche radicale patrouillent et sanctionnent d’un tombereau d’indignation tout écart au nouveau politiquement correct. Cela donne lieu à des polémiques qu’il est coutume désormais d’appeler «woke». Certes minoritaires, elles ne sont pas pour autant innocentes. Car, toujours plus nombreuses, elles font partie d’un projet politique dont il est important de comprendre la tactique. Analyse.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

D’un essentialisme à un autre: Zemmour dit merci aux woke

Le Regard Libre N° 83Claudio Recupero

Un courant né aux Etats-Unis est arrivé en Europe et s’est fait beaucoup connaître ces deux dernières années: le wokisme. Ce mouvement idéologique, littéralement «éveillé» à toutes les inégalités et les discriminations, fait de la défense de «minorités» – ethniques, religieuses, sexuelles… – son objectif absolu. Dans cette tribune, l’historien et professeur genevois Claudio Recupero critique les moyens utilisés par les woke pour atteindre leurs fins. Selon lui, ils sont contre-productifs et finissent par imiter ce qu’ils dénoncent.

Lire la tribune (en libre accès)