Archives de catégorie : Littérature

«La pluie avant qu’elle tombe»: le déterminisme selon Jonathan Coe

Les bouquins du mardi – La rétrospective – Lauriane Pipoz

Une vieille tante mystérieusement décédée dans un manoir lugubre, des cassettes entassées… La pluie avant qu’elle tombe commence auréolé de mystère. Le titre énigmatique de ce roman avait attiré mon regard il y a plus de dix ans. Si le suspense n’est pas en reste, un autre thème profond est pourtant bien plus important: le déterminisme. Décryptage d’un récit profond et émouvant.

A lire dans notre édition d’octobre (en pré-commande ici), le grand entretien de Lauriane Pipoz avec Jonathan Coe.

Lire la chronique

«Les derniers jours de Marlon Brando»: les derniers jours d’un déchet glorieux

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

Un tramway nommé désir, Les révoltés du Bounty, Le dernier tango à Paris et surtout Le Parrain et Apocalypse Now. Autant de films, durablement légendaires pour les deux derniers, qui ont engendré ou du moins confirmé à leur tour une légende. Une légende qui porte un nom tout aussi légendaire, tout aussi plaqué dans l’histoire du cinéma: Marlon Brando. Dans Les derniers jours de Marlon Brando, le grand reporter au Monde Samuel Blumenfeld raconte une histoire qu’il compose en roman. L’histoire de sa rencontre à lui en entrevue avec cette légende de Brando, chez lui, au 12900 Mulholland Drive.

Lire la chronique

La poésie narrative de Mathilde Vischer

Les bouquins du mardi – Arthur Billerey

Chère lectrice, cher lecteur,

C’est à toi que je m’adresse. Toi le maillon le plus important de la chaîne du livre. On pourrait dire le maillon d’or, le maillon primordial, le maillon qu’on ne peut détacher sans rompre l’ensemble. Toi, lectrice, lecteur, sans qui le livre n’aurait pas de réalité, comme le disait un écrivain slovaque du nom de Pavel Vilikovsky. J’aimerais te dire que parmi le bousculement des nouveautés de la rentrée littéraire, de plus en plus comparable au bousculement que font les vagues d’un tsunami somptueux, j’aimerais te dire que tu n’es pas obligé de te mouiller jusqu’au cou. Autrement dit, que tu peux rester au sec, oser prendre ton temps et lire tranquille, à l’ombre d’un arbre, pourquoi pas de la poésie, par exemple. C’est vrai, pourquoi ne brillerais-tu pas par ton écart de conduite, cette année, au lieu de suivre les tendances, en lisant Comme une étoile tombe dans la nuit, de Mathilde Vischer?

Lire la suite de la chronique

Contamination colorée signée Franck Pavloff

Les bouquins du mardi – La rétrospective – Ivan Garcia

En une dizaine de pages, l’auteur met à jour le quotidien de deux citoyens lambdas confrontés à la lente tyrannie du brun, couleur et vocable imposés par un état totalitaire, et à laquelle ils adhèrent. Ironie du sort, c’est cette même adhésion qui finit par les condamner. Une petite fable facile à lire et atemporelle. A lire comme une prédiction.

Lire la critique

Le vent dans le corps

Avec «La Horde du Contrevent», roman de science-fiction paru en 2004 aux Editions de La Volte, Alain Damasio pose sur le papier d’indociles vocables qu’une paire d’yeux suffira pour graver dans la chair. «La Horde», c’est d’abord l’histoire de vingt-trois personnes formées dès l’enfance à traverser de bout en bout la terre de leur monde plat pour découvrir l’origine et les neuf formes du vent. C’est aussi – et surtout –, pour le lecteur, un objet et une expérience matérielle inédite.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Parlez-moi «De l’âme»!

Les bouquins du mardi – Anaïs Sierro

Depuis l’âge de la raison, j’ai le sentiment d’être douée d’un corps, d’un esprit et d’une âme. Et j’affirme même que sans elle, ma vie n’aurait aucun sens. Nourrir son âme et rencontrer celle des autres: voilà une définition de l’existence qui me semble des plus belles et correctes. A l’heure où cette notion est devenue vétuste, la fraîcheur des mots de François Cheng nous ramène à considérer le dualisme. Une demande primaire et ses réponses, qui nous emmènent sur les routes de la connaissance de l’âme – si toutefois cela est possible…

Lire la critique

«Poisson d’or» et chienne de vie

Les bouquins du mardi – La rétrospective – Diana-Alice Ramsauer

L’histoire de Poisson d’or débute comme un conte. Elle n’a pourtant rien d’un récit féérique. Car la vie de Laïla, c’est le parcours d’une enfant arrachée à sa famille qui fuit sans arrêt; une soif de liberté pour se glisser hors des filets de la violence humaine et de l’oppression. Difficile de parler d’un chef-d’œuvre de la part du prix Nobel de littérature 2008 J.M.G. Le Clézio, mais l’ouvrage, empreint de réflexions postcoloniales, n’est pas dénué de subtilité.

Lire la critique

La lecture de Pascal Couchepin: «Typhon»

Il y a une génération, le terme de charisme avait une forte connotation religieuse. C’était un don divin dont jouissait une personne qui avait le devoir de l’utiliser pour le bien de sa communauté. Aujourd’hui, le charisme est devenu plus simplement la capacité de convaincre les foules par le charme de sa personnalité. Le talent individuel y contribue certes, mais plus encore les nuées de spécialistes de la communication qui forgent l’image des dirigeants politiques. Trump a-t-il du charisme?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Mona Ozouf livre un magnifique plaidoyer pour la littérature

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

C’est un ouvrage important qui a été publié par les Editions Stock dans la si belle collection à la couverture confectionnée par Le Petit Atelier. Pour rendre la vie plus légère. Les livres, les femmes, les manières fait entendre les voix de Mona Ozouf et de ses interlocuteurs Pierre Manent, Diane de Margerie, Geneviève Brisac, Philippe Raynaud, Claude Habib, Philippe Bélaval et Patrice Gueniffey, sans oublier l’animateur de l’émission Répliques qui a accueilli ces conversations, l’essayiste et académicien Alain Finkielkraut. Ils y discutent de la nature de la littérature, de ses effets sur notre vie plus que de son rôle, ainsi que de la galanterie, qui d’une manière extrêmement subtile et convaincante est associée aux livres dans cet ouvrage.

Lire la chronique

Cette étrange dame qui aimait les toilettes propres

Les bouquins de mardi – La rétrospective – Amélie Wauthier

Le plus difficile, quand on souhaite écrire une critique rétrospective au sujet d’un livre dont on aimerait vivement conseiller la lecture, c’est de trouver dans sa bibliothèque un ouvrage digne du temps et des efforts qu’on va lui consacrer. Un problème majeur se met alors rapidement en travers de mon chemin: le coup du «attends, il est trop génial de bouquin, il faut absolument que tu le lises». Talonné de très près par le fameux «mais merde enfin, à qui j’ai prêté ce foutu pavé?». J’ai donc une quantité – que je refuse de mesurer – de bouquins «trop géniaux» qui servent sûrement de calle-porte à mes soi-disant amis, alors que je me tiens, les bras ballants, le regard vide, face à des Jean Giono et autre Chrétien de Troyes qui peuplent les étages de ma bibliothèque.

Lire la suite de la chronique