Tous les articles par Diana-Alice Ramsauer

En Valais, une communauté utopiste fait face au géant agroalimentaire «Synsanto»

Agrotopia d’Olivier May est un roman du contraste. D’un côté, un monde agroalimentaire pourri qui refourgue des semences génétiquement modifiées peu résistantes couplées à son lot de pesticide. Et de l’autre, une organisation utopique – une communauté non hiérarchique – basant son économie sur la permaculture. Les formes d’ombre existent des deux côtés, mais elles se font face. Un roman dystopique sur une catastrophe alimentaire du XXIe siècle au cœur de la Suisse et de ses cantons. Fascinant.

Lire la recension (en libre accès)

Trois sacrifiées sur l’autel de la rage révolutionnaire

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

C’est l’histoire d’un pays qui se fait libérer du nazisme par l’Union soviétique. Voici du moins le récit officiel dans la Bulgarie des années 40, dans laquelle évoluent trois femmes à qui l’on enlève un mari. Un journaliste-écrivain, un religieux et un homme d’affaires, prétendument ennemis de l’Etat, vendus à l’idéologie réactionnaire. Si le message, foncièrement antiautoritaire, n’est pas nouveau, son traitement, dans Les Dévastés reste touchant, et éclaire un pan de l’histoire d’un pays peu connu.

Lire la recension (en libre accès)

Quel est le prix du porno? La morale face à la jouissance d’une pornstar

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

«Il y a une équation qui ne peut plus se faire – c’est celle qui prétendait qu’une fille qui aime le sexe est une fille qui n’a pas grand-chose à raconter.» Cette phrase de Virginie Despentes, en préface de la réédition en poche de La voie humide (2007) de Coralie Trinh Thi, est un concentré de ce que veut nous raconter ce livre: non, une pornstar n’est pas stupide par essence. Oui, on peut prendre du plaisir en tournant une double pénétration. Merde, foutez-vous la paix, cette morale tue. Libertaire, anti-«isme», et profondément meurtrie, la hardeuse Coralie Trinh Thi joue la transparence dans une écriture explicite. Très explicite.

Lire la recension (en libre accès)

«Les abeilles grises», habitantes de la guerre russo-ukrainienne

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

C’est un roman qui tombe bien. Tristement bien. Les abeilles grises, ouvrage contemporain de l’Ukrainien Andreï Kourkov, raconte le quotidien de deux villageois bloqués dans une région sur la frontière du Donbass – un territoire «en zone grise», c’est-à-dire qui n’a penché ni d’un côté ni de l’autre. Le livre n’est pas un roman de guerre, c’est un récit qui rappelle qu’avant le déclenchement de la tragédie du 24 février dernier, tous les éléments existaient déjà depuis près de 10 ans: explosifs. Et on a eu tendance à (préférer) l’oublier.

Lire la recension (en libre accès)

Claude Calame: «L’UE se rend coupable d’un crime contre l’humanité»

Le Regard Libre N° 82 – Diana-Alice Ramsauer Dossier «Immigration» C’est avec révolte et désespoir que le Lausannois Claude Calame observe la situation migratoire actuelle. Pour cet helléniste et anthropologue, membre de SOS-Asile, militant du parti de gauche anticapitaliste SolidaritéS, il faut systématiquement rappeler que les personnes exilées sont avant tout des humains – hommes, femmes, … Continuer la lecture de Claude Calame: «L’UE se rend coupable d’un crime contre l’humanité»

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

La guerre d’Espagne face aux générations

Les bouquins du mardi  Diana-Alice Ramsauer

Des livres comme ça, il en faudrait plus. Pas une page de trop. Des niveaux de lectures multiples. Une narration fine et originale. Des descriptions que l’on souhaiterait taguées sur nos murs. De l’enthousiasme révolutionnaire. De la folie. Et un propos. Et pourtant ils existent de Thierry Froger réussit à raconter, en même temps, l’histoire de l’assassin de Jean Jaurès, la guerre d’Espagne et les méandres de l’héritage culturel sans raccourcis.

Lire la recension (en libre accès)

Passer la Saint-Sylvestre avec «Le Gros Poète»

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

 «Raconte-moi quelque chose de beau», «raconte-moi une histoire, dit chaton.» C’est ce que l’une des figures du livre demande inlassablement au gros poète. Mais les récits ne sont jamais bien gais. Ils sont même parfois terribles. L’ouvrage du Suisse Matthias Zschokke, par son écriture, fait partie des livres qu’il vaudrait mieux écouter plutôt que lire, tant l’écriture (et la traduction d’Isabelle Rüf) est poétique. Je l’ai donc lu à voix haute. Je vous conseille d’en faire autant.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Pablo l’auteur rencontre et raconte Pablo l’anarchiste

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

J’ai lu L’anarchiste qui s’appelait comme moi comme une sorte de livre d’histoire. Sauf que c’était bien plus palpitant. Au travers du personnage réel de Pablo Martìn Sànchez – du même nom donc que l’auteur – on (re-)vit l’une des expéditions révolutionnaires visant à renverser le dictateur espagnol Miguel Primo de Rivera. Un événement qui a bel et bien eu lieu. Mais ce qui est riche dans l’ouvrage, c’est surtout cette plongée dans le monde anarchiste parisien et international du début du XXe siècle. Une aventure de tripes, de cœur et d’idéaux.

Lire la critique (en libre accès)

«Les élucubrations d’un homme» soudain frappé(es) sur papier

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

Je n’ai pas lu le livre que je vais vous présenter dans cette chronique. Mais, je peux déjà vous dire que le texte est excellent. La pièce de théâtre dont il est la réplique rectangulaire l’est, dans tous les cas: le livre d’Edouard Baer, intitulé Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce, tiré de la pièce du même nom ne peut être qu’aussi réussi que son inspiration, jouée, elle, sur scène. Mon prochain objectif de la journée? Goutter mot par mot sur papier ce que j’ai vécu dans ce théâtre parisien. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une chronique littéraire un poil théâtrale. Que les puristes me pardonnent. Sur la scène du théâtre Antoine de Paris, Edouard Baer joue son propre rôle depuis le 16 septembre dernier. Il est acteur et s’apprête à jouer sa pièce: Les élucubrations d’un homme soudain frappé par la grâce. Récit.

Lire la suite de la chronique (en libre accès)

«Un rêve, deux rives», un récit franco-algérien tout en chair

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

C’est un ouvrage qui balance entre le «wow» et le «dommage». Vous n’êtes pas spécialistes de l’Algérie et vous voulez découvrir son histoire à travers Nadia, deuxième génération d’immigrée venue d’Afrique du nord? C’est un «wow», foncez. Vous êtes une personne curieuse de comprendre les enjeux sociaux actuels en Algérie – le Hirak par exemple – et en France – au hasard, la fracture sociale – à travers un autre regard? Vous risquez d’être frustrés, comme je l’ai été. Dommage.

Lire la recension (en libre accès)