Archives de catégorie : Politique

«Si l’on tient à la liberté d’expression, on tient aussi à l’incertitude»

Jonas Follonier était l’un des invités du grand débat de «Forum» le 29 mai 2020 sur RTS2 et la radio La 1ère au sujet du « fact checking » sur les réseaux sociaux, à l’occasion du duel Trump/Twitter:

Publicités

Comment la globalisation a marqué le retour de la puissance et de la force

Le continent de la globalisation

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Clivage centres-périphéries: l’éternel problème suisse

Le mythe paysager des urbains

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Peur irraisonnée contre peur raisonnée

Le Regard Libre N° 61 – Jonas Follonier

Il existe des cas où nous avons de bonnes raisons d’avoir peur, mais nous ne devons jamais avoir peur de la raison. Et pour cause, la raison, cette faculté de pouvoir penser, réfléchir, faire des raisonnements, est l’un des signes distinctifs de l’homme et lui permet de maîtriser ses instincts animaux. Parmi ses passions, l’être humain compte la peur. Parfois justifiée, parfois non, cette émotion a trait à l’instinct de survie. La raison permet de la gouverner.

Lire l’éditorial

Le Joker, représentatif de nos distances politiques

Le Regard Libre N° 60 – Jonas Follonier

Le personnage du Joker, outre ce qu’il donne à réfléchir sur le plan cinématographique comme sur le plan philosophique, est révélateur d’un certain nombre de tensions politiques, que l’on pourrait réunir sous la notion de «distances».

Lire la suite de l’article

Qu’est-ce que le Brexit a déjà changé en Europe?

Le Regard Libre N° 60 – Clément Guntern

Alors même que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne n’avait pas encore eu lieu, et que les négociations sur la future relation entre les deux partenaires sont en cours, le Brexit a d’ores et déjà passablement modifié l’Europe tout entière. Petit tour d’horizon.

Lire l’article grand format

«Passions»: et si Sarkozy préparait son retour?

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

L’an dernier, Nicolas Sarkozy publiait Passions. Un livre où l’ancien président de la République se livrait un peu – mais pas trop – sur ses presque quatre décennies d’ascension politique jusqu’à son élection à la tête de la France en 2007. L’occasion aussi pour l’homme de droite, sans trop quitter le domaine politique, de raconter ses amitiés et ses admirations, ainsi que son amour pour Carla. Mais passées ces grandes lignes officielles, difficile de ne pas y lire entre les lignes la préparation d’un grand retour sur le devant de la scène.

Lire l’article

Israël: entre lassitude et délaissement

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Lundi 2 mars, les citoyens israéliens ont été appelé aux urnes pour la troisième fois en un an, un record dans l’histoire du pays. Par deux fois, les électeurs ont tenté de donner assez de force à l’un des partis pour gouverner enfin le pays, sans succès. Ce fut une campagne bien morne et répétitive qui n’a de loin pas suscité d’enthousiasme de la part de la population. Il faut dire, d’une part, que les partis n’ont pas proposé quelque chose de différent entre les trois scrutins et qu’il n’existe que très peu de différences entre les programmes du parti du premier ministre de droite, Benjamin Netanyahou, et celui de son rival, un peu plus au centre, Benny Gantz. D’autre part, l’opinion publique israélienne, de l’avis de certains commentateurs, n’est pas de celle à changer d’avis et de parti, si bien que très peu de mouvements de voix entre partis ont été enregistrés. Voilà de quoi donner l’image d’une scène politique figée et une absence totale de dynamique politique.

Lire la suite de la chronique

La crise de la politique

Il s’est passé en politique exactement ce qui s’est passé dans l’art: en Occident, la représentation est en crise. De la même façon que, lentement mais sûrement, la peinture se dirige vers de moins en moins de représentation du monde et de plus en plus d’abstrait, voire d’absurdité, la démocratie représentative est sur une pente savonneuse. Une part non-négligeable de la population ne se retrouve plus dans ce que proposent les musées, réservoirs de tableaux, ou les partis, réservoirs de politiciens.

Lire la suite de l’éditorial