Archives par mot-clé : variété

Angèle n’a (presque) rien pour elle

ARTICLE LONG FORMAT, JONAS FOLLONIER | C’est l’une des choses qui définissent Le Regard Libre: le plaisir que nous avons à faire entendre des voix discordantes, dans leur sincérité crue. Soit discordantes vis-à-vis de ce qu’on lit, qu’on entend et qu’on voit habituellement. Soit discordantes au sein même de la rédaction du magazine. Aussi, quand mon cher collègue Loris S. Musumeci, improbable admirateur d’Angèle, a essayé de me vendre un dossier sur cette artiste, j’ai aussitôt accepté. Et ce, pour une raison très simple: Angèle représente tout ce qui me rebute dans la variété française actuelle. J’étais également certain que l’amour de Loris pour la chanteuse, une fois couché sur papier, allait revêtir quelque singularité par rapport à celui de ses autres et nombreux amants. Peut-être mon analyse fondée sur un dégoût originel allait-elle déboucher, elle aussi, sur de l’original...

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

«Philovision» à Vidy, une parodie réussie mais incomplète

Article inédit – Ivan Garcia

Annoncé comme le premier grand événement de cette saison théâtrale à Vidy, le concours européen de la chanson philosophique des artistes lausannois Massimo Furlan et Claire de Ribaupierre entend mettre en musique la philosophie sur le plateau et susciter ainsi la pensée critique. Vendredi dernier, Le Regard Libre y a assisté et, bien que le spectacle soit un chef-d’œuvre de la mise en scène, la pensée semble peu présente, voire absorbée par la forme de la performance; dès lors, on ne peut s’empêcher de se demander parfois, à l’instar de la chanson des Pixies: Where Is My Mind?

Lire l’article grand format

Un nouveau Patrick Bruel est né

Paléo Festival 2019 – Jonas Follonier

En clôture de ce Paléo mouvementé, le sieur Patrick Bruel s’est fait remarquer pour sa mutation efficace. Un coup de jeune dans son style musical comme vestimentaire. Le nouveau Bruel est né, avec les mêmes défauts que l’ancien. A l’arrivée de l’analyse, il faut simplement s’incliner devant l’artiste de scène.

Lire l’article