La corrosion de l’utile

Le Regard Libre N° 40 – Giovanni F. Ryffel

Depuis que l’on vit dans la société du spectacle, nous assistons à une telle banalisation de la pensée que le langage, censé la véhiculer, s’en trouve lui-même galvaudé. Les mots sont utilisés à tort et à travers pour signifier des concepts toujours plus vagues, mais qui vendent bien. Le concept d’utilité, ainsi que les notions qui lui sont attenantes, subissent le même sort, d’autant plus qu’elles sont le fer de lance d’une propagande de la consommation à laquelle les industries ne peuvent guère renoncer. Peut-être pourrions-nous tenter d’y voir plus clair.

« Il me faut un nouvel iPhone ! », se dit le jeune qui veut paraître en société. « Il te faut vraiment changer de voiture ! » : ainsi sonnent les injonctions des publicités. « Il lui faut absolument télécharger la dernière version de WhatsApp », commente celui qui ne supporte plus qu’un de ses amis ne soit pas joignable en tout temps. Autant de « il faut » qui semblent suggérer des besoins impérieux, voire des nécessités.

Le poids de la publicité dans le changement des notions

Aujourd’hui, on vend des quantités hallucinantes d’ordinateurs, de programmes, d’objets électroménagers les plus bizarres – il existe même des friteuses portatives ! – sous prétexte que c’est utile ; mais dans la manière de présenter leur produit, les vendeurs doivent faire paraître cette utilité comme une nécessité, car elle est censée répondre à un besoin que l’on aurait – « ou peut-être pas ! », rétorque le bon sens.

En réalité, aucun de ces objets n’est vraiment utile au sens fort du terme. Si, d’un côté, l’utilité n’est pas la nécessité, elle n’est pas non plus la commodité. Explications : les publicités – et malheureusement aussi nous-mêmes – répètent que maints produits sont utiles sans s’arrêter un moment au sens de ce qu’elles professent. Pour les vendre, elles se trouvent même dans l’obligation d’affirmer une nécessité présumée du produit. Cela peut parfois arriver jusqu’à créer réellement le besoin afin que la nécessité d’acheter le produit s’impose. C’est à cette fin que naissent les « modes » : on crée habilement une mode, par exemple vestimentaire, qui génèrera un contexte social dans lequel celle qui ne possède pas une certaine jupe se sent exclue. Une envie de revanche s’ensuivra, déterminant un sentiment négatif pour lequel les génies de la vente ont déjà trouvé la réponse à donner : une jupe semblable et surtout accessible aux dépenses de ta classe sociale, afin que ton portefeuille se vide et que ton ego se remplisse. Et ce, pour quelques brefs instants, juste le temps que cette maladie hystérique qu’est l’envie de paraître s’apaise, jusqu’à ce qu’un nouveau besoin me soit imparti ou enseigné. De cette manière, le lien entre nécessité et utilité a été brouillé, surtout pour des raisons de commerce.

Or, si l’acide de la publicité simplifie et confond le sens du mot « utile » dans sa relation à la nécessité, cela a aussi des conséquences sur les liens que ce mot entretient avec la notion de commodité ; du simple fait que dans le langage, comme dans la vie, ces notions sont proches et reliées. Déplacer le sens d’un mot fait que tous les autres termes semblables doivent un peu changer leurs positions respectives par rapport au vide qui s’est créé ; de même qu’en enlevant un joueur à une équipe de football, l’entraîneur doit changer la stratégie d’ensemble ainsi que le rôle de chacun. Ainsi, en présentant les objets utiles comme étant nécessaires, nous perdons de vue que la plupart du temps, il s’agit d’objets simplement commodes.

Est-ce utile ou commode ?

L’utilité vient de la même origine que le mot « outil », et c’est pourquoi tout son sens est lié à la notion de service. Ce qui est utile s’inscrit donc dans le sillage d’une hiérarchie : ce qui est utile est un moyen qui est ordonné à une fin. En tant que moyen, il est nécessaire qu’il existe. Donc, une certaine utilité, en tant qu’usage de quelque chose pour atteindre la fin prescrite, est nécessaire. En revanche, le fait d’utiliser tel ou tel autre moyen qui sont l’un plus, l’autre moins adaptés à remplir leur devoir de moyen, cela relève du plus ou moins grand degré d’utilité.

Lorsque le moyen d’atteindre une fin a la même utilité qu’un autre moyen semblable, mais permettant des avantages secondaires – c’est-à-dire qui ne sont pas directement ordonnés à la fin qu’on s’est proposé d’atteindre, mais à d’autres fins dérivées, qui accompagnent la fin principale ou le processus – on peut alors parler de commodité. Par exemple, si je veux me déplacer de Fribourg à Saint-Gall – c’est le but de mon action –, alors il y a nécessairement un moyen pour atteindre cette fin. Mais tous les moyens ne sont pas utiles dans la même mesure, puisque tous sont plus ou moins adaptés à la fin principale. Si l’objectif consiste uniquement à arriver dans la ville de Saint-Gall en partant depuis Fribourg, je peux dire alors que le train est plus utile que l’avion, car ce premier moyen de transport est plus adapté à de courtes distances à l’intérieur du territoire suisse, plutôt que le second. Par contre, un train, une voiture sont aussi utiles plutôt que mes propres jambes ou mon vélo.

L'utile et le commode © Amélie Wauthier pour Le Regard Libre
© Dessin d’Amélie Wauthier pour Le Regard Libre

Si des moyens sont également utiles, c’est-à-dire ordonnés à leur fin, alors je peux distinguer entre eux les moyens les plus commodes des moins commodes. Je baserai mon estime sur leur aptitude à répondre à des fins secondaires dérivées de la fin principale ou du processus ; par exemple, quant au processus d’aller à Saint Gall, je peux remarquer que peut se poser le problème de la fatigue : le train sera alors certainement plus adapté, donc en ce sens plus commode, qu’un vélo en plomb. Quant à une fin secondaire dérivée, on pourrait penser à la nécessité de la liberté de la circulation ou de l’exercice physique : le vélo sera alors plus commode que le train.

Une question de justice

Maintenant que nous avons pris connaissance de certaines significations un peu plus profondes de ces mots, nous pouvons combattre le « sémanticide » inique les concernant. S’occuper de la correcte notion des mots est très important en ce cas, car il en va de la justice. En effet, là où l’on parle d’utilité, on parle toujours de choix, et qui dit choix dit liberté humaine, engagement, responsabilité d’un résultat, positif ou négatif. Nous sommes responsables des choix des moyens que nous décidons de mettre en œuvre pour répondre à de réelles nécessités. La nécessité est ce qui ne peut pas ne pas être. Ainsi, les besoins de boire, de manger, de vivre sont autant de nécessités auxquelles nous devons répondre par la mise en œuvre de certains moyens dont le choix nous échoit.

Mais nous avons également une responsabilité vis-à-vis des choix posés par rapport à ce qui est utile ou même à peine commode. Si la justice est la vertu de rendre à chacun son dû en fonction de ce qu’il nécessite pour devenir ce qu’il doit être – de même que je nécessite de l’eau pour vivre et devenir moi-même –, alors on comprend bien que confondre les notions ne peut être qu’une catastrophe qui en appelle à notre responsabilité. Oui, car un voile de fausses croyances s’interpose entre nous et ce qui doit réellement être « dû » pour qu’il y ait justice. Et cela du niveau le plus infime au plus important : de même que l’on n’a pas besoin de Word pour écrire et encore moins pour devenir Dante, Calvino ou Bossuet plutôt que Keats ou Camõeş, de même les populations aborigènes n’avaient nul besoin de connaître les comptes en banque pour vivre humainement et justement.

Nous sommes toujours plus éloignés de l’essentiel, de ce dont nous avons besoin pour être nous-même avec l’excuse d’un utile ou d’un nécessaire qui sont seulement commodes. Les enfants ne jouent plus avec la terre, le bois, les pierres pour former leur intelligence avec les sens, mais ils jouent aux jeux vidéo qui ne requièrent que le mouvement des pouces. Un beau progrès qui structure le cerveau comme celui d’un mollusque. Au cœur de la question de l’utilité, il y a donc une question de liberté et de justice.

Cette justice est tuée au moyen d’une petite anesthésie, que l’on obtient facilement grâce aux commodités : celles-ci sont profondément addictives, et comme toutes les addictions, elles créent l’oubli. On peut facilement passer sous silence la corrosion du sens des mots, l’assassinat de leur signification, qui permet de glisser dans les zones d’ombre débouchant sur la croyance que sans iPhone, nous n’aurons jamais la possibilité d’appeler quelqu’un ; que Facebook est vraiment utile pour communiquer avec ses amis, alors même que les fonctions primordiales de l’iPhone et de Facebook sont désormais infimes. Elles se sont à présent dépassées par la masse de fonctions qui répondent à des finalités secondaires, comme par exemple contrôler au plus vite quel est le magasin le plus proche pour faire ses achats… nécessaires et indispensables.

Ecrire à l’auteur : giovanni.ryffel@leregardlibre.com

Crédit photo : ©

Laisser un commentaire