Archives par mot-clé : consommation

La consommation rend heureux

Le Regard Libre N° 47 – Jonas Follonier

L’acte de consommation, au sens large, a toujours existé. La consommation de produits fabriqués par d’autres a elle-même existé depuis que l’homme est un fabriquant. Le fait de pouvoir actuellement loger dans l’appartement d’un inconnu grâce à Airbnb tandis que seul le fils de l’homo sapiens je ne sais quoi pouvait utiliser sa cuiller en bois ne change pas grand-chose à la donne. La «société de consommation» dans laquelle nous vivons est une redondance ancestrale.

Lire la suite de l’éditorial
Publicités

La corrosion de l’utile

Le Regard Libre N° 40 – Giovanni F. Ryffel

Depuis que l’on vit dans la société du spectacle, nous assistons à une telle banalisation de la pensée que le langage, censé la véhiculer, s’en trouve lui-même galvaudé. Les mots sont utilisés à tort et à travers pour signifier des concepts toujours plus vagues, mais qui vendent bien. Le concept d’utilité, ainsi que les notions qui lui sont attenantes, subissent le même sort, d’autant plus qu’elles sont le fer de lance d’une propagande de la consommation à laquelle les industries ne peuvent guère renoncer. Peut-être pourrions-nous tenter d’y voir plus clair.

Continuer la lecture de La corrosion de l’utile

Régimes sans viande et véganisme : vraiment « écolo » ?

Le Regard Libre N° 36 – Hélène Lavoyer

Actuellement, les discussions de tous les jours portent souvent sur nos modes d’alimentation. Tandis que les régimes sans viande, et notamment le véganisme, semblent gagner de plus en plus de terrain, leurs vertus environnementales ne seraient pas si évidentes que cela. Il se pourrait que le régime choisi ne soit pas le bon indicateur concernant l’empreinte écologique.
Continuer la lecture de Régimes sans viande et véganisme : vraiment « écolo » ?

« Downsizing », où l’homme raccourci laisse place au film allongé

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un scientifique norvégien réussit une expérience qui va changer la donne au niveau mondial : il est désormais possible de réduire un être humain à une taille d’environ douze centimètres. L’opération de raccourcissement (downsizing) n’a presque aucun risque, mais surtout, c’est une occasion en or pour sauver la planète ! Si l’humanité fait le choix du rétrécissement, elle fait le choix d’une baisse drastique du nombre de déchets et résout le problème de la surpopulation.

Inutile de dire que ce n’est pas l’argument écologique qui va convaincre un nombre important de citoyens de se lancer dans cette métamorphose irréversible. Au sein de cette nouvelle société des petits hommes, un dollar en équivaut à mille dans le monde normal. C’est l’univers de tous les possibles, et d’une espérance de vie attrayante. Par cette idée remarquable, le nouveau film d’Alexander Payne se comprend comme une critique du mode de vie américain et de la consommation, qui se reproduisent dans le monde miniature. Continuer la lecture de « Downsizing », où l’homme raccourci laisse place au film allongé

Faune en danger, hommes infectés

Le Regard Libre N° 34 – Hélène Lavoyer

La publication d’une étude sur la population des insectes volants par le journal scientifique Plos One crée une vague d’inquiétude. Les chiffres annoncés à la mi-octobre sont alarmants et les dangers pour la faune et pour l’homme, conséquents. Une fois de plus, l’agriculture massive et les produits chimiques utilisés par certains paysans se trouvent pointés du doigt.

Les insectes, apparus sur terre à la période du dévonien inférieur allant de -418 à -359 millions d’années, ont survécu aux changements climatiques et ont continué d’exister à travers les âges. Nombre d’espèces de cette classe se trouvent aujourd’hui menacées par l’activité humaine.

Les rôles principaux d’une pièce complexe

Les insectes volants, qui se déplacent de fleur en fleur, comme les abeilles ou les papillons, permettent la pollinisation de 80% des espèces végétales. Continuer la lecture de Faune en danger, hommes infectés

L’invasion des individualités

Le Regard Libre N° 14 – Sébastien Oreiller

Umberto Eco n’est pas encore froid que déjà, sur Facebook et autres Twitter, fleurit la désormais célèbre citation : « Les réseaux sociaux ont donné le droit de parole à des légions d’imbéciles qui, avant, ne parlaient qu’au bar, après un verre de vin et ne causaient aucun tort à la collectivité. On les faisait taire tout de suite alors qu’aujourd’hui, ils ont le même droit de parole qu’un prix Nobel. C’est l’invasion des imbéciles ».

Si vrai et pourtant si paradoxal ! Les amateurs de réseaux sociaux eux-mêmes reconnaîtraient la vacuité de leur Moi exacerbé ? La parole au peuple, pour le peuple, contre le peuple, cela ne semble néanmoins pas déranger les manipulateurs de tous bords, les saboteurs et autres populistes ; en témoignent certains UDC (mais cela est également vrai pour les révolutionnaires de gauche), s’offusquant pour un tout et pour un rien, par exemple contre un pape qui ne leur a fait aucun mal, sinon de prôner la paix. « Ce n’est pas mon pape ! » Toujours ce moi, toujours autant peu d’intérêt intellectuel, surtout quand il s’agit d’un message aussi universel que celui de François. Chacun s’invite sur le net ; même Le Regard Libre y est ! C’est peut-être pour cela que nous essayons, peu à peu, de passer au papier, une avancée que d’aucuns qualifieraient de régression, mais pour nous une légitimité que les pixels de notre écran ne possèdent pas. Quoi qu’il en soit, le flot continuel de toutes les individualités, aussi (in)intéressantes soient-elles parfois, est devenu incontournable. Pour lui donner une raison d’être, les constructivistes l’appelleront « arène de socialisation ». Amen ! Enfin soit… Continuer la lecture de L’invasion des individualités