Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » La neutralité suisse est un moyen, pas une fin en soi
Suisse

Analyse

La neutralité suisse est un moyen, pas une fin en soi

par Olivier Meuwly
0 commentaire
Neutralité © Pixabay

La neutralité n’a jamais été soumise à une définition corsetée. Toute son histoire le démontre. Elle dépend du bon vouloir des autres puissances et ne prend son sens que si l’on accepte de la saisir dans le contexte du moment.

L’histoire est connue. Au Congrès de Vienne de 1815, chargé de solder l’empire napoléonien dont le chef a dû accepter l’exil à l’Ile d’Elbe puis à Sainte-Hélène, la Suisse est enfin reconnue comme Etat indépendant sur le plan international et le statut de neutre lui est octroyé. Ce statut devient en quelque sorte la pierre angulaire d’une Suisse qui tentera dès lors de se ménager une position de force sur cette base. C’est du moins la version officielle de l’histoire. Sans être fausse, elle n’en recèle pas moins divers éléments riches d’interprétations variées sur ce que signifie, en définitive, cette neutralité helvétique, si souvent hissée au rang de dogme i

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl