Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Neutralité: renoncer sans y renoncer
Suisse

Analyse

Neutralité: renoncer sans y renoncer

par Antoine-Frédéric Bernhard
0 commentaire
Le conseiller fédéral Ignazio Cassis © Chancellerie fédérale suisse – Stefano Spinelli

Le 28 février 2022, la Suisse créait la surprise en décidant d’appliquer à son tour les sanctions européennes contre la Russie. Ce renoncement de fait à une certaine neutralité a engendré une crise du discours politique, notamment au plus haut niveau. Analyse.

Ignazio Cassis fut, pendant son année à la présidence de la Confédération, le symbole d’une neutralité suisse en crise. Dès les premiers jours de l’attaque russe contre l’Ukraine, le Tessinois se démarquait lors d’une allocution aux accents peu neutres: «La Suisse est résolument du côté de la justice contre l’injustice, du côté de l’humanité contre la barbarie, du côté de la démocratie qui a été attaquée sans aucune raison». Traduction: la Suisse est du côté de l’Ukraine, contre la Russie. Certes, il n’y avait là ni renoncement officiel de la Suisse à sa neutralité ni atteinte grave au droit de la neutralité. Ce discours posai

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl