Archives de catégorie : Editoriaux

L’interprétation artistique, nouvelle victime de l’époque

Le Regard Libre N° 73 – Jonas Follonier

Trois actualités illustrent tout le mal que peut faire le délire identitaire actuel non seulement aux débats de société, mais aussi à l’art et à la culture. Bref rappel de la première actualité. Le 20 janvier 2021, lors de l’investiture de Joe Biden comme nouveau président des Etats-Unis, la poétesse Amanda Gorman, 22 ans, a récité une œuvre de son cru qui a suscité autant d’émotion que d’articles de presse. Dans ce poème intitulé The Hill We Climb appelant à la réconciliation au sein de la population américaine, la jeune artiste s’est définie comme une «maigre fille noire, descendante d’esclaves et élevée par une mère célibataire» – une mise en lumière de sa condition faisant écho au mouvement de contestation Black Lives Matter. Dès le 21 janvier, les maisons d’édition du monde entier se sont lancées à la recherche des meilleurs talents pour traduire le poème.

Lire l’éditorial (en libre accès)

S’intéresser aux autres: la base du journalisme

Le Regard Libre N° 72 – Jonas Follonier

C’est sans doute l’une des causes les plus importantes à défendre actuellement: celle du pluralisme. Depuis quelques années, les ravages du politiquement correct (il y a des choses qu’on a le droit de dire et des choses qu’on n’a pas le droit de dire), du prêt-à-penser (évitez-vous de réfléchir en reprenant sans esprit critique des idées préparées pour vous) et de la mode intellectuelle (ce qu’il faut dire pour «faire bien») sont en train de scier la branche sur laquelle est assise la possibilité même de la discussion démocratique, de la controverse civilisée.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Pierre Maudet légitimé par le peuple: l’élan délité des élites

Article inédit – Jonas Follonier

A Genève, Pierre Maudet arrive en deuxième position du premier tour dans la course au Conseil d’Etat. Son ancien parti, le Parti libéral-radical (PLR), en pâtit. Mais ce sont les journalistes moralisateurs qui, aujourd’hui, devraient le plus se sentir dans leurs petits souliers. Cette situation met en lumière un fossé de plus entre les élites médiatiques et le peuple.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Le débat sur les visages aura été couvert

Le Regard Libre N° 71 – Jonas Follonier

Aujourd’hui, nous seront fixés: le peuple aura tranché si, oui ou non, il doit être interdit de se dissimuler le visage dans les espaces publics en Suisse. L’initiative «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» demande à ce que soit interdite toute dissimulation du visage (burka, cagoule, casque de moto…) dans les rues, restaurants, commerces et autres lieux publics. Font exception les lieux de culte et les cas où des coutumes locales ou des motifs sanitaires, climatiques ou sécuritaires justifient de se couvrir le visage.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Le centre n’a pas le monopole de la recherche d’équilibres

Le Regard Libre N° 70 – Jonas Follonier

Dans l’entretien-débat que nous vous proposons en pp. 8-11 de ce numéro, Sascha Zbinden (PBD) et Nathan Bender (PDC) ont été questionnés sur leur vision quant à la fusion de leurs deux partis et à la nouvelle dénomination «Le Centre». Pour les âmes peu acquises aux idées centristes, deux problèmes sautent aux yeux dans les propos aussi bien de l’un que de l’autre.

Lire la suite de l’éditorial (en libre accès)

Le livre, plus qu’un bien essentiel

Le Regard Libre N° 69 – Jonas Follonier

La crise que nous traversons, tragique à bien des égards, emporte avec elle d’intéressantes controverses. Dans toute tragédie, il y a de la gravité, et donc de la profondeur.Parmi les passionnants débats ayant occupé les dernières semaines, on trouve celui sur l’importance des livres dans la vie des gens. La thématique s’est imposée au premier plan lorsque le gouvernement français a décidé de fermer les librairies pour le second confinement – j’écris «second» et non «deuxième», car il est permis d’être optimiste. Très justement, les libraires se sont offusqués de cette mesure en constatant que les FNAC et autres supermarchés vendant des livres étaient, eux, ouverts.

Lire la suite de l’édito (en libre accès)

L’avertissement de François Sureau

Le Regard Libre N° 68 – Jonas Follonier

L’an dernier, l’avocat, écrivain et désormais académicien français François Sureau publiait chez Gallimard son tract Sans la liberté. Avec cet essai au titre fort, l’auteur y peignait et dénonçait une société – la société française actuelle – ayant perdu peu à peu son Etat de droit. Une société «sans la liberté», qui lui faisait froid dans le dos et qui trouverait pour seule issue favorable un amour retrouvé pour la liberté politique. S’il est intéressant de se replonger dans ce texte pour un éditorial, c’est que, justement, il trouve des résonances évidentes avec notre société, la société suisse, et, de manière encore plus marquante, avec ce que la gestion actuelle de la crise nous fait traverser.

Lire la suite de l’édito

«Goodbye, my love, goodbye»

Le Regard Libre N° 67 – Loris S. Musumeci

Le début de l’aventure remonte à plus de six ans. Nous étions jeunes – nous le sommes toujours! Nous étions fous – nous le sommes toujours davantage! Nous étions beaux – nous le sommes différemment; «des goûts et des couleurs», diraient les beaufs. Un camarade de classe, donc, décide de fonder un magazine. Jusque-là, rien de spécial. Le camarade en question, vous le connaissez bien: un certain Jonas Follonier, ou Jo’ Follo’ pour les intimes, ou M’sieur le rédac’ réac’ en chef pour les pros.

Lire la suite de l’éditorial

Le scénario de la vie de Woody Allen

Il ne s’agit pas d’une autobiographie quelconque. Le parcours du personnage qui se raconte y est certes pour quelque chose, mais cela ne fait pas tout. Aussi impressionnant soit le cinéma de Woody Allen, il n’assure pas un tel plaisir à la lecture d’un pavé de 534 pages qui est divisé ni en parties ni en chapitres. Point de travail de mémoire, mais un travail de divertissement. Le réalisateur endosse à nouveau l’habit de l’écrivain pour romancer une vie aussi hilarante que ridicule, et donc touchante. Lire «Soit dit en passant», c’est passer un bon moment de rires et de complicité avec le principal concerné.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Modes de vie et arts de vivre

Le Regard Libre N° 66 – Jonas Follonier

Les modes de vie sont les produits des civilisations. C’est ce sur quoi m’a ouvert les yeux l’article de Robin Parisi, publié en page 16 de ce numéro, «Civilisations européennes». Contrairement à ce que je prenais pour acquis depuis un certain temps, il n’y a pas de civilisation européenne, mais plutôt des civilisations qui se croisent en Europe. Elles sont au nombre de trois: la civilisation latine, la civilisation slave et la civilisation germanique. Toutes trois correspondent globalement aux principales branches du christianisme: catholique, orthodoxe et protestante. Rien de surprenant à cela: il y a un lien très fort entre les religions et les modes de vie.

Lire la suite de l’édito