Archives de catégorie : Editoriaux

Gestion du Covid en Suisse: trop de fédéralisme… ou pas assez?

Le Regard Libre N° 79 Jonas Follonier

L’affaire serait entendue: si la Suisse ne comptait pas dans son système politique l’outil du fédéralisme, la gestion du Covid aurait été plus efficace. Ou plutôt, principe de précaution oblige, «moins inefficace». Le fait que la Confédération, malgré ses pouvoirs spéciaux durant cette période spéciale, doive consulter les cantons avant de prendre des décisions importantes pour protéger la santé publique apparaît absurde aux yeux de nombreux commentateurs – de profession ou de salon. Et que ces mêmes cantons puissent prendre des mesures contradictoires entre eux n’est guère plus supportable pour ceux qui aiment à rappeler, fameux refrain, que «le virus ne connaît pas de frontières» – ce qui est vrai. Qu’à un moment donné, au début de la crise, il ait suffi de passer de l’autre côté de la limite Neuchâtel-Berne pour aller manger au restaurant, serait le révélateur parfait de cette «cacophonie».

Lire la suite (en libre accès)

Indépendamment du discours de l’UDC, la rancœur rurale existe

Le Regard Libre N° 78Jonas Follonier

La déclaration de guerre politique du président de l’UDC Marco Chiesa lors de son discours du 1er août a suscité la critique de tous les autres partis et de la plupart des médias. Il faut dire que le Tessinois n’a pas fait dans la dentelle:

«La politique des villes de gauche est la politique des parasites. Ils sont les champions du monde pour accaparer et dépenser l’argent que d’autres ont gagné. Comme les parasites, ils vivent aux crochets des autres. Pire, ils sont devenus les champions des parasites sociaux en faisant venir en masse dans notre pays d’autres personnes qui vivent aux crochets des Suisses. Nous déclarons la guerre à cette gauche moralisante et condescendante.»

Lire la suite (en libre accès)

Au-delà du clivage gauche-droite, la querelle de l’universel

Le Regard Libre N° 77Jonas Follonier

Le clivage gauche-droite existe encore sur certains sujets. Parmi eux, citons le salaire minimum, la caisse unique ou encore, de manière générale, la question de savoir par quels moyens une société peut, doit, réduire la pauvreté. Certains observateurs de la vie politique suisse, comme l’historien vaudois Olivier Meuwly, voient même dans les prises de position sur la gestion du Covid-19 une opposition générale entre ceux qui privilégient l’égalité et ceux qui la font passer après la liberté. La définition même de la gauche et de la droite selon le penseur libéral-radical.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Le Regard Libre débarque en kiosque aujourd’hui!

Communiqué pour diffusion immédiate – La rédaction

Le Regard Libre débarque aujourd’hui mercredi 1erseptembre dans les kiosques de Suisse romande. La revue souhaite ainsi donner un coup d’accélérateur à son engagement pour la culture et le débat d’idées. Le but? Stimuler la réflexion dans ce coin de pays. Quitte à ce que l’esprit critique soit jugé politiquement incorrect.

Lire la suite du communiqué

Les non-spécialistes ont des choses intéressantes à nous dire

Le Regard Libre N° 76Jonas Follonier

Nous autres, journalistes, avons une mauvaise habitude: interroger LE spécialiste d’un domaine en croyant que c’est une assurance de qualité. Ce travers, comme tous les défauts, est le revers d’une qualité: celle qui consiste à éclairer une thématique à l’aide d’individus qui ont des choses à dire à son sujet, puisque leur discours sur cette thématique est reconnu. Or, souvent, les experts ne sont pas les seuls à pouvoir – et vouloir – apporter un éclairage pertinent sur un thème. Le caractère intéressant d’un propos ne se mesure pas seulement et pas toujours à son caractère «reconnu». C’est même parfois l’inverse: certains spécialistes sont tellement plats ou tellement obscurs que leur parole n’apporte strictement rien au public. Et il y a des cas où leur parole est si connue qu’elle en devient, pour le coup, «re-connue».

Lire l’éditorial (en libre accès)

Nous sommes tous progressistes

Le Regard Libre N° 75 – Jonas Follonier

L’étiquette de «progressiste» et celle, opposée, de «conservateur» ou, selon les cas, de «réactionnaire» sont maintenant omniprésentes pour décrire les positions des uns et des autres en matière de politique ou d’enjeux de société. Pour les tenants de chacun de ces deux camps caricaturaux, traiter son adversaire de «réac» ou au contraire de «progressiste» est souvent censé suffire pour le discréditer. 

Lire la suite de l’édito

L’écomodernisme, une intéressante piste pour une écologie joyeuse

Le Regard Libre N° 74Jonas Follonier

Il n’y a pas qu’une seule écologie politique. Le fait de nous le rappeler est l’un des grands mérites du nouveau livre de Luc Ferry, Les Sept Ecologies, publié aux Editions de l’Observatoire. Le philosophe français distingue tour à tour les effondristes, les alarmistes révolutionnaires, les décoloniaux, les écoféministes, les animalistes, les réformistes et les écomodernistes, approche dont l’auteur se fait le défenseur.

Lire l’éditorial (en libre accès)

L’interprétation artistique, nouvelle victime de l’époque

Le Regard Libre N° 73Jonas Follonier

Trois actualités illustrent tout le mal que peut faire le délire identitaire actuel non seulement aux débats de société, mais aussi à l’art et à la culture. Bref rappel de la première actualité. Le 20 janvier 2021, lors de l’investiture de Joe Biden comme nouveau président des Etats-Unis, la poétesse Amanda Gorman, 22 ans, a récité une œuvre de son cru qui a suscité autant d’émotion que d’articles de presse. Dans ce poème intitulé The Hill We Climb appelant à la réconciliation au sein de la population américaine, la jeune artiste s’est définie comme une «maigre fille noire, descendante d’esclaves et élevée par une mère célibataire» – une mise en lumière de sa condition faisant écho au mouvement de contestation Black Lives Matter. Dès le 21 janvier, les maisons d’édition du monde entier se sont lancées à la recherche des meilleurs talents pour traduire le poème.

Lire l’éditorial (en libre accès)

S’intéresser aux autres: la base du journalisme

Le Regard Libre N° 72 – Jonas Follonier

C’est sans doute l’une des causes les plus importantes à défendre actuellement: celle du pluralisme. Depuis quelques années, les ravages du politiquement correct (il y a des choses qu’on a le droit de dire et des choses qu’on n’a pas le droit de dire), du prêt-à-penser (évitez-vous de réfléchir en reprenant sans esprit critique des idées préparées pour vous) et de la mode intellectuelle (ce qu’il faut dire pour «faire bien») sont en train de scier la branche sur laquelle est assise la possibilité même de la discussion démocratique, de la controverse civilisée.

Lire l’éditorial (en libre accès)

Pierre Maudet légitimé par le peuple: l’élan délité des élites

Article inédit – Jonas Follonier

A Genève, Pierre Maudet arrive en deuxième position du premier tour dans la course au Conseil d’Etat. Son ancien parti, le Parti libéral-radical (PLR), en pâtit. Mais ce sont les journalistes moralisateurs qui, aujourd’hui, devraient le plus se sentir dans leurs petits souliers. Cette situation met en lumière un fossé de plus entre les élites médiatiques et le peuple.

Lire l’éditorial (en libre accès)