Archives par mot-clé : compassion

«Les bonnes intentions» d’un cinéma moyennement bon

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

«Mais ils ne font rien de mal!
Ils ne font rien de bien non plus.»

A la suite des traditionnelles publicités à rallonge plus scénarisées que des films de Nolan, l’écran se fait finalement noir, son champ s’élargit et annonce le début de la projection du long-métrage Les bonnes intentions de Gilles Legrand (réalisateur des touchants Belle et Sébastien). Toujours dans l’exploration du relationnel, cette œuvre-ci dépeint l’histoire d’Isabelle, une française de vocation humanitaire, ainsi que de sa famille. Continuer la lecture de «Les bonnes intentions» d’un cinéma moyennement bon

Publicités

« Avengers : Infinity War », un blockbuster qui mise sur l’humour

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« La balance de l’univers penche vers l’équilibre. »

Thanos est le méchant. Il veut la puissance suprême ; il a un but. Ce monstre traverse l’univers pour rassembler sur le mythique Gant de l’Infini les six Pierres d’Infinité : celles du Pouvoir, de l’Espace, de la Réalité, de l’Ame, du Temps et de l’Esprit. Par tous ces attributs, Thanos deviendra assurément un dieu, et même le plus fort. Fins égoïstes ? Non. Le dit méchant est mû d’une grande compassion vis-à-vis de la pauvreté dans le monde.

Continuer la lecture de « Avengers : Infinity War », un blockbuster qui mise sur l’humour

« Ni juge, ni soumise »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Je peux vous jurer que la colère d’Allah, c’est rien à côté de moi. »

Le juge Anne Gruwez voit passer dans son bureau bruxellois des criminels des plus pathétiques aux plus angoissants. Et pourtant, son calme est toujours de la partie, comme son sens de l’humour, teinté d’autorité et de compassion. En bonne entente avec les policiers, elle se rend volontiers sur les lieux des crimes à bord de sa Citroën 2CV. A chacun, elle pose une multitude de questions, suscitant autant d’étonnement que d’admiration.

Continuer la lecture de « Ni juge, ni soumise »

« Wonder Woman»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

Une rubrique partenaire de Cinérevue, l’émission cinématographique de NeuchVox. Prochain direct : lundi 3 juillet 2017, 20h30 – 21h00

« Tu as été mon plus grand amour ; aujourd’hui tu es mon plus grand désespoir. »

Diana (Gal Gadot), princesse de Themiscyra, court à travers une île peuplée uniquement de femmes charmantes, fortes et sveltes. Enfant déjà, elle rêve de se battre comme toutes les autres Amazones. Sa mère, la reine Hyppolite, s’y oppose. Cette petite, née de l’argile et du souffle de Zeus, ne doit pas être mêlée au monde de la guerre, dont les hommes sont responsables à cause d’Arès.

En conscience toutefois du danger que court la tribu de femmes entourée d’un monde perverti, Antiope, sœur de la reine, entraîne sa nièce plus durement que les autres guerrières. Diana a grandi tout en merveille. Elle aperçoit un jour un avion s’effondrer en mer. Habile, elle plonge au secours du pilote. Un espion américain.

Continuer la lecture de « Wonder Woman»

Exit, un joyeux suicide

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

Il y a aujourd’hui dix nuits de cela, Monsieur « O. » se donnait la mort, dans la solitude de son domicile. Il se sentait « fatigué de vivre », disait-il. Le suicide est sombre et dramatique. Il n’est rien de plus horrible que de perdre son corps en le regardant ridé et marqué d’une vie qui n’a encore jamais cessé. C’est toujours la première fois que l’on meurt. Assister au dernier instant de l’existence, sa propre existence, donne le frisson de la nouveauté, de la grandeur, de la fin. L’ultime frisson : inutile, oublié, mort.

Monsieur O. fut toutefois victime. Ses hostiles frères, Bernard et Claude, ainsi que l’injuste justice genevoise s’étaient opposés à son envie de partir paisiblement. Alors même que l’association Exit avait proposé la solution idéale : un joyeux suicide accompagné. Qu’y avait-il de mal à respecter le choix individuel d’un homme simple et normal ? On en appelle sans cesse à la très sainte liberté pour mener une vie heureuse. Dès qu’il s’agit cependant d’expirer, une bonne fois pour toutes, le souffle des douleurs et du mal-être, la liberté n’est plus prise en considération. Pis encore lorsqu’une telle corruption prend sa source tragique au sein de la justice et de la famille. Apparaît là un second suicide, celui de la compassion. Continuer la lecture de Exit, un joyeux suicide