Archives de catégorie : Films

«Le Pouvoir du chien»: une fleur parmi les loups

Les mercredis du cinéma – Kelly Lambiel

Absente au cinéma depuis 12 ans, Jane Campion marque, avec Le Pouvoir du chien, un retour grandement salué par la critique. Lion d’argent de la meilleure réalisatrice à la Mostra de Venise 2021, c’est en jouant avec les codes du western que, bien des années après La leçon de piano et Portrait de femme, elle pénètre pour la première fois la psyché masculine. Un territoire qu’elle a voulu hostile, ennemi, pourtant sublimé par son regard. 

Lire la critique (en libre accès)

La «Barbaque», certains l’aiment saignante

Article inédit – Erica Berazategui

Un vieux couple de bouchers contre de jeunes végans: Barbaque vous propose une bonne tranche de rigolade absurde et cynique, mais somme toute banale. Impressions.

Lire la critique (en libre accès)

«Aline»: Le biopic en trompe-l’œil

Les mercredis du cinéma Fanny Agostino

On la savait fan inconditionnelle, on n’attendait pas un tel hommage. Valérie Lemercier s’offre, pour son sixième long-métrage, la réalisation et le scénario (co-écrit avec Brigitte Buc) d’un film consacré à la vie de Céline Dion. Déjouant la structure attendue du «biopic-oscarisé», Aline se veut un savant mélange entre vérité et fantasmes. Décalé et inattendu… mais est-ce suffisant?

Lire la critique (en libre accès)

«Cry Macho»: la voie éraillée du cowboy

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

Après la réalisation de plusieurs dizaines de films, et avoir incarné inlassablement ses convictions – dont il a le physique – pendant presque 70 années, que peut-on attendre encore de la légende? Avec une carrière prolifique, Clint Eastwood a su nous proposer le meilleur comme le pire. Cry Macho aurait pu – aurait dû – se présenter comme une sorte de rétrospective de sa carrière à travers les thèmes de la transmission, de la construction et du vieillissement de la légende. Rien n’est moins sûr.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Diagnostic? L’amour, pour une durée indéterminée

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Sylvia Plath; une neurochirurgienne qui perd l’esprit; les rues anachroniques de Budapest: trio gagnant? C’est le pari de Lili Horvát dans Preparations to Be Together for an Unknown Period of Time. Sélectionné – mais non nominé – comme long-métrage hongrois pour les Oscars, le film se défend quand même remarquablement grâce à sa réalisation hautement esthétique. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Illusions perdues»: Youtube et son contenu sponsorisé n’a rien inventé

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Les costumes et le goût du bon mot asséné ne nous tromperont pas. L’adaptation des Illusions perdues réalisée par Xavier Giannoli rayonne par ses allures de grand spectacle et son casting éblouissant. Un vrai coup de force alors que le modèle de l’adaptation de grand classique se fait rare. Un bon décrassage des idées reçues sur l’exercice.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Quo Vadis, Aida?», où aller pendant la guerre?

Les mercredis du cinéma – Kelly Lambiel

Après Grbavica (Sarajevo, mon amour) en 2006, Na putu (Le choix de Luna) en 2010 et For Those Who Can Tell No Tales (Les femmes de Visegrad) en 2013, Jasmila Žbanić explore une nouvelle facette de la guerre de Bosnie-Herzégovine, peut-être plus sombre encore, dans Quo Vadis, Aida?. Si ses premiers films, récompensés à de nombreuses reprises, évoquent les traumatismes d’après-guerre et le lourd héritage des rescapés, son dernier métrage, nommé aux Oscars, prend cette fois-ci place au cœur même du massacre, à Srebrenica.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Tout s’est bien passé»: euthanasie en famille

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

Après le succès d’Eté 85, François Ozon revient avec un drame d’une efficace sobriété au service d’un thème aussi lourd que libérateur: l’assistance au suicide. Plongeons-nous dans ce drame rythmé aux battements de coeur.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Cette musique ne joue pour personne»: laissez-nous être des sauvages en paix!

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Comédie dont la radicalité ne repose que sur son message tristement consensuel, Cette musique ne joue pour personne avait-elle prévu le caractère prémonitoire de son titre? Sorti le 29 septembre dernier, le nouveau film réalisé par Samuel Benchetrit réunit un casting tonitruant qui ne laisse aucun souvenir tangible après son passage.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Red, Bond, Blue: le rouge et le bleu dans le nouveau 007

Article inédit – Anaïs Sierro

Mourir peut attendre est un adieu à l’acteur Daniel Craig autant qu’à James Bond et tout ce qu’il a représenté. Une interprétation de deux couleurs – le rouge et le bleu – présentes en filigrane tout au long du nouveau 007 permet de mieux comprendre ce qui peut engendrer ce sentiment.

Lire l’article (en libre accès)