Archives de catégorie : Films

Comment vivre la disparition et le deuil, d’après Emmanuel Carrère

Les mercredis du cinéma – Ivan Garcia

Dans le cadre de la 52e édition du festival nyonnais Visions du Réel est projeté le premier film documentaire d’Emmanuel Carrère, intitulé Retour à Kotelnitch. Un long-métrage qui mêle l’histoire d’une petite bourgade russe nommée Kotelnitch à l’histoire familiale du romancier et, plus spécifiquement, au récit d’une disparition. Un moment de cinéma qui laisse songeur.

Lire la critique (en libre accès)

«La Cravate»: les idées sacrifiées

Les mercredis du cinéma– Fanny Agostino

Ah, les affiches de campagne. Municipales, fédérales ou présidentielles, elles ont toutes en commun ces quelques traits: grand sourire, regard tourné vers l’horizon, arrière-plan neutre, slogan inspiré par un semblant de renouveau et de belles promesses. Mais vous êtes-vous déjà interrogé sur la vie des petites mains qui ont imprimé, distribué puis collé ces affiches? Mathias Théry et Etienne Chaillou se sont intéressés à la cuisine interne des partis politiques français. En suivant l’itinéraire d’un militant du Front National avant et après la campagne de 2017, ce documentaire surprend. Il évite en effet les clichés et les idées reçues de ces vies minuscules condamnées à vivre dans l’ombre du jeu politique et de ses cercles privilégiés.  

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«La Mission»: un western propret

Les plateformes ciné du samedi – Alice Bruxelle

La Mission, sorti le 10 février dernier sur la plateforme Netflix, est le premier essai de Paul Greengrass au genre du western. Le résultat est très mitigé. Alors qu’il se pare d’airs faussement humanistes, le long-métrage se caractérise plus par un manichéisme aux relents simplistes. Tom Hanks peine à le sauver.

Lire la critique (en libre accès)

Comment «Le goût des autres» est devenu un classique

ARTICLE LONG FORMAT, Lauriane Pipoz | C’est 21 ans après sa sortie que je découvre "Le goût des autres", grand classique du duo gagnant Jean-Pierre Bacri - Agnès Jaoui. Nombre d’entre vous se sont déjà fait leur avis sur ce chef-d’œuvre. Je me permets donc d’ouvrir un peu la réflexion en vous parlant des raisons qui font de cette comédie dramatique mêlant dealeuse de drogue libérée, ex-flic désabusé et bourgeoise obsédée par les imprimés un film irrésistible et unique en son genre.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

Un «Nuage rose» qui nous fait penser à un certain virus

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

The Pink Cloud raconte l’arrivée dans le ciel d’un mystérieux nuage rose, qui va imposer un confinement strict à la planète entière. Ce film brésilien sort le 8 avril et a été écrit avant la période maudite du coronavirus. L’air de famille est bluffant.

Lire la critique (en libre accès)

«Nocturne», prophétie insolite

Les plateformes ciné du samedi – Eugène Praz

Le film d’horreur fantastique américain Nocturne (2020), œuvre écrite et réalisée par Zu Quirke et diffusée par Amazon Studios, narre l’histoire ténébreuse et tragique de deux sœurs jumelles pianistes qui étudient au sein de la même académie d’arts. L’une, brillante, admise à Juilliard pour l’année suivante, se voit pourtant dépassée par sa sœur réputée à tort moins talentueuse. La mort récente d’une élève violoniste va changer le destin de la fragile étoile montante du piano, qui a dépassé sa sœur, y compris dans le mal.

Lire la critique (en libre accès)

«Dear Future Children», rendez-vous au prochain (dé)règlement

Entretien inédit – Indra Crittin

Dossier sur le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) 2021: un numéro à pré-commander ici

Armés d’une caméra et de masques à gaz, le duo allemand formé par Franz Böhm et Friedemann Leis a suivi trois jeunes activistes d’aujourd’hui dans leurs tentatives de faire une différence pour demain. Leur projet intitulé Dear Future Children réunit ainsi trois cultures, trois causes, des protestations chiliennes contre la corruption aux luttes pour la démocratie et pour l’environnement, respectivement à Hong Kong et en Ouganda. D’ailleurs, l’une des trois protagonistes, Hilda Flavia Nakabuye, a prononcé un discours puissant au Sommet mondial 2019 des maires du C40, qui s’est tenu à Copenhague en 2019. En somme, un documentaire à destination de gens comme vous et moi, et de ceux qui n’ont pas encore mis les pieds dans ce monde, comme le suggère le titre du film. En première internationale au Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH), Dear Future Children a fait un carton plein en remportant un deuxième Prix du Public, pour sa deuxième sélection en festival. Entretien par écrans interposés avec Franz Böhm, le plus jeune cinéaste de la section compétitive «Documentaire de création» du FIFDH.

Lire l’entretien (en libre accès)

«Bernadette a disparu», cap sur l’Antarctique

Les mercredis du cinéma – Eugène Praz

La comédie dramatique américaine Bernadette a disparu (Where’d You Go, Bernadette en version originale), sortie en 2019 et réalisée par le Texan de talent Richard Linklater, est une adaptation réussie d’un roman épistolaire de Maria Semple, publié en 2012 et au large succès populaire. Un montage soigné, un savant dosage d’humour, de situations rocambolesques et d’émotions authentiques sont mis au service de cette histoire d’une ancienne architecte que sa vie relativement oisive depuis son déménagement de Los Angeles à Seattle avec son mari, qui travaille pour Microsoft et promeut d’audacieuses inventions, et leur fille surdouée de quinze ans, ne parvient pourtant pas à satisfaire pleinement. Surtout, il s’agit en définitive d’une ode à l’amour mère-fille.

Lire la critique (en libre accès)

Un Monsieur Sim bouleversant

ARTICLE LONG FORMAT, Lauriane Pipoz | Jean-Pierre Bacri joue en 2015 dans une adaptation du roman à succès de Jonathan Coe «La Vie très privée de M. Sim». Ce film retrace le parcours à travers la France d’un quinquagénaire complètement inadapté socialement. Monsieur Sim tente tant bien que mal d’y trouver un sens à sa vie et se retrouvera face à son passé. Si l’histoire ne paraît pas à première vue des plus exaltantes pour un film, sous les traits de notre célèbre figure du cinéma français, la magie opère.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement

«Coronation»: le prix de la grandeur et de la fierté

Les mercredis du cinéma – Clément Guntern

Documentaire sélectionné en compétition au FIFDH de Genève, Coronation de Ai Weiwei donne la parole et l’image à ceux qui ont vécu au plus près l’avènement d’une nouvelle forme d’oppression: la dictature sanitaire mise en place à Wuhan le 22 janvier 2020, sa brutalité et ses mensonges.

Lire la suite de la critique (en libre accès)