Archives de catégorie : Films

«Grand Piano»: de la musique, vraiment?

ARTICLE LONG FORMAT, Eugène Praz | Grand Piano (2013), du réalisateur espagnol Eugenio Mira, est un film comique prenant pour prétexte la musique classique au sens large. Ne se présentant apparemment pas comme tel, mais plutôt comme un thriller psychologique exprimant une angoisse ponctuée d’humour sporadique, c’est pourtant bien ce qu’il est. Rires garantis.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Chico & Rita»: peinture sociale d’un rêve brisé

ARTICLE LONG FORMAT, Alice Bruxelle | Les dessins animés sont-ils réservés uniquement aux enfants ? Si, pour vous, la réponse est affirmative, c’est que vous n’avez sans doute pas encore découvert Chico & Rita (2011), long-métrage animé hispano-britannique réalisé par Fernando Trueba et Javier Mariscal. Histoire d’une passion amoureuse sur fond de jazz afro-cubain, il dessine la vie de deux musiciens aux rêves avortés par des enjeux sociaux bien plus puissants qu’eux. Abordant les thèmes de la perte d’identité et du racisme, les deux réalisateurs dotent à ce dessin animé une profondeur qui n’a rien à envier aux films traditionnels.

«Only Lovers Left Alive», la musique face au désenchantement

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Lui est un musicien-vampire. Elle est une lectrice-vampire. Leur principal souci? Se procurer du sang frais. Dans Only Lovers Left Alive, un couple de buveurs de sang millénaires s’aime sur fond de déchéance du monde. Et tout cela, en musique, s’il vous plaît. Un long-métrage tiré par les cheveux et, finalement, peu funky.

«Ride or Die»: rencontre entre la poudre et le feu

Les plateformes ciné du samedi – Alice Bruxelle

Puisqu’il est passé presque inaperçu, c’est l’occasion de mettre en lumière le nouveau Ryuichi Hiroki, disponible sur Netflix. Romance plus que thriller psychologique, Ride or Die nous embarque dans une confusion de sentiments à travers la campagne japonaise. Adapté du manga Gunjōe, ce Thelma et Louise trash rend surtout compte d’un certain malaise au sein de la civilisation nippone. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Tom et Jerry» auraient pu mieux faire, va!

Les mercredis du cinéma – Ivan Garcia

Le duo cartoonesque créé par William Hanna et Joseph Barbera revient dans un long-métrage réalisé par Tim Story, qui ancre les deux héros dans le XXIe siècle. Un film drôle par moments mais dont le scénario semble manquer de cohérence. 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Promising Young Woman» tient ses promesses

Les plateformes ciné du samedi – Kelly Lambiel

Oscar du meilleur scénario original, nommé à quatre reprises aux Golden Globes et Prix du meilleur film britannique aux BAFTA, Promising Young Woman, réalisé par Emerald Fennell et produit, entre autres, par Margot Robbie, jouit déjà, avant sa sortie en salle, d’une jolie réputation. La bande-annonce est intrigante, colorée, sucrée; le propos sérieux, sombre, inquiétant. Une proposition alléchante, gourmande, mais la confiserie est-elle à la hauteur de l’emballage?

Lire la critique (en libre accès)

«Favolacce»: l’horreur au sein de l’intime

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Vainqueur de l’Ours d’argent du meilleur scénario à la Berlinale 2020, Favolacce, film helvético-italien, prend le parti de capter l’ordinaire, celui où les enfants choisissent de se suicider. Réponse radicale face à l’impasse existentielle, cette tragédie ne se joue pas sur le plancher d’une scène. Retour sur une œuvre déroutante.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Lara Jenkins»: l’exigence ordinaire

ARTICLE LONG FORMAT, Fanny Agostino | Dans l’univers élitiste des musiciens, l’austérité va-t-elle de pair avec l’exigence? Avec Lara Jenkins, Jan-Ole Gerster suit le quotidien d’une sexagénaire aigrie en quête de rédemption. Le jour de son anniversaire, son fils Viktor s’apprête à donner un récital afin de présenter ses nouvelles compositions. En froid avec sa progéniture – ou plutôt en gel intersidéral – cette marâtre décide d’acquérir la vingtaine de billets restants et se donne pour mission de les distribuer avant le début de l’événement. Les Jenkins seront-ils réconciliables?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Adieu les cons» et bonjour le cinéma frustrant

Les mercredis du cinema – Jonas Follonier

Voilà une comédie dramatique française qui mêle des éléments excellents à des choix douteux, rendant son absurdité – pas entièrement assumée – totalement absurde. Un cinéma qui joue à cache-cache, en quelque sorte, faisant écho à notre visage masqué dans les salles obscures de 2021. Ambiance.

Lire la suite de la critique (en libre accès)