Archives par mot-clé : daniel wittmer

Blaise Hofmann, cultivateur protéiforme

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | En octobre 2021, l’écrivain morgien Blaise Hofmann a publié un nouveau récit, intitulé Deux petites maîtresses zen. Un texte qui relate son épopée asiatique avec sa compagne et ses deux filles, aventure qui a brusquement pris fin avec l’apparition du Covid. L’écrivain, connu pour ses récits de voyages et qui a été co-librettiste de la Fête des vignerons (2019), vit de sa plume et a décidé d’embrasser un deuxième métier, celui de vigneron, auquel il s’est formé en autodidacte. Il produit d’ailleurs lui-même son propre vin. La vigne et la plume, un curieux cocktail, qui a attiré notre attention. De même que sa facette d’écrivain-voyageur. Mais comment voyage-t-on «en famille» dans différents pays d’Asie et que peut-on en tirer comme observations sur notre société? Quelques éléments de réponse lors de notre rencontre.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Raymond Gonzalez: «Nina Simone était son propre pire ennemi»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Daniel Wittmer | Manager de nombreux artistes légendaires de la musique de ces cinquante dernières années, Raymond Gonzalez raconte son métier et des souvenirs inédits de son parcours hors-norme. Qu’on se le dise, il n’a rien à promouvoir ou à vendre ici: pas d’album, pas de single, pas de spectacle, pas de cendrier en bois de kamagong rapporté à l’été 1994 d’un marché tibétain. Outre sa générosité immense et son courage exemplaire, c’est un producteur hors du commun. Il a été le manager de Nina Simone pendant vingt ans. Rien que de l’écrire, ça vaut son pesant de cacahuètes, messieurs-dames. Dans le monde de la Musique (n’insistez pas, dans ce cas-là, le M majuscule s’impose tout à fait), il fait partie de ces êtres rares de l’ombre qui ont fait parfois naître, connaître, exister, «vivre ou survivre» des célébrités légendaires dans les milieux du jazz, du blues, du rhythm and blues et du rock’n’roll. Né le 13 novembre 1946 à New York où il y a grandi puis fait des études de droit, il est arrivé en Europe au début des années 1970, d’abord en Espagne quelques mois, puis à Paris. C’est à partir de là que son destin a pris des allures sensationnelles.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Bernard Tapie, leçons d’un boomer

Le Regard Libre N° 78Daniel Wittmer

Si je connais les principaux contours et reliefs de l’histoire fantastique de Bernard Tapie, disparu dimanche, et bien que je lui prête une affection sincère et profonde, je dois reconnaître que Bernard Tapie. Leçons de vie, de mort et d’amour, la dernière biographie de Franz-Olivier Giesbert en date (éditions Les Presses de la Cité), ne m’a pas vraiment emballé, tant elle m’encombrait de détails technico-factuels brouillant ma compréhension. Cependant, ce passe-temps estival m’a ouvert les portes d’une réflexion: le cas Bernard Tapie montre à quel point le mépris qui s’agite parfois contre les baby-boomers est infondé.

Lire l’article (en libre accès)

Le concert idéal de Johnny Hallyday qui n’a jamais existé

Article inédit – Daniel Wittmer

Community manager pour Le Regard Libre – c’est-à-dire membre de l’équipe qui s’occupe des réseaux sociaux du magazine – je cultive avec mon boss une même passion intime pour certains domaines de la musique, et plus particulièrement pour Johnny Hallyday. A l’occasion des 78 ans que l’artiste aurait eu le 15 juin 2021, nous nous sommes prêtés à un jeu extrêmement pointu. Et ô combien révélateur de l’univers précis qui nous fait rêver tous les deux, bien au-delà du chanteur. Voilà que je prends la plume pour vous raconter cette expérience.

Lire l’article (en libre acccès)